Mad max : Fury road

Accueil Forums Le coin pop-corn Films Mad max : Fury road

  • Ce sujet contient 51 réponses, 1 ps. et a été mis à jour pour la dernière fois par joffrey pluscourt, le Il y a 5 années, 4 mois.
Affichage de 7 messages - 46 par 52 (sur 52 au total)
  • Auteur/e
    Posts
  • #31990 Répondre
    Stardama
    Invité

    Oui, de manière générale elle a tout à fait raison – comme on le sait 95% des héroines « puissantes » dans les films d’action/sf/ou autres catégories/.. américains sont essentiellement des mecs avec des boobs (voir Matrix, Unerworld, Resident Evil, le dernier Fast and Furious, les Tarantinos, etc, et les jeux vidéos aussi). Comme l’ont montré certains sur ce site (cf l’article sur Boulevard de la Mort), il s’agit de la mise en application d’une fantaisie masculine basée sur les deux élements qui émoustillent les créateurs et le public, l’ultra-violence et les corps sexy. Un pur fantasme, une illusion sans vrai personnage derrière.
    Fury Road échappe en majorité à cette caractérisation, c’est cela que je critiquais dans l’article : seule Furiosa parait « virile » selon les standards occidentaux, encore qu’elle n’ai qu’un bras et qu’elle ne soit jamais érotisée avec sa tenue utilitaire et la crasse dont elle se couvre ; les autres femmes ne sont pas de ce type, bien qu’elles aient aussi des compétences, pensées et volontés propres – les échappées sont physiquement plus faibles et moins expérimentées, les membres de la tribu ont un âge inhabituel pour le contexte. Toutes sont indépendantes des hommes et n’obéissent pas aux « codes » typiques d’une telle production, comme la romance.
    Et puis ce que j’avais dit, le fait que la violence soit plutôt en retrait dans les agissement des personnages. Les véhicules souffrent nettement plus que les gens…

    #31991 Répondre
    Sarah
    Invité

    Merci pour les tweets de Sarkeesian qui tombent à point nommé (pour moi).

    (Attention spoiler sur une scène de Game of Thrones)

    Dans le dernier épisode de Game of Thrones, un personnage féminin « badass » a, lors d’un combat, très légèrement pris le dessus sur un personnage masculin imbattable. Déjà en soi c’est un exploit puisque même les hommes ne parviennent pas à battre ou même blesser ce mercenaire.

    Je vous passe les détails mais ils sont en prison dans des cellules qui se font face et il lui fait une remarque comme quoi elle n’est pas la plus belle femme qu’il ait jamais vu. Et elle commence à se déshabiller de manière très érotique devant lui en disant « ah bon je ne suis pas la plus belle? ». Elle est évidemment très belle et les plans sont très nombreux sur sa poitrine nue. Là il n’y a pas à se poser de questions sur le male gaze.

    Lui commence à être excité. Or lorsqu’elle l’a blessé dans le combat, son arme était empoisonnée avec un poison à effet très lent. Donc il commence à mourir juste à ce moment là (ça tombe bien). Elle a l’antidote sur elle mais il doit lui dire qu’elle est la plus belle pour qu’elle le lui envoie (ce qui arrive). Tout ça les nichons à l’air bien sûr.

    Voilà le niveau. Bon ne me demandez pas pourquoi je regarde encore cette série.

    Et là un commentateur de pop culture dont je lis parfois les articles sur Le Plus de l’Obs a mis sur son twitter le post suivant :

    « Les dieux de GoT nous ont entendu, il y a enfin du nichon. Pas gratuit hein, de la nudité girl power. Je vais de ce pas en faire un gif »

    https://twitter.com/kamuirobotics/status/602763105798647808?lang=fr

    C’est pour ça que je parle de cela, à cause de ce tweet qui m’a fait bondir (sinon les nichons dans GOT, c’est monnaie courante, je vais pas en faire un post à chaque fois).

    Je précise que cette scène est une des moins importantes pour l’histoire de tout l’épisode. Et je passe sur le « enfin » comme si GOT n’était pas justement déjà rempli de nichons.

    Bref. Comme promis il a fait un gif de la fille qui dénude son sein.

    Voilà. Paye ton girl power selon un bloggueur de la pop culture.

    Ce commentateur a adoré Mad Max aussi. Je le souligne même évidemment ça ne veut rien dire en soi. Moi aussi j’ai aimé Mad Max et je préfère largement voir un film comme ça que les milliers d’autres qui se foutent littéralement de la gueule du monde.

    Mais je trouve que la réflexion de Sarkeesian est vraiment affutée.

    Et en prolongement de cette réflexion, la réaction stupide et primaire de ce bloggueur face à la scène de Game Of Thrones en dit long sur le pseudo féminisme de la pop culture actuelle.

    #32000 Répondre
    Paul Rigouste
    Participant

    @ Starmada

    J’abandonne sur la question du male gaze (au moins on a réussi à se mettre d’accord sur le fait qu’on n’est pas d’accord 🙂 ).

    Reste que quand je vois la résistance qu’il y a chez beaucoup de spectateurs (surtout hommes j’ai l’impression…) à reconnaître du male gaze dans un film d’action qui met ses protagonistes sexys en petite tenue, j’ai quand même un peu peur… Si même ça ce n’est pas vu comme problématique, je me dis que le patriarcat a définitivement réussi à normaliser cette oppression, qui pour beaucoup n’apparaît même plus comme telle.

    Et par rapport à vos objections récurrentes sur le fait que ces scènes ont aussi d’autres significations, pensez que le meilleur moyen pour un réalisateur qui veut que son film marche, c’est de faire un film assez ambivalent pour plaire à tout le monde. Et Miller fait ça très bien. Il met des poursuites en bagnole et des femmes à poils pour le public masculin misogyne d’un côté, mais aussi un propos « féministe » et un personnage féminin presque à égalité avec le héros masculin pour plaire au public féminin et/ou plus progressiste. Et visiblement ça marche vu comment le film semble plaire à la fois aux fans de films d’action virilistes et aux femmes/féministes (enfin plutôt aux féministes qu’aux femmes en général je pense, vu la faible proportion de femmes dans la salle quand j’ai vu le film. Cf aussi ici pour cette question : http://www.metronews.fr/blog/ovidie/2015/05/25/crash-test-feministe-pour-mad-max/).

    Bref, tout ça pour redire que c’est pas parce qu’il y a des femmes qui s’émancipent qu’il ne peut pas y avoir aussi des beaux corps féminins en petite tenue pour le regard masculin ! Les deux ne sont pas incompatibles, la preuve… (voir aussi pour un exemple encore plus flagrant un film comme Catwoman de Pitof).

    @ Kikuchyo

    Merci pour cette analyse de Sarkeesian. Si je suis d’accord avec Starmada qu’on n’est pas ici au même degré de jouissance de la violence que dans les Tarantino, je suis d’accord avec elle sur le fond. Quand bien même les héroïnes ne prennent pas plaisir à la violence et cherchent avant tout à lutter contre leurs oppresseurs, le film reste centré autour de scènes d’action violentes (qui doivent bien constituer 2/3 du film, voire 3/4, et qui sont le cœur du spectacle dont le public vient jouir (moi le premier…).

    Ça aurait été un film avec des valeurs bien différentes à mon avis si on avait plus vu par exemple l’évolution des personnages des 5 Wives et de Furiosa avant leur évasion, leur collaboration, leur organisation etc, ou si on avait vu ce qui se passe après le film (par quoi elles remplacent la dictature phallocrate d’Immortal Joe, les éventuelles tensions politiques entre elles, et entre elles et les autres femmes, etc.). Au final, j’ai l’impression que le film ne s’est intéressé presqu’à l’affrontement violent entre les héroïnes et les oppresseurs, en laissant au second plan tout le reste. La scène où elles rencontrent les vuvalinis me semblent assez symptomatique, car au final elles n’ont quasiment rien à se dire (ou si elles se disent des trucs, le film s’en fout et ne le montre pas). J’ai personnellement été très déçu par cette scène (et plus généralement par la pauvreté des relations entre tous ses personnages féminins, sacrifiées au profit de scènes d’action et de violence (destinées avant tout aux spectateurs masculins..).

    @ Sarah

    Merci pour cette réflexion sur GoT (ça a l’air méga glauque cette série décidément…).

    C’est intéressant cette remarque du bloggueur, qui semble distinguer le « nichon gratuit » du « nichon justifié ». Ça me fait un peu penser à ceux qui défendent les petites tenues des 5 Wives et la nudité de la vuvalini dans Mad Max en disant que ça se justifie dans le scénario, donc sous-entendu que ce n’est pas gratuit, donc c’est bien.

    Pour moi, ça n’est jamais « gratuit ». Quand on montre un corps de femme dénudé, ou de la violence masculine par exemple (car on entend aussi souvent l’expression « violence gratuite »), ça n’est jamais « gratuit », au sens où ça a une fonction politique précise (réaffirmer un rapport de domination dans ces deux cas). Donc opposer le « gratuit » (critiquable) au « justifié » (louable), pour moi, ça revient souvent à légitimer une représentation politiquement problématique en l’opposant radicalement à quelque chose qui revient en réalité au même. Comme le mec qui peut se réjouir sans complexe des nichons de GoT car ils ne sont « pas gratuit ». (Je ne sais pas si c’est clair ce que je dis …. J’ai pas l’impression, mais j’arrive pas bien à expliquer ce que je veux dire…)

    #32010 Répondre
    Camille
    Invité

    Bonjour,

    Je reviens sur ce sujet après l’avoir involontairement délaisser. Je n’avais pas vu que de nouvelles pages s’ajoutaient et pensais qu’il n’y avait que les 15 premiers messages de la première page …

    Je n’ai pas le temps de relire tous les messages pour l’instant, mais j’ai survolé les différentes participations. Une vidéo de Theron, expliquant pourquoi seules les épouses de Immortan Joe sont sauvées par Furiosa,a été postée. Si quelqu’un l’a vu, pourrait-il me résumer les explications ? Merci, à cette éventuelle personne !!!

    Sinon, je ne pensais pas que MM : FR donnerait lieu à de tels débats.

    Cela a peut-être été évoqué, mais Miller a déclarer ne pas avoir voulu faire un film féministe. Du coup, ne pas s’en revendiquer mais accorder une vraie place aux femmes me semble assez chouette. D’autant plus que l’étiquette féministe est souvent revendiquer comme une capital symbolique : pour le peu que je connais des milieux de gauche étudiante, tout le monde est féministe mais qu’elles n’abusent pas en demandant la non mixité de certains cercles militants, ou en prenant part aux activités sérieuses…. ça me rappelle cette article :

    http://lmsi.net/Nos-amis-et-nous

    Bonne soirée à vous.

    P.S En dehors de ces questions, les cascades sont chouettes quand même !!

    #32026 Répondre
    Paul Rigouste
    Participant

    @ Camille

    Si l’étiquette « féministe » peut être revendiquée comme un capital symbolique dans certains milieux, je ne suis franchement pas sûr que ce soit le cas à Hollywood (je n’ai par exemple jamais vu une affiche de film avec marqué dessus « le film le plus féministe de l’année! »… 🙂 ). Dans la mesure où les réals et producteurs veulent faire du fric, ils n’ont pas intérêt à mettre en avant une position politique telle que le féminisme pour vendre un film, car ils s’aliéneraient une grande partie du public (tout le public antiféministe en l’occurrence, qui est malheureusement loin d’être négligeable à mon avis…).

    J’avais trouvé d’ailleurs assez marrantes les déclaration de Miller (et de Theron), qui disaient en gros que si Miller avait fait un film féministe, il ne l’avait pas fait exprès… ça m’a fait penser à toutes les réalisatrices françaises qui ne veulent surtout pas que leur film soit qualifié de « féministe » (comme par exemple http://www.lecinemaestpolitique.fr/sous-les-jupes-des-filles-2014-des-cliches-pour-les-femmes-et-par-des-femmes/ ou http://www.lecinemaestpolitique.fr/forums/topic/bande-de-filles-celine-sciamma/).

    Les mots employés par Miller pour expliquer comment il en est arrivé à créer le perso de Furiosa me semblent significatifs (http://www.allocine.fr/video/video-19553357/). C’est genre « je me suis dit que je voulais une cargaison humaine, et puis ouais pourquoi pas des femmes, et du coup je me suis dit que ça devait être une femme qui les aide, et du coup j’ai créé Furiosa ». C’est une manière de parler ambiguë, qui peut être comprise de deux manières : on peut soit comprendre le « il fallait que ce soit une femme » comme une nécessité purement scénaristique, soit comme un choix politique. Donc même à ce niveau, il reste flou.

    Et dans ce truc de dire que « c’est chouette parce qu’il a créé des rôles féminins intéressants sans intention féministe », je me demande si c’est pas à double tranchant. Parce que ne pas problématiser ça en termes de « féminisme », ça revient pour moi à nier la domination masculine systémique dans le milieu du cinéma, et la nécessité de lutter contre elle. Ça me semble revenir un peu au discours « peu importe de créer des persos masculins ou féminins, l’important c’est de créer de bons persos ». Là ça donne : « moi j’ai pas voulu créer spécialement des persos féminins intéressants, juste des persos intéressants. Et ça s’est avéré être des femmes, bon. Mais ça aurait pu être des hommes c’est pareil ». Là encore ce discours me semble un peu craignos…

    Et une citation de Miller m’intrigue aussi beaucoup : « I’ve gone from being very male dominant to being surrounded by magnificent women. I can’t help but be a feminist » (http://www.vanityfair.com/hollywood/2015/05/mad-max-fury-road-george-miller-interview). Le « magnificient » m’intrigue un peu. Est-ce qu’en anglais ce mot ne veut pas dire avant tout « magnifique » au sens de « sublime » (donc quelque chose qui renvoie plutôt au domaine de la beauté, de l’apparence, etc.) ? Ou est-ce que ça peut renvoyer à des qualités plus « intérieures », voire intellectuelles ? Parce que telle que je la comprends en l’état, cette phrase ressemble pour moi beaucoup aux discours sexiste type « moi je suis féministe parce que j’aime les femmes »…

    #32028 Répondre
    Kikuchyo
    Invité

    Pour défendre les propos de Miller je dirais qu’il a « intégré » certaines idées ou critiques féministes (en tout cas antisexistes)
    – créer des bons persos peu importe leur genre ça me semble positif
    – se dire que des femmes doivent se libérer ou être libérées par une femme au lieu du héros titre c’est positif.

    Après on pourrait peut-être faire une distinction entre les productions antisexistes qui présenteraient des représentations moins-non sexiste des personnages et les productions féministes qui aborderaient en plus la domination masculine systémique.

    Aussi quelqu’un sur twitter faisait remarquer qu’apposer un « label féministe » sur un film n’avait pas grand intérêt et qu’il faudrait mieux s’interroger ce le film en question dit sur un sujet spécifique (violence fait aux femmes, représentation sexistes ou dans l’espace publique, etc.).

    Pour « magnificent » je crois que cela aussi peu se traduire comme ‘formidable » ou « brillant ». Le titre original du film « les 7 mercenaires » est « The Magnificent Seven » et je ne crois pas que ce soit pour vanter la plastique de Yul Bryner ou Steve Mcqueen.

    #32197 Répondre
    joffrey pluscourt
    Invité


    @Paul
    Rigouste
    Après avoir récupéré un RIP italien du film:

    Déja une erreur de ma part, aucune arche n’est détruite deux fois (j’y aurait parier une couille)

    Sur la scène de « douche » je ne peut accepter votre « argumentation »
    dsl de répéter Stardama.

    Vous décrivez un champ contre champ d’exposition graduel classique.

    Pour le male gaze il manque:

    la gratuité: la scène introduit les personnages et leur enjeu (enlever leurs chaines, se lavé de la souillure, désengorger le moteur)

    Un regard exclusivement intéressé par le corps des femmes: Max réagit au femmes comme à une menace, n’a de regard envieux que pour l’eau.

    l’absence de regard féminin ou un regard neutre et bienveillant: les femmes parlent, jauge du regard, s’organise sous l’impulsion de Furiosa…

    Une position et ou une tenue érotissante: celles qui boivent sont habillées, les deux en bikini post apo non moulant non transparant sont armées d’un coupe boulon et défont un ceinture de chasteté (tenue partiellement enlevée justifiée donc) meme après une injonction de ne pas bouger et se révoltent du regard et verbalement.

    il y a un cut du réal pendant la chute de la ceinture de chasteté pour ne pas détourner l’oeil de l’objet par un travelling sur une jambe de femme (déja qu’un nombril de femme est pour vous érotisant il n’a pas tord)

    Vous coupez votre analyse arbitrairement avant les plans visages que vous réclamez et une la quasi entiereté de la scène ou Max frole de mourir d’un fusil défaillant braqué par Furiosa.

    Le male gaze est un outil d’analyse opérant et utile, pas une excuse pour érotiser un corps de femme des qu’un plan suit un regard d’un hétéro ou d’une lesbienne.

    (https://fr.wikisource.org/wiki/L%E2%80%99Art_d%E2%80%99avoir_toujours_raison/Stratag%C3%A8me_II)

    @Stardama: je verrai donc Hunger Game

Affichage de 7 messages - 46 par 52 (sur 52 au total)
Répondre à: Mad max : Fury road
Vos informations:




Commentaires clos