Mad max : Fury road

Accueil Forums Le coin pop-corn Films Mad max : Fury road

  • Ce sujet contient 51 réponses, 1 ps. et a été mis à jour pour la dernière fois par joffrey pluscourt, le Il y a 5 années, 5 mois.
Affichage de 15 messages - 16 par 30 (sur 52 au total)
  • Auteur/e
    Posts
  • #31916 Répondre
    joffrey pluscourt
    Invité

    J’ai vu le film cet aprem.
    Politique à part il est très réussi dans ça catégorie. (mème si il pète deux fois la mème arche dans deux scènes ca fait amateur)

    Furiosa est la meilleure héroine de film d’action depuis… Naussica, Vince Diesel, Dalh de Ridick, le lieutenant Ripley, Trinity..?

    J’étais très circonspect sur la com autour des réactions des sites masculanistes échauffé par l’emploi médiatisé d’Eve Ensler.

    Le film a un discours politique sous jacent écolo, féministe, anti spé et antifa aussi clair que peut l’étre le discour réac de la plupart des autres prods à gros budget.
    J’aime particulierement la premiere scene d’action ou le héros impuissant offre un point de vue trés critique sur le « baboum! pan! pan! meurt sale figurant anonyme! ».
    Il y a beaucoup d’autre trouvailles du genre, c’est malin et généreux sans tomber dans la pose (enfin trop dans la pose).

    En soutien de Stardama, Max vole à deux reprises des vétements (veste et une paire de botte) le pactage est donc pauvre en uniforme. La scéne de douche dure un plan pour justifier que Max ne tire pas dans le tas, la tension tourne surtout autour de son braquage. Je n’ai pas fait gaffe à mémoriser les angles de camera mais je pense que Sarah et Stardama ont raison. (Et je suis la première victime consentante du moindre male gaze possible)
    Les matriaches gardienne de la vie ont perdu leur verdure et pille en appatant à la milf nue alors que sont des tueuses à moto à l’uniforme rembourré. Elles utilisent force lances explosive pour des caricatures de prétresses de Gaia.

    @Stardama comme vous m’avez l’air avertie, vous avez vraiment vu « Jupiter Ascending »? Je suis passé à coté de quelque chose? l’héroine n’est pas d’action, mais active et féministe, le film n’est pas à mon sens rétrograde.


    @Paul
    : Sans offence, le dernier article est vachement bien (je n’ai pas vu le film ou lu Mathieu Rigouste) mais si les tenus sont certes inadaptées au désert, elles ne sont jamais « à poil ». C’est limite réact comme jugement, on voit nombrils et mollets alors que la moitié des méchants maquillé en blanc est en slip.

    #31935 Répondre
    Stardama
    Invité

    J’aime bien votre dernier post Joffrey, merci, Mr Rigouste venait de commencer à me faire douter du film que j’avais adoré, c’était déstabilisant 😉 Vous mentionnez des points justes, j’avais oublié cette première scène avec le figurant, pourriez vous développer un petit peu ?

    Sur le « backlash » masculiniste en effet je passe du temps sur le forum de Imdb.com depuis quelques jours à combattre les anti-fem avec leurs arguments machos au ras des paquerettes – et que je te dise que les femmes sont naturellement plsu faibles que les hommes donc le film est pas réaliste, et que je te fasse croire que la classe fem est priviligée et opprime les mecs qui sont d’avantage victimes de discriminations et d’aggressions sexuelles… C’est assez… spécial comme expérience.

    Oui j’ai bel et bien vu, et apprécié Jupiter Ascending (même si il n’arrive à la cheville de Cloud Atlas, le précédent film des Wachowski). Même si c’est moins pire que d’autres je voulais simplement dire qu’à l’exception du capitaine et de la chasseuse de prime, personnages assez secondaires, les femmes n’ont pas franchement de rôle actif dans le film : ce sont les hommes qui font surtout avancer l’histoire (Balem, Titus, Caine, Stinger, le père, même l’avocat robot). La mère et sa soeur ne font rien, à part se soumettre à l’autorité du chef de famille ; Kalique est caractérisée essentiellement par sa beauté (alors que ses frères intriguent, elle se contente de lui montrer les bienfaits d’un sérum anti-âge). Jupiter surtout passe son temps à se faire sauver par Caine, ça m’a gonflé ; certes c’était original d’avoir une héroine qui n’adhère pas à un schéma actanciel d’ultra-violence, mais quand même elle se fait balader partout, elle n’a aucun objectif, elle ne mène aucun acte décisif, sauf dans les dernières minutes qui renversent un peu la tendance. Et puis il y a la traditionnelle romance tarte – un écueil auquel échappe d’ailleurs « Mad Max ». Bref peut-être que je suis trop critique, mais ça m’a marqué.

    Au fait avez-vous vu le récent « Kingsman » de Matthew Vaughn ? Reprise parodique très réussie des films d’espionnages type James Bond et autres, mais plagié par un sexisme latent – on pourra en parler, si un article est écrit à ce sujet sur le site.

    #31936 Répondre
    Paul Rigouste
    Participant

    @ Starmada

    Oui je suis d’accord avec vous qu’il y a pire que ce film niveau « male gaze ». Le film aurait pu aller beaucoup plus loin dans l’objectification/l’exhibition des corps féminins. Je pense qu’on est d’accord sur le principe, c’est peut-être juste qu’on n’a pas les mêmes seuils de tolérance par rapport à ça. Perso, le « male gaze », je ne supporte plus. Et comme j’avais entendu dire que ce film était féministe, je ne m’attendais pas du tout à voir comme ça des mannequins dénudés, et ça m’a du coup particulièrement exaspéré. Vu l’omniprésence des injonctions aux femmes à se dénuder et à s’objectifier pour avoir de la valeur, je pense personnellement que le minimum pour un film qui se veut féministe, c’est de ne tomber à aucun moment dans ce genre de procédés. Mais bon, ça n’est que mon avis…

    Sinon, sans revenir sur une scène en particulier, on peut quand même se demander (comme le fait Camille) pourquoi ce sont les quelques femmes aux allures de mannequin qui sont sauvés, et dont on suit les aventures en petite tenue pendant tout le film. Imaginez si à la place, ça avait été les « femmes laitières » (« grosses » et non-conformes aux normes de beauté), ça aurait été un tout autre film pour moi (sur ce point du moins). Et je ne pense pas qu’on aurait eu la même scène de « rafraichissement » au jet d’eau, non ?

    Et sinon sur le film en général, comme Queen Margot et Camille, il y a des points que j’ai trouvé bien (en particulier le fait qu’il y ait des personnages de femmes âgées, indépendantes, et une solidarité entre elles, Furiosa et les Five Wives), mais aussi beaucoup d’autres qui m’ont gonflé…

    Et sinon j’ai moi aussi vu Kingsman récemment, et ça par contre c’est juste horrible non ?

    #31937 Répondre
    joffrey pluscourt
    Invité

    Je parlais de la première scène de poursuite, ou Max panique à chaque coup de feu et à chaque accélération car il est attaché en trophée à l’avant d’un char et impuissant. C’étais intérressant comme mise en scène d’action, pour développer Furiosa, mettre en avant le coté WTF de l’action et pour resserer l’intéret sur les méchants en uniforme lambda (genre Austin Power 2 qui introduit des scènes sur les familles des soldats tués). C’est un intro intérressante avant que le reste du film est un rapport plus classique au baboum et aux morts sans uniforme particulier. Le rapport des femmes à la jeune recrue droguée est finalement assez inédit aussi.

    Dernière remarque, le plan du héro blanc pour récupérer la forteresse verdure, à la réflection, foire… c’est Furiosa qui est décisive en tuant le grand méchant et la foule se libère ensuite seule.

    Sur Jupiter Ascending il y a la scène ou Jupiter rectifie les priorités amoureuses de la future demandée en mariage, elle souhaite sacrifier (tout ou partie?) sa fécondité pour un télescope, elle n’écoute que peu le patriarche déjà bien mis en balotage par l’anarchie ambiante (et les vannes des femmes)…
    Apres quand elle est princesse, dans un monde nouveau, c’est vrai qu’elle est balottée, mais elle garde l’initiative de la drague (j’adore les chiens moi aussi).

    Cloud Atlas, difficile de faire mieux, le film aborde littéralement quasi toutes les discriminations. Il y a une reponse à un de mes postes très argumenté et interressant de @jaioubliésonpseudo dans le fil films trans sur l’aspect racial notament.

    Sur « Kingsman » de Matthew Vaughn, je l’ai vu sur petit écran et occupé. Toutes les scènes d’action ne sont pas aussi réussies que voulues à mon gout(à part l’église). C’est très « pop » et « post ».
    Mais ca reste l’initiation d’un mec (sans papa, la cata) par des mecs et si une fille est première au concour New James Bond (et tueuse de caniche) elle n’est utile qu’à deux atmosphère de distance de l’action primordiale (et pas de parapluie pour elle ;-( ). Je le reverrai peut ètre en faisant plus attention à l’ironie (et les actrices et acteurs sont tellement beau… Sodomiser la reine de Suède, engagez moi)
    Si vous cherchez à Pnb la méthode de drague de l’épreuve dans la boite de nuit, on trouve plein de sites d’apprentissage de la « chasse » aux filles (surtout leur cul). Un mélange de libéralisme et masculanisme c’est délicieux. (Une copine m’avais prété « The Game » par Neil Strauss une plongée journalistique sur les débuts de cette sous culture du web)

    #31938 Répondre
    joffrey pluscourt
    Invité

    @paul: les filles ne sont pas nues, maquillées, mises « en valeurs » par leur tenue ou la caméra. Pourquoi ne parlez vous pas de male gaze pour les « laitières » habillées à l’identique et dont on voit les seins?

    #31939 Répondre
    Sarah
    Invité

    Je suis assez d’accord avec Joffrey en ce qui concerne les seins des femmes laitières qui m’ont plus choqués que le reste. Encore une fois je pense que ces femmes ne sont pas sauvées parce qu’elles sont à la vue de tous, il est donc impossible de les enlever sans que tout le monde ne le remarque. Mais nous sommes d’accord aussi que c’est un choix du réalisateur.

    Concernant le male gaze il m’insupporte également, m’a toujours insupporté et c’est pourquoi je préfère m’énerver sur des trucs comme ça :

    http://static1.purepeople.com/articles/8/15/93/58/@/1812983-affiche-de-youth-950×0-3.jpg

    Ce film a été le plus applaudi à Cannes et de très loin (je viens de le voir sur Canal plus) et risque d’avoir la palme d’or.

    Bien sûr qu’on aimerait que Mad Max soit parfait mais face à la réalité du cinéma, ce film est un monument de féminisme.

    Après, le contexte change peut-être un peu la signification de la nudité des femmes aussi. Quand je vois une héroïne de Sex and the city nue c’est pas du tout pareil que quand je vois une strip teaseuse sans histoire nue pendant que deux héros policiers discutent.

    Pour information, je mets aussi ces liens, à pleurer, sur la complaisance des femmes françaises sur le sexisme du milieu du cinéma :

    http://www.premiere.fr/Cinema/News-Cinema/Maiwenn-Tous-les-ans-on-a-droit-au-meme-debat-sur-les-femmes-en-compete-c-est-insupportable-4179292

    http://www.telerama.fr/festival-de-cannes/2015/isabelle-huppert-et-sylvie-pialat-a-women-in-motion-le-sexisme-quel-sexisme,126971.php

    #31940 Répondre
    Paul Rigouste
    Participant

    @ Sarah

    Glurps, Youth a l’air vraiment glauque. Et les deux liens sont aussi bien déprimants 🙁 . En ce qui concerne Mad Max, je suis tout à fait d’accord qu’il y a bien pire, et qu’il y a des trucs très cools dans le film. Mais le truc qui m’inquiète un peu là-dedans c’est la presse qui se lève « comme un seul homme » (parce qu’elle est tout de même, je le rappelle, très majoritairement masculine) pour crier « féminisme! », alors qu’il y a quand même du boulot je trouve… (entre parenthèses, quand je suis allé le voir au ciné, le public était très majoritairement masculin, et j’ai plutôt tendance à y voir un indice du fait que le film n’est pas si dérangeant que ça pour les messieurs, et qu’ils y trouvent quand même bien leur compte dans ce « féminisme »).

    Bref c’est pas tant le film qui me gène que le consensus autour du fait qu’il soit « féministe ». J’ai l’impression que c’est à la fois le symptôme du sexisme omniprésent des productions (en gros, à force de voir des horreurs sexistes, on s’y habitue, et on perd en jugement critique), et d’une certaine définition très « large » du féminisme… J’ai l’impression qu’il y a un peu un risque dans le fait de voir dans Mad Max la panacée du féminisme (ou du moins le meilleur que l’on peut attendre niveau féminisme aujourd’hui au ciné), c’est qu’on se dise un peu « ça y est, le féminisme a gagné ! on a Mad Max! ». J’ai l’impression que ça peut être une stratégie du patriarcat que de dire « c’est gagné! » (sous-entendu, donc du coup, ne nous faites plus chier les féministes). Je ne sais pas si vous voyez ce que je veux dire…

    Après, encore une fois, je reconnais les mérites de ce film, qui est à des années lumières des horreurs comme Transformers 4 ou Kingsman (sans parler des films d’auteurs à Youth…). C’est juste que j’ai l’impression que dans un contexte où tout le monde crie au féminisme, il est peut-être plus stratégique de réfléchir à ce qui reste de problématique 🙂

    #31941 Répondre
    joffrey pluscourt
    Invité

    @sarah: Honnètement ca ne m’a pas choqué, j’attendais la scéne car j’avais déjà lu le lien de Lirienne.


    @paul
    : Si ca peut vous rassurez je doute que la  » stratégie du patriarcat  » lise ce blog. Pas la peine de garder vos arguments sous un voile pudique de mystère, quels trucs vous reprochez au film?

    Moi par principe je vous croyez plus que les autres (votre dernier article est a priori vraiment cool).
    Votre scène dure un plan et c’est des femmes qui se désaltèrent dans le désert à coté d’un camion citerne d’eau, pas traveling verticale sur miss bikini qui prend une douche en se caressant la chevelure.

    Après le problème c’est la double peine:
    Il y a marqué « manequin » sur le CV de l’actrice, donc le perso est naze.
    Tu vend ta dose de qualorie à la pub, tu ne peut défendre des persos victimes du patriarcat, qui se révoltent, évoluent et se battent. C’est Furiosa et les 5 non manequins. Sinon « Male gaze ».
    Dans un film ou on peut matter des beau mecs pecs à l’air à chaque plan, ou il y a des « handicapés » dans chaque couche de la société (dont l’héroine), ou les grand mère se servent de leur nudité pour faire semblant d’etre faible et embuscader des tribus de males psychopathes, ou on embauche des manequins victime de leur physique enfermées dans un coffre, violées, privées de leurs enfants, sans les maquiller ou filmer leur cul…
    Non, manequin, nombril, male gaze, couvre toi.
    C’est de la stigmatisation. Une double peine.

    C’est comme les liens vers Télérama (cette presse qui a abandonné le combat à cause de Mad Max et qui est apte à juger car elle ne se gave pas de subvention pour débiter du séxisme et de islamophobie au quotidient):
    On arrète de vous questionner sur vos robes, on est progressif, crachez donc sur vos collègues et financeurs. LOL!
    Pourquoi parlez du travail d’Huppert (filmo de dingue) et de Pialat (L’Inconnu du lac, Timbuktu, bordel, rien que ça) ou critiquer le très limite « Polisse » de Maïwenn.
    Non on défend en priorité les femmes à Télérama.
    Double peine.

    Salma Hayek, « la bouillonnante », trop super. Elle bouffe sur les bénefs de son mari François-Henri Pinault, le mec qui fait son beurre sur la culpabilisation du corps des femmes (et de plus en plus des hommes) Pinault-Printemps-Redoute. Vous reprendrez bien une pub male gaze dans votre rue ou votre magazine? LOL!
    Zéro peine.

    #31942 Répondre
    Paul Rigouste
    Participant

    Si ca peut vous rassurez je doute que la » stratégie du patriarcat » lise ce blog.

    Je reformule mon idée au cas où votre remarque ne soit pas du trollage (avec vous on ne sait jamais trop…).
    Quand je dis « stratégie du patriarcat », je veux dire « stratégie des hommes en tant que classe ». Quand on est un mec, on a pas vraiment intérêt à ce que le féminisme aille trop loin. Donc à mon avis, une des stratégies possible peut-être de proclamer la fin du patriarcat, l’avènement de l’égalité, la victoire du féminisme. Comme ça plus la peine de continuer de critiquer, plus la peine de chercher à atteindre l’égalité, puisque celle-ci est déjà acquise. C’est ça que je crains un peu avec ce consensus autour de Mad Max.

    Pas la peine de garder vos arguments sous un voile pudique de mystère, quels trucs vous reprochez au film?

    Comme je l’ai dit dès mon premier post : à peu près les mêmes choses que Queen Margot et Camille.

    Non, manequin, nombril, male gaze, couvre toi.
    C’est de la stigmatisation. Une double peine.

    Là je ne comprends pas bien ce que vous voulez dire. Vous me reprochez de stigmatiser ces actrices ? De stigmatiser le fait que le réal ait choisi des mannequins pour jouer ces rôles, et qu’il ait choisi de les mettre en petite tenue ?
    Pourriez-vous préciser un peu plus?

    #31947 Répondre
    Sarah
    Invité

    Oui Paul, je comprends votre argument mais comme je suis allée voir le film en ayant connaissance du tollé des Male Right Activists aux USA, je ne pouvais pas me dire que ce film laissait le spectateur mâle indifférent à son féminisme.

    Peut-être mon côté optimiste a envie de croire que beaucoup d’hommes ont quand même envie de personnages féminins forts, que les choses évoluent un peu par certains côtés, je ne sais pas.

    Par exemple, de plus en plus d’actrices américaines dénoncent le sexisme à Hollywood. Dernière en date Maggie Gyllenhaal qui à 37 ans a été déclarée trop vieille pour jouer l’amoureuse d’un homme de 55 ans.

    http://www.huffingtonpost.fr/2015/05/21/maggie-gyllenhaal-sexisme-jeunisme-hollywood_n_7363026.html

    Alors certes elle continue de dire que finalement ça l’a fait rire (ah ben oui c’est pas si grave n’est-ce pas?) mais au moins aux Etats-Unis et en Angleterre, les actrices et les réalisatrices disent les choses. En France, on a vu ce que ça donne.

    Idem pour la réaction d’Emily Blunt face au scandale des femmes refoulées sur le tapis rouge pour ne pas porter de talons aiguilles. Il me semble peut-être à tort que dans le monde anglo-saxon, pour des raisons que j’ignore et malgré la persistance des problèmes, il y a une conscience plus élevée sur ces questions là.

    Après, je suis d’accord sur le fait de réfléchir sur les films dits féministes. Il y a beaucoup de films dits féministes qui m’ont laissé un goût amer par exemple quand un homme que je connais défendait « Boulevard de la Mort » (puisqu’on mentionnait Tarentino en comparaison) en disant que c’était génial que Butterfly fasse une danse super sensuelle, que les femmes pouvaient être à la fois super fortes et ne pas perdre leur féminité (euh…) alors que moi cette séquence m’avait profondément énervée.

    Le film Youth, désolée ça m’énerve tellement qu’un homme fasse la promo de son film comme ça donc je reviens dessus : la fille est utilisée dans la bande-annonce (qui a donc été montrée pendant la cérémonie d’ouverture) et sur l’affiche mais c’est bien l’histoire des deux vieux qui la matent. L’actrice n’est même pas nommée sur l’affiche. Je pensais pas que cela se faisait encore mais si. Et je ne parle même pas des affiches de Gaspard Noé. Lui, c’est un maître.

    (Oui j’ai le malheur de suivre le festival de Cannes, peut-être vaudrait-il mieux que je m’abstienne)

    PS : d’accord avec Joffrey sur Salma Hayek qui s’est cantonnée à des rôles de faire-valoir bomba latina toute la première partie de sa carrière et dont le féminisme déclaré (récent) ne m’a jamais semblé ni sincère ni crédible.

    #31948 Répondre
    joffrey pluscourt
    Invité

    Je trolle (ou pas) si je veut.

    « Et sinon sur le film en général, comme Queen Margot et Camille, il y a des points que j’ai trouvé bien (en particulier le fait qu’il y ait des personnages de femmes âgées, indépendantes, et une solidarité entre elles, Furiosa et les Five Wives), mais aussi BEAUCOUP D’AUTRE qui m’ont gonflé… »
    21 mai 2015 at 19 h 46 min

    Je continue à penser que votre avis influence peu la marche du patriarcat. (le mien encore moin) Par contre argumenter fait avancer ce fil.

    J’en ai perso un peu marre que des critiques « féministes » coincent les femmes dans des contradictions à la Télérama (pourri tes financeurs on prend des notes sinon t’es une traite à la cause parole de journaliste).

    Votre argument c’est un stigma sur le mot manequin. Vous ne parlez pas d’aphrodisme à aucun moment. La beauté dans Mad Max fais des femmes des victimes du patriarcat, c’est bien vu (argument d’autorité validé par l’auteure des « monologues du vagin »). Il y a de multiples autres femmes présentée, les manequins elles mème ne se ressemblent pas.
    Votre critique c’est faire prendre du poid à des actrices, une police de la balance, faire un film avec des physiques de femme qui ne heurtent pas votre sensibilité (ou votre braguette). Meme histoire, autres actrices… Parce que!
    Vous sensualisez à outrance un corps de femme. Vous passez sous silence la tenue des laitières et le dévellopement des persos « mères porteuse ». Par contre vous insistez sur leur état civil et leur costume. C’est injuste pour des actrices loin d’etre mauvaises. Tout ca sous excuse de male gaze (trouvez une copie p2p et un chrono de scène male gaze et je reconnait votre argument)
    C’est de la stigmatisation. C’est limite réact.

    #31951 Répondre
    Stardama
    Invité

    Mr Rigouste, vous dites « j’ai plutôt tendance à y voir un indice du fait que le film n’est pas si dérangeant que ça pour les messieurs, et qu’ils y trouvent quand même bien leur compte dans ce « féminisme ». Allez voir sur ce site en anglais, http://www.imdb.com/title/tt1392190/board/threads/, c’est post sur post de critique haineuse macho qui se concentre uniquement sur le fait que le film est nul parce que c’est de la grosse propagande féminine et que non non les femmes sont bien dominantes dans la société, elles sont tous les privilèges, le patriarcat est un mythe, même les agressions sexuelles et autres ce sont les hommes qui les subissent en majorité de leur part (c’est pas une blague, c’est vraiment ce que certains disent). Donc non, je ne suis pas d’accord avec vous.

    Ensuite je rejoins Paul sur un point : vous pensez que Mad Max est très imparfait question féminisme… pour quoi au juste, à part cette scène de la douche ?
    Vous dites que seules les jolies filles sont sauvées. Ce n’est pas exact si on considère l’intégralité du récit. Furiosa s’en sort elle aussi, et les femmes plus âgées deviennent membres du groupe. Si vous voue référiez strictement au fait qu’elles soient délivrées, elles et pas les autres, au début, d’accord c’est un point valable, mais le scénario le justifie (comme dit Paul faire évader les « laitières » (prdon pour le mot) aurait été physiquement impossible, et Furiosa avait sans doute des raisons personnelles d’aider ces personnes, ayant été dans la même situation plus jeune).

    Personnellement je n’ai pas tout simplement vu dans ce film les erreurs sexistes typiques qui sont régulièrement mis en avant dans les articles de ce site, sur pratiquement tous les films (le seul qui s’en sort bien de mémoire est Hunger Games^^). Posons-nous par exemple ces quelques questions
    – « Fury Road » met-il en scène un seul personnage féminin négatif ?
    – « Fury Road » oublie-t-il de développer les personnages féminins au profit du mâle ? Ces mêmes personnes se comportent-elles comme des stéréotypes ou comme de vraies personnes ? Acceptent-elles tacitement l’objectification qu’elles subissent ?
    – Quel usage font les femmes des attributs phalliques (flingues et véhicules) qu’elles retournent contre les hommes ? Du massacre revanchard en mode fantaisie masculine, à la Tarantino, ou bien de l’auto-défense et de la lutte pour la survie face à l’oppression réelle, plutôt comme Maléfique de Disney (article sur ce site) ?
    – Furiosa est-elle rapidement mise de côté pour servir de background à Max, qu’elle devrait suivre aveuglement parce que c’est le mec et qu’il connait tout ?
    – Introduit-on une romance inutile juste pour émoustiller les spectateurs et rabaisser tel ou tel femme ? Y a t-il une seule scène « nue » destinée au public dans le film ?
    – A un quelconque moment, Max fait-il preuve de sexisme ou de condescendance paternaliste envers une femme ? (style « c’est bon tais-toi maintenant et laisse faire le phallus ») Dans le même registre, les femmes puissantes perdent-elles leurs compétences dès qu’un protagoniste masculin entre scène ? S’interdisent-elles de donner des ordres aux mâles ? Quand elles se retrouvent en difficulté, sont-elles protégées exclusivement par des hommes, comme il se doit ?
    – Dans la fameuse scène de la douche, soit la première recontre entre les personnages principaux, l’homme est-il présenté comme supérieur ou au contraire, comme affaibli et bestial ?
    – Le film fait-il preuve d’âgisme, en réduisant comme convenu les personnages – surtout féminins ici – de plus de quarante ans au rôle de conteuses de fables ou de vieilles folles ?
    – Le film limite-il les amitiés aux « bromances » ou parvient-il à représenter des liens affectifs profonds entre les personnages féminins ?
    – Le film fait-il l’apologie de la masculinité et du virilisme, à travers le personnage de Nux par exemple ?
    – Le film se clôt-il, comme il se doit, sur un retour aux valeurs et aux schémas traditionnelles du patriarcat ?

    #31952 Répondre
    Stardama
    Invité

    Je voulais juste dire que, oui, il peut y avoir des erreurs quer je n’aurais pas pu distinguer, vous êtes plus expérimenté que moi dans ce domaine après tout (je ne sais pas pour les autres membres de cette conversation) ; mais dire que l’effort fourni est très insuffisant, non, objectivement, ce n’est pas vrai, sans vouloir vous vexer.

    #31953 Répondre
    joffrey pluscourt
    Invité

    @Sarah: j’avoue que pour lire le Guardian le débat est plus avancé dans le monde anglo saxon et que les déclarations des artistes aident beaucoup (vu du net en tout cas).
    Mais il y a une différence entre une prise de parole de femme et se retrouver à débattre politique en tant qu’artiste à cause de son sexe, puis citer et juger sur des morceaux de phrases.

    je cite le capitaine Claudette Wyms, perso de the shield, femme noire américaine dans la hiérarchie de la police (oui c’est une série TV mais bon):
    « Ne me parle pas du combat, fils. Je suis le combat. »

    Huppet, Piala, Maïwenn sont le combat.
    Qu’on analyse leurs oeuvres, au lieu d’orienter leurs prises de positions sur leurs fringues ou sur « le féministe ». Elles savent et sont assez grandes pour vouloir en parler (ou pas) de manière choisie par elle.

    Surtout que la presse actuelle est un vecteur essentiel des imageries sexistes et dominantes (libéralisme, islamophobie…), qu’elle balaie devant sa porte en priorité (et urgence).

    Encore une fois je n’accuse personne de rien mais:
     » Salma Hayek qui s’est cantonnée à des rôles de faire-valoir bomba latina toute la première partie de sa carrière » NON!
    Hollywood (le système patriarcal de) a cantonné les actrices jeunes et latines à des rôles de faire-valoir bomba latina. (Double Peine encore)
    Ca ne l’empèche pas de payer sa garde robe avec les dividendes de la domination séxiste qui se vit comme « entreprise de luxe » par ailleurs.

    #31955 Répondre
    joffrey pluscourt
    Invité

    @Stardama:
    Il n’y a PAS de « scène de douche » ni de « manequins à poil » que dans les commentaires, PAS dans le film, c’est de la désinformation de certains coms, elles se lavent de la poussière habillées et défond leur ceinture de chasteté au coupe boulon. J’attendais la scène j’y parie ma chemise.
    Les « laitières » aurait fait la mème au premier arret et aurait été filmées à charger des armes, protéger l’héroine de leur corps, grimper sur la citerne, sermoner un soldat… enfin j’imagine car c’est de la critique fiction

    Jolie analyse sinon.
    « Hunger Game » vaut le coup sérieux? j’ai pas vu mes il a une réputation pas térrible.

Affichage de 15 messages - 16 par 30 (sur 52 au total)
Répondre à: Mad max : Fury road
Vos informations:




Commentaires clos