Les animaux fantastiques – spin-off d'Harry Potter

Accueil Forums Le coin pop-corn Films Les animaux fantastiques – spin-off d'Harry Potter

  • Ce sujet contient 11 réponses, 1 ps. et a été mis à jour pour la dernière fois par Douffie Shprinzel, le Il y a 3 années, 10 mois.
Affichage de 12 messages - 1 par 12 (sur 12 au total)
  • Auteur/e
    Posts
  • #34760 Répondre
    Douffie Shprinzel
    Invité

    J’ai été voir Les animaux fantastiques, sans être exhaustive du tout j’aimerais parler de la misogynie de l’univers d’Harry Potter.

    Déjà dans Harry Potter, le perso principal (Harry) est masculin, le méchant principal (Voldemort) est masculin, l’autre potentiel enfant élu (Neville) est masculin, le perso du magicien le plus puissant de son époque (Dumbledore) est masculin. Ce qui s’explique très bien quand on regarde les personnages féminins, qui peuvent être forts et intelligents mais toujours très définis selon leur féminité. Car du coup on ne peut pas avoir, pour l’incarnation du héros auquel on s’identifie, ou pour le méchant purement mauvais, un perso féminin, car ils traînent toujours, dans cet univers, tout un tas de caractéristiques liés à leur féminité. Dans le combat entre Bellatrix et Molly, ce sont deux incarnations de la féminité, la féminité psychotique malsaine versus la bonne féminité maternelle, qui se battent; pour Hermione le problème a déjà été abordé sur le site, dans l’article sur le syndrome Trinity ou ailleurs sur le forum. Je pense que la façon dont les persos féminins sont toujours définis selon leur féminité est très visible ici (vidéo qui se veut féministe, dans laquelle on nous présente les persos féminins d’Harry Potter) : https://www.youtube.com/watch?v=iQcXm0wVbNw

    La source du bien et du mal, c’est la mère : Voldemort a été élevé sans amour maternel donc il est méchant, Harry a été protégé par l’amour de sa mère donc il a en soi une solidité d’âme à toute épreuve. (Ce que Rowling a dit explicitement en interview ci-dessus.) Même s’il y a quelque chose de tout à fait vrai dans ce qu’elle raconte (le poids des maltraitances maternelles, qui existent bel et bien), sa manière de l’aborder me semble très essentialiste. Et, alors qu’elle aborde le sujet en interview, jamais elle ne mentionne que si tout tient à la mère dans autant de cas, c’est aussi à cause de l’absence du père dans ces cas-là ! Ce n’est pas une question de maternité versus paternité (comme Rowling l’exprime : « Lily was representative of safety, in a way that a father couldn’t be »), c’est une question que les enfants, dans leur développement, ont besoin d’attachement et d’amour, ce qui est déjà très différent.

    Bon, soit. Pour une série de livres et de films, après tout, on peut se dire que ce sont des éléments misogynes qui se raccrochent à quelques personnages et puis c’est tout.

    Mais exactement les mêmes schémas sont reproduits dans le spin-off. Le perso principal est un homme, le méchant principal est un homme. Un jeune homme développe une grande souffrance et violence… à cause des maltraitances de sa mère. On a des persos féminins sympas qui ont un côté très maternel (l’une câline le jeune homme ci-dessus, elles font un chocolat chaud au héros).

    Autre chose, Rowling a une forte tendance à utiliser des persos secondaires pour représenter des minorités. Dumbledore est gay, mais on ne l’apprend qu’après la sortie du dernier livre, c’est au mieux sous-entendu dans les livres. Hermione peut être interprétée par une actrice noire, dit Rowling suite au scandale généré par le choix d’une actrice noire pour une pièce de théâtre, car elle est juste décrite comme ayant des yeux marrons, des cheveux bruns impossibles à coiffer dans les bouquins, ce qui n’indique rien sur sa blanchité, mais bon, elle aurait aussi pu la décrire comme noire dans les bouquins ou le dire au moment du casting des blockbusters. Là on a une présidente métisse, mais qui est vraiment un perso secondaire, je trouve que ça fait très « je suis cool et progressiste, je choisis une afro-américaine comme présidente », sauf que ce personnage n’est ni particulièrement puissant, ni creusé, ni rien de spécial.

    #34762 Répondre
    Lison
    Invité

    !!!Attention spoiler!!!

    Personellement, j’ai adoré ce film, mais il me pose énormément de problèmes.

    D’abord le fait que le principal personnage féminin, Tina, souffre elle aussi du syndrome de Trinity à mon avis: ex auror, ex de l’orphelinat, elle a tenté de sauver son frère de cet endroit sans y parvenir et cherche à redorer son blason en effectuant des missions de son côté…Franchement elle avait tout pour être le perso principal de l’histoire ! La mallette et les animaux en fuite semble se raccrocher assez mal au scénario de l’Obscurus je trouve. Newt est juste un touriste qui débarque et qui n’a rien à voir avec tout ça, sauf que grâce à son super pouvoir d’homme blanc, il va sauver tout le monde…Et même dire à Tina ce qu’elle doit faire au moment où elle doit le faire: c’est lui qui lui dit de sauter et de lui faire confiance dans la scène de la chaise électrique, c’est lui qui lui dit de trouver une théière dans la chasse à l’oiseau-serpent, c’est lui qui lui dit de continuer à parler à Credence parce que sa voix l’apaise…Bref, un personnage très prometteur se retrouve encore une fois dans un rôle de potiche.
    Et c’est d’autant plus regrettable que l’actrice n’est pas « jolie », elle a un physique normal, contrairement au personnage de Queenie, sa soeur, que j’ai trouvé stéréotypée au possible et insupportable en femme-enfant minaudante. Bien sûr elle va former un couple avec le petit moldu un peu sympa (qui est un homme ordinaire) qui lui n’a pas à être parfait physiquement pour lui plaire: encore le trope de « la Belle et la Bête »… D’ailleurs, c’est à lui que Newt va faire confiance et va montrer toute sa mallette et les animaux, pas à Tina. Ah, la complicité masculine ! On est quand même plus en confiance entre hommes, non ?

    Ensuite j’ai vraiment trouvé le film problématique au niveau du racisme.
    Alors, une première ministre de la magie qui est noire, pourquoi pas. Pourquoi alors lui teindre les cheveux en blond (on ne voit que deux boucles blondes qui dépassent de sa coiffure) et pourquoi choisir une actrice à la peau si claire ? Ça m’a posé un problème, comme si ils n’assumaient pas de caster une actrice vraiment noire, et pas si métissée. Ensuite, elle n’a aucun rôle. Mais alors vraiment rien. Ses décisions ne sont soit pas respectées, soit mauvaises sous couvert de « protection ». Elle n’a aucune autorité réelle, aucune présence (je ne parle pas de l’actrice, c’est une question de mise en scène !), bref, rien…Encore un potentiel gâché.
    Ensuite, j’ai vraiment été très mal à l’aise avec le personnage de l’infirmière noire qui doit exécuter Tina et Newt. Elle est vraiment représentée comme machiavélique, faussement douce et qui les poussent vers la mort…Gros malaise dans le cinéma pour moi, surtout qu’il s’agit du seul personnage noir qui a du texte en dehors de la Ministre.

    Il y a beaucoup de points que j’aurais voulu voir abordés dans le film, notamment la ségrégation entre les moldus et les sorciers évoquée par Newt au début (ils n’ont pas le droit de se marier ensemble), mais qui passe à la trappe. Bien sûr les Natifs Américains n’ont aucun poids dans l’histoire, on voit vaguement des personnages caricaturaux lors d’un conseil, mais c’est tout. Ensuite les histoires romantiques m’ont fort agacé, je trouve l’embryon de romance entre Tina et Newt complètement inutile et contraires au caractère de leur personnages. On dirait qu’il fallait absolument qu’ils finissent ensemble. J’avoue avoir eu un espoir fou en voyant Tina ouvrir la porte de son appart, j’ai cru qu’elle était lesbienne, et que Queenie était sa copine…hélas, s’en suit une scène de séduction hétérosexuelle à bailler d’ennui.
    Voilà, on dirait pas mais j’ai beaucoup apprécié ce film en salle 🙂

    Je pense vraiment que Rowling fait des efforts de représentation dans ses bouquins (et dans ce film, dont elle a écrit le scénario), mais elle devrait se renseigner un peu plus avant d’écrire ce genre de personnages.

    #34763 Répondre
    Douffie Shprinzel
    Invité

    Et c’est d’autant plus regrettable que l’actrice n’est pas « jolie », elle a un physique normal

    Ah, je ne suis pas d’accord, je trouve (un peu comme Hermione d’ailleurs) que même si le personnage n’est pas censé être particulièrement sexy, l’actrice, elle, est très conforme aux normes de beauté. Elle est mince et jeune, ses vêtements sont très beaux, elle est maquillée et brushingée (même si c’est un look « naturel »), l’actrice a un joli visage et un joli sourire, comme c’est le cas tout le temps pour les persos qui ne sont pas censés être des sex-bombs mais qui sont complètement irréalistes en termes de représentation. Pour moi c’est une façon de dire que même si on ne ramène pas totalement une femme à son corps, il est tout simplement inconcevable qu’elle

    personnage de Queenie, sa soeur, que j’ai trouvé stéréotypée au possible et insupportable en femme-enfant minaudante. Bien sûr elle va former un couple avec le petit moldu un peu sympa (qui est un homme ordinaire) qui lui n’a pas à être parfait physiquement pour lui plaire: encore le trope de « la Belle et la Bête »…

    Ah oui ce couple m’a beaucoup énervée aussi, j’avais l’impression, un coup qu’on était censé rire qu’une femme belle et séduisante sorte avec un homme petit et gros, un coup qu’elle faisait partie de son voyage (à lui) dans le monde de la magie, voyage irréel dans lequel il s’émerveille et il a chopé la belle sorcière en bonus.
    Par contre je n’ai pas trouvé le perso de Queenie dérangeant en soi. J’ai trouvé qu’elle était touchante quand elle parlait tristement de son job qui consiste à servir le thé, et je me suis bien marré quand elle a joué de la peur de son boss des « affaires de fille » pour sortir avec la valise en douce.

    Ça m’a posé un problème, comme si ils n’assumaient pas de caster une actrice vraiment noire, et pas si métissée.

    Il n’y a rien de mal à choisir une actrice métisse… je ne pense pas qu’il faille mettre en opposition noir.e.s et métisses (ou avec d’autres racisé.e.s). Ils auraient pu prendre les deux.

    Ensuite, j’ai vraiment été très mal à l’aise avec le personnage de l’infirmière noire qui doit exécuter Tina et Newt.

    Oui, je suis d’accord.

    #34765 Répondre
    Lison
    Invité

    « Il n’y a rien de mal à choisir une actrice métissée »…

    Ce qu’il y a de « mal », c’est que les acteurices noir/es sont invisibilisés, voilà ce qu’il y a de mal. On sait très bien que plus la peau de l’acteur (et surtout des actrices) est claire, plus il/elle sera « bankable ». Renversons un instant la situation: dans un monde majoritairement dominé par les Noirs, un casting présente une flopée de personnages noirs, sauf un/e qui est métisse, et donc présenté/e comme « blanc ». Vous voyez le problème, ou toujours pas ? On a tendance à voir les personnes métissées plus comme des Noir/es que comme des Blancs, car nous sommes dans une société raciste qui valorise l’apparence et l’esthétique la plus blanche possible. Il ne s’agit pas d’opposer qui que ce soit, seulement de décrire un fait raciste: plus on a la peau noire, moins on a de chance de se voir représenter dans le cinéma, à fortiori lorsqu’on est une femme.
    Donc oui, cette invisibilisation me pose un problème.
    « Il auraient pu prendre les deux »
    C’est-à-dire ? Une actrice noire et une métissée ? Le fait est qu’ils ne l’ont pas fait, et ont choisit une personne métissée. On ne peut pas juger de ce qu’ils auraient pu faire, on peut juger ce qu’ils ont fait, non ?

    Mais bon je pense que le plus gros problème reste l’écriture médiocre du personnage.

    #34767 Répondre
    Yael
    Invité

    personnage de Queenie, sa soeur, que j’ai trouvé stéréotypée au possible et insupportable en femme-enfant minaudante. Bien sûr elle va former un couple avec le petit moldu un peu sympa (qui est un homme ordinaire) qui lui n’a pas à être parfait physiquement pour lui plaire: encore le trope de « la Belle et la Bête »…

    Au contraire, j’ai trouvé que le personnage de Queenie était un des plus intéressants. Elle reprend les clichés de la jolie blonde minaudante, mais elle se révèle très maligne et très courageuse. Je trouve intéressant de montrer qu’une femme qui correspond à des clichés sur ce que doit être la féminité n’est pas juste une bécasse superficielle.

    Accessoirement, j’ai été assez frappée de noter que les 3 personnages qui entourent Newt, les soeurs Goldstein et Jacob Kowalski, sont très probablement juifs, même si ce n’est jamais dit clairement. Dans le contexte des années 30, ce n’est pas anodin et je ne sais pas ce que Rowling compte faire de cela.

    Par ailleurs, Rowling a visiblement annoncé que la saga suivrait la montée de Grindelwalt et son affrontement avec Dumbledore, donc je me demande si la question de leur homosexualité sera abordée et comment. J’avoue avoir été un peu mal à l’aise sur certaines scènes entre Graves et Creedence. J’ai trouvé certains passages très ambigus et comme ils s’inscrivaient dans un contexte de manipulation, c’était assez gênant.

    #34770 Répondre
    Douffie Shprinzel
    Invité

    @Lison

    Ce qu’il y a de « mal », c’est que les acteurices noir/es sont invisibilisés, voilà ce qu’il y a de mal.

    Et c’est bien pour ça que je dis qu’ils auraient dû caster plus d’afro-américain.e.s.
    Mais pourquoi vous, vous déplorez cela seulement pour l’actrice métisse ? C’est une logique de mise en concurrence entre racisés dont on se passe très bien. Pour reprendre vos mots, « vous voyez le problème, ou toujours pas ? »

    « Il auraient pu prendre les deux »
    C’est-à-dire ? Une actrice noire et une métissée ? Le fait est qu’ils ne l’ont pas fait, et ont choisit une personne métissée. On ne peut pas juger de ce qu’ils auraient pu faire, on peut juger ce qu’ils ont fait, non ?

    Oui, c’est-à-dire qu’on aurait aussi très bien pu imaginer un casting avec plusieurs afro-américain.e.s. Le fait est qu’ils ne l’ont pas fait, de la même façon que le fait est qu’ils ont choisi une actrice métisse pour jouer la présidente. Il me semble que vous faites exactement la même chose que moi en examinant le casting qui a été fait, et en disant « c’est dommage, on aurait pu imaginer tel casting qui aurait répondu à un besoin de représentativité noire au cinéma ».

    Mon problème c’est qu’en ce moment je vois beaucoup de mise en concurrence des racismes, d’hostilité envers le métissage, qui me posent énormément problème. Ce qui n’efface aucunement le fait que pour une femme noire, les critères de beauté blancs sont prépondérants. Oui, cela se voit parmi les célébrités où on a beaucoup d’actrices, de chanteuses afro-descendantes qui sont très conformes aux critères de beauté blancs, qui ont très souvent une peau assez claire, les cheveux lissés, etc. C’est très important à aborder, on tombe sur énormément de choses quand on creuse ce sujet.

    N’empêche que je reste vraiment opposée à se plaindre qu’une actrice métisse soit métisse. Et puis quoi encore. Pourquoi ça tombe sur elle en plus, au milieu de tous les autres acteurs blancs, et au nom de l’antiracisme.

    @Yael

    Accessoirement, j’ai été assez frappée de noter que les 3 personnages qui entourent Newt, les soeurs Goldstein et Jacob Kowalski, sont très probablement juifs, même si ce n’est jamais dit clairement. Dans le contexte des années 30, ce n’est pas anodin et je ne sais pas ce que Rowling compte faire de cela.

    Oui, ça ne m’a pas échappé non plus! J’attends de voir la suite. Ca peut être prometteur. Pour le moment je le classe dans plutôt la catégorie « elle aime faire intervenir des minorités dont elle parle très peu », soit à travers des personnages importants mais pour lesquels ce n’est jamais abordé frontalement, comme la judéité des trois persos ici ou l’homosexualité de Dumbledore, soit pour des personnages secondaires comme la présidente.

    #34771 Répondre
    Lison
    Invité

    D’accord, en fait vous interprétez vraiment mal mon propos…
    La seule chose que je dis, c’est que la seule actrice « noire » du film est métisse, donc bien claire de peau, et cela est problématique de choisir toujours des acteurs les plus clairs possibles dans les films à gros budget. C’est ce que je déplore, je n’oppose en aucun cas les personnes métisses et les Noirs, où est-ce que vous avez été cherché ça ? C’est un peu énervant de votre part, et ça ne fait pas du tout avancer le débat à mon avis, parce que je pense qu’on est d’accord sur le fond.

    Étant moi-même métisse, je n’ai aucune « hostilité envers le métissage » (ça m’agace de devoir mettre ce genre de données personnelles dans le débat pour « prouver » ma bonne foi…) Je veux simplement que les acteurs noirs puissent trouver des rôles, et déplore le fait que ça ne soit pas le cas dans ce film.

    #34772 Répondre
    Douffie Shprinzel
    Invité

    Ben je sais pas, vous dites que le choix d’une actrice métisse vous a posé problème, moi je réagis sur cette base.

    Et je suis navrée si je vous ai poussée à mettre sur la table votre propre racisation, parce que d’une part je déteste la tendance de certains mouvements à faire ça, je trouve ça très violent de forcer les gens à toujours se définir par leur appartenance ou non à une minorité, avant de même considérer leur propos. D’autre part (c’est lié avec la première part), je suis navrée parce que ça ne sert à rien avec moi… je considère qu’on peut très bien être juif et tenir un discours antisémite, musulman et tenir un discours islamophobe, métisse et tenir un discours problématique sur le métissage.

    (Je viens de lire ce texte, ça peut donner plus de concrétude à ce que je dis sur les discours sur le métissage qui me gênent beaucoup dans les milieux antiracistes : (d’ailleurs il est écrit par un métis, ce qui ne change rien, mais puisqu’on parle du fait de montrer patte blanche en faisant acte de sa propre racisation : http://indigenes-republique.fr/le-metis-et-le-pouvoir-blanc/
    Dans ce texte, il dit « le métis est une arme du pouvoir blanc ». On pourra répliquer « oui mais le PIR ça craint, c’est pas nouveau », mais je trouve la lecture de leurs textes très éclairante parce que t’as beaucoup de problèmes qui rongent le milieu antiraciste de façon très large, qui y sont déroulés de manière assumée et très claire.)

    #34774 Répondre
    Lison
    Invité

    Ok ok, je vais arrêter de discuter avec vous en fait, parce que ça ne sert à rien: vous ne lisez pas ce que j’écris.

    Vous vous rendez compte de la violence de vos propos, ou pas ? (je pense que non, sinon vous n’écririez pas ça).
    Résumons depuis le début: donc, je développe une argumentation (une actrice métisse, ça me parait hypocrite, il n’y a pas assez d’acteurices noires selon moi),vous me répondez que j’oppose les Noirs et les Métisses, je lance dans la conversation, pour évacuer l’idée que vous avez vous-même mise sur le tapis (et d’ailleurs, que venait-elle faire là?) d’une « hostilité envers le métissage » que je suis moi-même métisse, donc par extension plutôt habituée à la question. Et à ça, sans aucune raison, se faire quasiment entendre dire qu’on est en tant que métisse « une arme du pouvoir blanc »…!!! Sur quels propos que j’ai tenu pouvez-vous me dire cela ? Est-ce que j’ai tenu des propos racistes ?! Franchement je trouve ça insultant et complètement déplacé. Ça n’a rien à voir avec le fait que mon identité m’immuniserais contre le racisme, c’est en fonction de ce que j’ai dit. Et je vous met au défi de trouver dans ce que j’ai dit un propos raciste autre que ceux que vous inventez vous-même en déformant mes argumentations.
    Bon vent pour continuer votre monologue avec ce que vous pensez que les autres pensent.

    #34775 Répondre
    Douffie Shprinzel
    Invité

    Vous vous rendez compte de la violence de vos propos, ou pas ?

    Non, j’ai l’impression d’être très soft et de me prendre beaucoup de mépris dans la gueule, en fait. Je lis très attentivement ce que vous écrivez, mais vous non, puisque vous avez compris complètement de travers mon dernier post (et l’interprétation que vous en faites est très violente effectivement sauf que je dis tout le contraire).

    Résumons depuis le début:

    OK. D’abord vous dites :

    pourquoi choisir une actrice à la peau si claire ? Ça m’a posé un problème

    Ce à quoi je réponds que la couleur de la peau d’une actrice métisse n’est pas un problème (« Il n’y a rien de mal à choisir une actrice métisse »), et ne devrait pas être vu comme une opposition à la représentation des noir.e.s au cinéma (« Ils auraient pu caster les deux. »)

    Et je trouve d’ailleurs que vous continuez là en disant « une actrice métisse, ça me parait hypocrite, il n’y a pas assez d’acteurices noires selon moi ». C’est pas « hypocrite » de prendre une actrice métisse. Ce ne sont pas des combats contradictoires. Je n’insisterais pas autant dessus si je ne pensais que c’était un sujet très gênant dans les milieux antiracistes (mais j’y reviens plus bas).

    Je ne sais pas comment vous avez lu ma réponse pour estimer nécessaire une leçon sur l’invisibilisation des noir.e.s au cinéma (c’était exactement le thème de mon commentaire aussi), avec un ton bien méprisant.

    J’explicite donc mon point de vue.

    Vous me dites que vous êtes métisse. Euh oui ok, mais moi j’avais pas supposé le contraire, ni supposé rien du tout, je traite les discours de tout le monde de la même façon. (Je ne suis pas en train de dire que tout le monde a la même expérience du racisme, hein. Je précise parce que c’est souvent mal compris.)

    Indépendamment de votre message, je suis en train de lire des textes antiracistes sur le métissage, parce qu’il se trouve que c’est un sujet qui, je pense, demande à être creusé en ce moment (c’est très lié à l’antisémitisme, sujet sur lequel je suis très active, comme ça peut se voir sur ce site, donc bref, ce n’est absolument pas un truc que je sors de nulle part pour le fun). Et je lis des trucs du PIR, non pas parce que je suis fan du PIR, au contraire, mais parce que c’est très pratique de lire leurs textes pour comprendre le coeur de certains problèmes qui vont après se répandre dans tout l’antiracisme. Il y a notamment, des problèmes d’antisémitisme et d’hostilité au métissage dans beaucoup de mouvements antiracistes autonomes, et c’est encore le PIR qui l’affiche de façon le plus décomplexée, le plus clair. Donc, puisque je vois qu’on a l’air d’accord sur le fait que quand on est afro-descendant.e, plus on est clair.e et plus on est bankable, mais qu’on n’a pas l’air d’accord sur la question du métissage dans l’antiracisme, je mets cet article, pour expliciter le contexte dans lequel je parle, un contexte hostile envers le métissage que je critique, donc.
    Donc quand je dis :

    Dans ce texte, il dit « le métis est une arme du pouvoir blanc ».

    Je suis en train de le critiquer, de dire pourquoi je trouve que l’hostilité envers les métis.se.s est un vrai sujet important à traiter.

    Donc quand vous dites :

    Et à ça, sans aucune raison, se faire quasiment entendre dire qu’on est en tant que métisse « une arme du pouvoir blanc »…!!!

    Vous faites un contre-sens complet. Je dis que c’est un truc qui existe, et qui est horrible, et que je combats, et que je parle dans ce contexte-là, qui est peu dénoncé, peu connu, peu pensé.

    Bon vent pour continuer votre monologue avec ce que vous pensez que les autres pensent.

    Merci beaucoup de m’avoir lue tellement vite que vous vous sentez attaquée par le contraire de ce que j’ai dit et de m’envoyer chier en pathologisant ma manière générale de communiquer avec les autres. Ce fut un plaisir également.

    #34792 Répondre
    Sam
    Invité

    j’avais pas du tout aimé le film de Kassowitz à l’époque. Et vous ?
    http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=19382954&cfilm=8070.html

    Sinon je ne résiste pas à mettre ce lien ci dessous sur Harry Potter vu par Hermione. Ca j’aime bien.
    https://www.buzzfeed.com/danieldalton/boss-witch?utm_term=.hibq2qN9x#.cbN5G5MP2

    #34806 Répondre
    Douffie Shprinzel
    Invité

    Je suis vraiment désolée pour l’agressivité de la discussion, à laquelle j’ai pris part. Je pense qu’il y a aussi eu des malentendus, j’espère que ça va mieux maintenant.

    @Sam

    Je n’ai pas vu le film de Kassowitz mais n’hésitez pas à ouvrir un fil sur le forum pour en parler !

    Chouette la version d’HP du point de vue d’Hermione 🙂

Affichage de 12 messages - 1 par 12 (sur 12 au total)
Répondre à: Les animaux fantastiques – spin-off d'Harry Potter
Vos informations:




Commentaires clos