Hunger games 4: la fin

Accueil Forums Le coin pop-corn Films Hunger games 4: la fin

  • Ce sujet contient 7 réponses, 2 ps. et a été mis à jour pour la dernière fois par Lison, le Il y a 4 années, 3 mois.
Affichage de 8 messages - 1 par 8 (sur 8 au total)
  • Auteur/e
    Posts
  • #34084 Répondre
    Lison
    Invité

    Bonjour tout le monde,
    Je voudrais connaître votre avis sur le dernier film de la saga « Hunger games » qui est sorti en France fin 2015. Qu’est-ce que vous avez pensé de la résolution de la série ?
    Personnellement, j’ai adoré ce dernier opus (beaucoup de suspens,Jennifer Lawrence est toujours très bien) mais certaines choses m’ont un peu dérangé (surtout après avoir lu les romans ):

    ATTENTION SPOILERS

    -Par rapport au roman, les souffrances de Katniss et leur conséquences psychologiques et physiques sont considérablement atténuées: dans le livre, elle devient à moitié folle après la mort de sa soeur, même chose après avoir tué Coin. Elle ne se lave plus, vit recluse et complètement dépressive, ce qui n’est pas du tout montré dans le film, où l’actrice est toujours aussi belle quel que soit son état.
    Je trouve ça dommage, c’est cet aspect qui est très intéressant dans le roman:on n’est pas dans une histoire complètement fantasmée où les héros tuent de sang froid tous leurs ennemis sans que cela ne modifie leur caractère. On voit que ce genre de vie « héroïque » a un prix et une limite. On suit en plus le point de vue de Katniss, ce qui renforce l’identification.

    -Bon, peut-être que je chipote un peu, mais je n’ai pas trouvé que l’image de Katniss à la dernière scène du film soit très crédible vu le caractère du personnage. On la voit en robe à fleur avec un enfant dans les bras. J’ai l’impression que son côté dur et guerrier a été effacé par cette tenue. C’est surtout la tenue qui me dérange (c’est pour ça que je précise que c’est un détail). Après ses paroles, je trouve ça assez fort et plutôt encourageant de penser à une transmission de ses acquis à ses enfants (de plus, on ne connait pas le sexe du bébé).
    null

    C’est tout ce que je dirais sur les objections. En avez-vous ?
    Sinon j’ai beaucoup aimé l’idée de la révolution qui est instrumentalisée par Coin qui cherche seulement à remplacer Snow, c’est assez réaliste.

    #34189 Répondre
    Paul Rigouste
    Participant

    Bonjour,
    à propos du personnage de Coin, j’avais lu cet article intéressant qui la rapproche des autres femmes de pouvoir jouées par Kate Winslet dans Divergente, Meryl Streep dans The Giver et autres, et qui montre bien en quoi ces films sont misogynes sur cet aspect (même s’ils ont plein de qualités par ailleurs, on est d’accord 🙂 )
    http://www.btchflcks.com/2015/02/when-women-are-the-bad-guys-in-ya-dystopian-films.html#.V1gjUL48LE0

    #34190 Répondre
    Lison
    Invité

    Merci pour l’article, c’est intéressant.
    J’aime beaucoup la façon dont elle analyse l’opposition qui est faite entre la figure de la « bonne » mère et les figures de femmes de pouvoir, c’est très juste.
    Pour « Mockingjay part 2 » cependant, après la mort de Coin c’est une autre femme, le Commandant Paylor (jouée par Patina Miller) (et noire en plus !) qui est élue (C’est une des dirigeant/es de la révolte,on aperçoit brièvement). Donc je pense que ce trope de la femme de pouvoir froide et maléfique est un peu atténué. On a une sorte d’évolution vers le « mieux » j’ai l’impression (mieux = en gros la sortie de l’ordre établi tyrannique ): d’abord le tyran distingué (Snow) ensuite la leadeuse de la Résistance au jeu trouble (Coin) et enfin la « présidente » démocratiquement élue (Paylor ).
    Je ne connais pas assez les autres films dont parle l’article pour me prononcer, par contre.

    #34191 Répondre
    Paul Rigouste
    Participant

    Oui mais le gros problème du film par rapport au personnage de la commandante Paylor, c’est qu’on ne la voit quasiment pas. Et malheureusement ça s’inscrit dans un profond racisme qui traverse l’ensemble de la série, qui reste centré sur des blanc-he-s avec des personnages racisés qui sont soit subordonnés aux blanc-he-s, soit quasi-invisibles.

    Ce racisme m’a vraiment gêné parce qu’il est vraiment systématique. En vrac : le personnage de l’homme noir qui choisit comme arme une machette lors des premiers Hunger Games, la petite Rue dont la mort est instrumentalisée pour servir l’évolution psychologique de l’héroïne blanche, le trope de la sauveuse blanche, le personnage du chef d’équipe noir dans le 4 qui est bien sûr le premier à mourir, le whitewashing du personnage de Katniss elle-même dans les adaptations cinématographiques, etc etc. Et surtout, l’incapacité de la série à thématiser le racisme comme un système d’oppression (alors que la domination de classe est quant à elle bien mise en avant). Du coup, pour moi, l’invisibilisation de la Commandante Prior à la fin (on doit la voir prendre le pouvoir à la télé pendant 3 secondes, ou un truc de cet ordre) s’inscrit dans un racisme tellement récurrent que cette fin ne m’a pas satisfaite du tout à ce niveau…

    Mais après c’est sûr qu’il y a beaucoup d’autres choses bien dans ces films, que j’adore vraiment, surtout en comparaison aux autres blockbusters affreux qu’on nous inflige régulièrement (les marvel ou autres…) 🙂

    #34192 Répondre
    Lison
    Invité

    J’avoue que je n’ai pas remarqué le racisme de la série.( je suis souvent tellement contente de voir de nouvelles représentations de personnages féminins importants que j’ai tendance à m’y arrêter.) Ce genre de schémas racistes fini par ne pas du tout me déranger vu qu’on en est abreuvé. Ça passe pour normal.
    Du coup c’est sûr que la montée à la tête de Panem d’une femme noire à la fin de la trilogie passe pour assez décoratif.

    Par contre je n’ai pas eu l’impression que le racisme dans les livres soit décrit et établi comme un système d’oppression non plus. Je ne dis pas ça pour dédouaner les réalisateurs, ça me semble juste étonnant.

    #34193 Répondre
    Paul Rigouste
    Participant

    Pardon, je ne voulais pas sous-entendre que les livres étaient mieux que les films sur ce point (je ne peux pas le savoir car je n’ai pas lu les livres 🙂 ). La seule chose que j’avais lu sur ce sujet concernait le whitewashing subi par Katniss dans les films…

    #34246 Répondre
    Queen Margot
    Invité

    J’ai moi aussi beaucoup aimé la fin de la saga (et aussi le reste de la saga en fait!). Ce qui m’a dérangé à la fin du film, c’est le fait que l’état mental de Katniss et sa dépression soient atténués, voire complètement passés à la trappe.
    Dans le livre, Katniss est suivie par un psychiatre, elle prend des antidépresseurs et des calmants; ce qu’on ne voit pas dans le film. Ce serait vraiment honteux de montrer un personnage principal de blockbuster prendre des antidépresseurs?

    #34247 Répondre
    Lison
    Invité

    Je suis tout à fait d’accord ! Katniss est beaucoup plus abîmée dans le roman: elle devient à moitié folle à la fin, ne se lave plus, ne se nourrit plus correctement, a des cicatrices indélébiles sur le visage et le corps…Elle est censée avoir une apparence vraiment repoussante lorsque Peeta vient la voir au Victor’s Village, mais cela est complètement évacué dans le film. Est-ce que ça choquerait que Jennifer Lawrence soit enlaidie ? On dirait, pour les réalisateurs, en tout cas.
    Ce qui est intéressant et très émouvant aussi dans le livre et qui n’apparaît pas du tout dans le film, c’est la façon dont Peeta et Katniss font le deuil de toutes les personnes qu’ils ont perdues, en écrivant un livre qui recense les petits détails sur ces personnes et leur portrait peint par Peeta. C’était une idée très belle et une bonne façon de montrer que malgré une vie héroïque, on n’est pas invulnérable.

Affichage de 8 messages - 1 par 8 (sur 8 au total)
Répondre à: Hunger games 4: la fin
Vos informations:




Commentaires clos