Films, séries et autres sur l’homosexualité masculine

Accueil Forums Le coin pop-corn Films Films, séries et autres sur l’homosexualité masculine

Ce sujet a 23 réponses, 2 participants et a été mis à jour par  Anne, ma soeur Anne, il y a 4 mois et 4 semaines.

9 sujets de 16 à 24 (sur un total de 24)
  • Auteur
    Messages
  • #8989 Répondre

    caerbannog

    Merci Casper !
    J’y crois pas !!! Quoique…
    Mais je ne retournerai pas voir ce truc. C’est donc bien une des séries les plus réac que j’ai pu voir récemment.
    Faut dire que Breaking Bad, c’est pas mal non plus. 2-3 scènes à vomir.

    #10081 Répondre

    Trapipo

    « J’ai arrêté quand Rick, devant tout le monde, tue la fille de Carol qui est devenue vampire »
    Elle devient Zombie, pas vampire ! C’est über important !! lol

    Blague à part je suis entièrement d’accord avec ton analyse de Walking Dead.

    La saison 2 qui se passe dans la grange est longue et chiante.

    Les saisons 3 et 4 sont mieux. Même si ça reste le même schéma homme/femme/armes/etc…

    Personnellement, ce qui m’a particulièrement énervé dans Walking Dead, (hormis Lorie) c’est ce culte des armes, je suis certain que cette série est sponsorisé par la NRA.
    On doit avoir au moins 3 épisodes qui sont des véritables leçons sur le maniement des armes à feux.
    « Alors tu vois, ici c’est la culasse… oui très bien, il faut la nettoyer régulièrement… »
    « Retiens ta respiration… C’est bien Bobby, comme ça, il faut que tu sois dans un état quasi de méditation, en harmonie avec la nature quand tu es prêt à tirer ! »

    Un autre truc aussi, c’est le nombre de fois où les femmes « craquent » émotionnellement.

    Je me suis fais la réflexion hier en regardant l’épisode 10 de la saison 4. Tout les personnages ont quitté la prison, c’est la mega loose pour chacun (oui, parcque cette serie aussi, c’est la mega loose en permanence), Beth et Daryl sont d’un coté, et Beth essaye tant bien que mal de surmonter la tragique situation.
    Elle est directive, elle « essaye » d’etre forte… Mais quelques minutes apres, la nature reprend le dessus, elle s’effondre en larme, elle craque…
    Idem pour Maggie quelques minutes plus tard qui tente de retrouver son amoureux… Elle ne veut pas camper, s’arrêter se reposer une nuit au bord de la rivière…
    non, elle est active, elle va rechercher Glenn.
    Mais elle craque émotionnellement.

    Bon, les hommes pleurent aussi parfois dans cette série (de toute façon, tout le monde pleure dans cette série…) il faudrait faire des statistiques quand même, j’ai quand même l’impression que pour un mec qui pleure, 2 ou 3 femmes craquent.
    C’est à peu prés le ratio.

    Bref, j’attend la saison 5 avec impatience !! lol

    Bisou A+

    #33396 Répondre

    Altair

    Un film magnifique sur l’homosexualité masculine, c’est « Maurice », de James Ivory, qui date de 1987 (déjà !).

    C’est peut-être le plus beau film que j’aie pu voir sur l’homophobie internalisée – on y suit les affres de Maurice, étudiant à Cambridge puis jeune homme de la bonne société londonienne, qui vit très très mal son homosexualité dans une société edwardienne profondément homophobe (l’homosexualité est passible de coups de fouets et de prison). Le film montre plusieurs années de sa vie.
    C’est inspiré d’un roman largement autobiographique de Foerster, publié très très longtemps après sa mort tant le sujet du livre était choquant de son vivant.
    Personnellement, j’ai trouvé ce film bouleversant et sublime. Bien plus réussi à mon avis que Brokeback mountain, et sorti bien avant.

    Et c’est l’occasion de découvrir Hugh Grant, superbe dans l’un de ses premiers rôles.

    #39190 Répondre

    Milu

    Je viens de voir Seule la Terre (« God’s Own Country » en VO) et j’ai aaaaadooooréééé 😀

    l’histoire parle d’un fils de paysan, John, dont le père et la grand-mère, l’un invalide du fait d’un accident du travail et l’autre très vieille, tiennent leur ferme d’élevage de vaches et brebis à bout de bras. (zéro antispécisme, j’aime autant prévenir.)

    tout le monde s’attend à ce qu’il reprenne la ferme, mais il se sent complètement enfermé dans ce rôle imposé, il est très mal dans sa vie, incapable de communiquer, se met des races en permanence et a une relation très tendue avec son père et sa gd-mère.

    au moment de l’agnelage, le père embauche un jeune Roumain, Gheorghe. Les deux hommes passent la semaine dans un abri dans les collines auprès du troupeau et malgré une relation très hostile au départ (John en veut à la terre entière, et en plus est envieux de Gheorghe qui aime clairement ce boulot et y excelle, alors que lui est dans un rapport crispé à la ferme où il a grandi) bref ils sortent ensemble. et c’est trop mignon <3

    nan et puis ce film échappe à plein de clichés, tout en traitant de questions importantes avec beaucoup de bienveillance.

    déjà John est homosexuel avant de rencontrer Gheorghe, et l’enjeu du film n’est pas vraiment la réconciliation de son orientation sexuelle avec sa vie de famille ou je sais pas quoi mais d’apprendre la tendresse et la confiance. c’est une histoire d’amour « comme une autre » par bien des aspects, le fait qu’elle soit homo ne la transforme ni en tragédie ni en manifeste ou quoi.

    il y a bien un moment de coming out, mais ça se passe assez tranquillement, c’est presque drôle de lire les critiques urbaines et libérales accuser le réal-scénariste (lui même est homo et vient de la campagne) de passer sous silence l’homophobie des milieux ruraux et pauvres comme s’il allait de soi que c’était forcément l’horreur.

    et ça parle de cette question épineuse de la transmission d’une ferme, des tensions entre relation professionnelle et familiale, entre volonté de continuité et besoin de changement, etc.

    en fait ce film ressemble beaucoup à La Belle Saison de Catherine Corsini, m

    bref, je sais pas, c’est trop chouette.

    #39191 Répondre

    Milu

    ha j’avais pas fini ma digression sur La Belle Saison 🙂

    bref, les thématiques sont parallèle, mais le film de Corsini se passe en France dans les années 70 et avec un couple de femmes et est globalement assez déprimant, alors que Seule la Terre se passe de nos jours et montre un couple d’hommes et fait vachement du bien! voilà donc pour celleux qui ont aimé La Belle Saison, c’est un peu la même mais en plus doux et plus optimiste 🙂

    #39220 Répondre

    Arroway

    J’ai aussi vu Seule La Terre, et il cool, par contre il échappe pas trop à certains clichés (ceux des films gays, donc c’est pas le plus craignos, ça rend juste les ficelles du film un peu grosses 😉
    Les images sont magnifiques en tout cas, et c’est vrai que la « banalisation » de l’homosexualité (on voit d’autres hommes ayant des relations avec des hommes dans le film), dans le sens où ce n’est pas LE problème dans le film même si tout ne va pas de soi, est appréciable.

    #39221 Répondre

    bender

    Témoins sous silence : série policière norvégienne où tout commence par deux adolescents venus faire…. dans un coin discret et qui assiste à un meurtre. Mais comme les deux ados sont des garçons ils préfèrent se taire.

    La fin est un peu vite expédiée à mon goût mais la relation entre les deux garçons est intéressante avec l’acceptation de leur propre homosexualité et aussi les réactions de leurs entourages. Les clichés sont aussi évités concernant les apparences et les comportements des deux jeunes garçons.

    #39563 Répondre

    Paul

    Alex Strangelove (2018)

    poster

    un teen movie bien écrit et bien joué, qui comporte un certain nombre de problèmes mais aussi quelques trucs intéressants.

    J’ai aussi commencé à regarder Love, Simon (2018), qui m’emballe un peu moins mais peut être potentiellement pas mal politiquement.

    poster

    #39570 Répondre

    Anne, ma soeur Anne

    Champions est une série comique où un père obtient la garde de son jeune fils métisse, adolescent et homosexuel.

    Michael, le jeune adolescent est l’un des 3 personnages principaux de la série qui se plaît à enfoncer des portes sexistes / homophobes ouvertes mais pas que.

9 sujets de 16 à 24 (sur un total de 24)
Répondre à : Films, séries et autres sur l’homosexualité masculine
Vos informations:




Commentaires clos