Films d'animation anti-royalistes

Accueil Forums Le coin pop-corn Animés Films d'animation anti-royalistes

Ce sujet a 17 réponses, 1 participant et a été mis à jour par  Preuve diabolique, il y a 3 mois.

15 sujets de 1 à 15 (sur un total de 18)
  • Auteur
    Articles
  • #37924 Répondre

    Lison

    Bonjour

    En ces temps de monarchisation alarmante de la France, je me rends compte que beaucoup d’entre nous acceptons ça très facilement, finalement. Même s’il n’y a aucune action violente, aucun putsch ni rien de tout cela, l’affaiblissement considérable de la prise citoyenne sur les décisions officielles du pays devraient nous sauter aux yeux, et ce n’est pas le cas dans la majorité (peut-être que je me trompe à ce sujet?)

    J’ai l’impression que cela est dû au modèle de la monarchie éclairée, modèle dominant dans les oeuvres de fiction. Il s’agit d’un grand chef (la plupart du temps un homme blanc cis hétéro bien sûr), qui gouverne bien et donc qui rend tout le monde heureux. La problématique traitée par ces films, ça ne sera pas la monarchie en elle-même, mais le fait que le monarque est mauvais et qu’il suffit juste de changer de personne pour rétablir un état acceptable pour tout le monde.
    (par exemple: « Le Roi Lion »(et tous les Disney quasiment), « Avatar the last airbender », « Dragons 2 », « Shrek 3″…Je ne cite que les films où le « mauvais monarque à abattre » est une question centrale. Il y en a aussi beaucoup où cette problématique n’est pas évoquée car le monarque est bon.)

    Je voudrais donc savoir si vous aviez des références de films d’animation (ou de films tout court, mais plutôt pour enfants) qui proposeraient des contres-modèle révolutionnaires?

    #37925 Répondre

    Samuel

    Bonjour,

    dans la Bible les Hébreux n’ont initialement pas de roi mais ils en demandent un à Dieu… A partir de là tout va de mal en pis. Saul, David, Salomon puis ça dégénère en guerre civile puis en déportation à Babylone …..
    Bon je sais c’est un peu particulier comme référence mais ça m’a toujours intéressé ce discours anti-royaliste dans l’ancien testament.

    La citation (j’ai pas vérifié de quelle traduction il s’agit, ça peut jouer) :

    «Voici quels seront les droits du roi qui régnera sur vous. Il prendra vos fils et les mettra sur ses chars ou parmi ses cavaliers, ou encore ils devront courir devant son char. Il fera d’eux des chefs de milliers et des chefs de cinquantaines. Il les emploiera à labourer ses terres, à récolter ses moissons, à fabriquer ses armes de guerre et l’équipement de ses chars. Il prendra vos filles pour faire d’elles des parfumeuses, des cuisinières et des boulangères. Il prendra la meilleure partie de vos champs, de vos vignes et de vos oliviers et la donnera à ses serviteurs. Il prendra la dîme du produit de vos champs et de vos vignes et la donnera à ses serviteurs. Il prendra vos esclaves et vos servantes, vos meilleurs boeufs et vos ânes et se servira d’eux pour ses travaux. Il prendra la dîme de vos troupeaux et vous serez vous-mêmes ses esclaves. Alors vous crierez contre votre roi, celui que vous vous serez choisi, mais l’Eternel ne vous exaucera pas.»

    Bon reste à trouver un dessin animé qui véhicule ça …

    #37926 Répondre

    Samuel

    Sinon je pense au Roman de Renart qui a un fort potentiel anti-monarchiste et qui a certainement du être adapté en film….
    Je vais creuser ça. Pas sur qu’ils en aient retenu cette dimension …

    #37927 Répondre

    Lison

    Merci !
    Pour la Bible je ne connais pas assez le sujet, donc peut-être que je me trompe mais ça me semble plutôt une pensée fataliste qu’une pensée révolutionnaire: en gros Dieu leur dit: « vous serez malheureux mais c’est comme ça et pas autrement ». Même si la monarchie ne marche pas, ils n’ont pas le choix d’en sortir et n’y songent pas par eux-même: ils demandent à dieu de régler les choses.
    Finalement c’est une autre forme de monarchie, ou dieu représente le monarque.

    #37928 Répondre

    bender

    Il y a « le Roi et l’oiseau » grand classique de l’animation française où le principe de monarchie en prend pour son grade.

    Dans la série « Lady Oscar » sur la révolution française, l’héroïne finit par se ranger du coté des révolutionnaires.

    #38079 Répondre

    Anne, ma soeur Anne

    « L’Histoire » elle-même?

    « Il était une fois l’histoire » est accessible pour des pré adolescents il me semble, peut-être même un peu avant.

    #38080 Répondre

    Anne, ma soeur Anne

    C’est « Il était une fois l’homme », pardon.

    #38092 Répondre

    Lison

    Merci, je ne connais pas du tout. Je vais jeter un coup d’oeil.

    #38170 Répondre

    Preuve diabolique

    Vous disposez, hors animation, des Rois Maudits, la version chinoise de l Epopee des 3 royaumes, entre autre
    En animation, il existe le somptueux Heros de la Galaxie, en 100 episodes qui critique a la fois les systems republicains et monarchique, ainsi que la version japonaise de l Epopee.

    Si vous trouvez qu il y a trop de blancs, vous pouvez vous tourner vers des oeuvres africaines et asiatiques.

    Pour ce qui touche a la sexualite et au genre du souverain, il ne faut pas oublier qu in souverain etait traditionnellement un homme – pour eviter les strategies de captage via mariage, comme la Bretagne et la France – et heterosexuel, pour etre a meme de faire perdurer l imortalite symbolique de la lignee, stabilizer la politique territorial et contenter le people

    Excusez moi pour l orthographe deplorable, je me bats avec un clavier viet pour vous repondre

    #38173 Répondre

    Skratsch

    Ha, tiens, critiquer à la fois la monarchie et la république ça me semble intéressant, je trouve que trop d’œuvres et sans doute trop de gens pensent qu’il suffit de faire tomber les têtes couronnées pour obtenir un système parfaitement équitable et démocratique.

    Pour les questions de genre, il est à noter que certaines monarchies avaient inscrite dans leur loi que le pays ne pouvait être dirigé par une reine… et que des femmes ont quand même pu accéder au pouvoir en obtenant le titre de roi.
    Et pour la sexualité, la question ne se posait pas vraiment à l’époque où la monarchie était la forme de gouvernement dominante, mais c’est un autre débat.

    #38189 Répondre

    Altair

    Bonne référence, les gardiens de la Galaxie.
    D’une manière général, j’ai l’impression que les japonaises ont une vision du monde bien moins manichéenne que nous.
    Par exemple dans leur classique de science-fiction « Gundam », la démocratie terrienne s’oppose à la rébellion de Zion, une dictature installée dans une des colonies qui gravite autour de la terre.
    Dit comme ça ça peut sembler manichéen, sauf que la démocratie terrienne est présentée comme corrompue, bureaucrate, aveugle aux problèmes des habitants des colonies moins favorisées que ceux qui sont restés sur terre.
    A contrario, si Zion est de manière non équivoque un régime totalitaire proche du nazisme, les gens qui se battent en son sein sont pour beaucoup des gens qui cherchent légitimement avant tout à s’émanciper de la Terre – quitte à comploter en interne pour renverser les dirigeants de Zion.

    Là aussi, tous les régimes en prennent donc pour leur grade. Les « gentils » combattent pour la fédération terrienne mais découvrent les dysfonctionnements qui l’animent au fur et à mesure de leur avancée dans le conflit. Et ce qui est encore plus intéressant, c’est que dans la deuxième série, la Terre prend un tour fachisant en élevant en son sein des milices de maintien de l’ordre qui oppriment les colonies. Les rôles de « gentil » et de méchant » sont inversés d’une série à l’autre.

    Sinon, dans la série « Conan le fils du futur », Hayao Miyazaki propose une société utopique basée sur l’entraide, la bonne volonté de chacun et le travail – opposée à une société industrielle paramilitaire aliénante. Une série très chouette à regarder en famille, et qui a bien vieilli (contrairement à Gundam, il faut bien avouer).

    #38190 Répondre

    Preuve diabolique

    Pour repondre a Altair, il ne faut pas perdre de vu que le Japon reste un empire ayant eu quelques soucis avec des federations et des republiques …
    alors qu en France on nous fait bien comprendre que la republique est le seul systeme ou joie et Bonheur sont possibles … on n est pas habitue a sa critique – il n y a qu a voir je suis Charlie

    Dune, du Jihad Bultlerien a sa toute fin
    Et puis la periode de Leto II … waoh

    Conan 1982 est excellent dans sa critique du manicheisme systemique

    Mais le meilleur des univers a ouvrir et enrichir la critique sur les systemes politiques, c est Warhammer 40,000, avec sa theocratie monolithique et cruelle qui permet neanmoins l unite et la survie de la race humaine dans sa diversite, etant peu ou pás sexiste ou rasciste, la voie pleine de liberalite des chaotiques recherchant une liberte ultime, les communistes samourais de l espace plus que tolerants et eclaires máis genocideurs a leurs heures, la race hesitant entre une restriction volontaire ou un hebonisme pour echapper a sa damnation …
    La figure de l Empereur Dieu est vraiment interessante, critique par de nombreux points de vues, certains le voyant comme un tyran, un dieu, un patriarche, un mal necessaire, l essence de l humanite, une menace, un paradigme,etc …

    #38197 Répondre

    Lison

    Merci pour tout ça ! Je vais aller jeter un oeil.

    Juste sur Conan le fils du futur, moi j’ai pas pû à cause du sexisme arriéré de Miyazaki (le personnage de l’héroine est insupportable de passivité, comme Chihita dans le château dans le ciel (il s’est inspiré des deux héros pour réaliser ce film)). Mais peut-être que je vais réessayer si ça vaut le coup au niveau politique. En général je trouve les films de Miyazaki intéressants dans leur traitement du « Bien » et du « Mal » qui s’interpénètrent et rendent mieux compte de la complexité humaine et de leurs systèmes politiques.

    #38200 Répondre

    Altair

    Pas du tout d’accord sur le sexisme de Miyazaki. Son oeuvre est même parsemée d’héroïne fortes et inoubliables, et très nombreuses au premier plan comme en arrière-plan, sur un plan d’égalité presque stricte avec ses personnages masculins.

    C’est moins visible dans Conan le fils du futur qui est une œuvre de commande à laquelle il a imprimé sa patte personnelle mais sur lequel il n’était pas seul à la barre, que dans Nausicaa ou princesse Mononoke par exemple. Mais ce serait vraiment dommage de s’arrêter à ça.

    Dans Conan le fils du futur, Lana est certes plus faible physiquement que Conan ce qui lui vaut régulièrement de jouer les demoiselles en détresse, mais elle sauve à son tour Conan à plusieurs reprises au péril de sa vie, et fait montre d’une force de caractère impressionnante à plusieurs reprises – c’est clairement le personnage le plus fort psychologiquement de la série, avec son grand-père.
    Et Misty est un personnage de femme militaire forte, non féminine, et assez complexe dans ses motivations (même si elle devient assez décevante à la fin)
    Après, elle a quelques moments effectivement assez sexistes dans la série, je ne vais pas le nier, mais pour moi c’est probablement moins dû à Miyazaki qu’aux autres personnes travaillant sur la série tant ces passages semblent en opposition totale avec le reste (Lana semble être un tout autre personnage par moments).

    Quant à Sheeta dans le chateau dans le ciel… oui elle est sur le même modèle que Lana, mais est-ce un personnage sexiste pour autant ? Elle est hyper courageuse et le montre à de nombreuses reprises, est tout à fait active quand le besoin s’en fait sentir, prend les bonnes décisions, brave les mêmes dangers que Pazu (et même bien plus vu que la menace la touche de bien plus près), et est représentée sur un pied d’égalité total avec lui : ils sont toujours représentés côte à côte, unis par une confiance absolue l’un envers l’autre. Elle n’est jamais en retrait (leur temps de présence à l’écran doit plus ou moins être strictement le même), toujours représentée de manière hyper positive.
    Alors oui, elle est « féminine à la japonaise » dans le sens où elle est douce, polie, gentille, et qu’elle cuisine (!) – là où Pazu est débrouillard, fort physiquement, galant et bricoleur – mais ce serait dommage de ne pas voir au-delà de ces archétypes. C’est un personnage présenté comme admirable.
    Surtout quand, pour contrebalancer l’archétype incarné par Sheeta, le personnage le plus badass du film est de loin la mère pirate qui mène ses 5 grands dadais de fils à la baguette et sans qui rien ne serait possible.

    #38273 Répondre

    Lison

    Evidemment que dans un univers de film d’animation ultra machiste (à la japonaise) Miyazaki fait figure de progressiste et sans doute l’est-il. J’ai grandi avec les figures féminines complexes qu’il développe dans ses film (Nausicaa de la vallée du vent étant ma préférée). Mais il ne faut pas se voiler la face, ses personnages féminins ont souvent des relents sexistes parfois insupportables (comme pour le personnage de Chihita dont je parlais plus haut).

    Vous trouvez qu’elle est mise sur un pied d’égalité avec Pazu? Là il va vraiment falloir m’expliquer, alors qu’elle est traitée par tous les personnages comme un objet fragile à protéger, y compris et surtout par les femmes dites fortes du film (comme Dora et la femme du patron de Pazu), valorisé d’abord pour sa beauté (« Elle est tellement jolie! Il faut que tu la protège »). L’héroïsme est entièrement réservé à Pazu: c’est lui qui vient la tirer du château militaire, c’est lui qui délivre les pirates sur Laputa, c’est lui qui lutte, qui utilise les armes, qui creuse des troncs d’arbres, saute dans le vide, défie bravement des dragons de foudre et qui récupère la princesse à la fin.
    Pazu lui dit sans cesse ce qu’elle doit faire, je ne vois pas en quoi elle prend des initiatives, à part quand elle se sacrifie pour qu’il puisse sortir sain et sauf des griffes des militaires (un rôle particulièrement accolé aux personnages féminins dans la fiction). Même la présence du personnage de Dora n’arrange rien puisque sur le dirigeable des pirates elle se retrouve à devoir faire la cuisine pour tout le monde alors que les hommes, les vrais eux font de la mécanique (non mais franchement, c’est sexiste jusqu’au ridicule cette scène…).
    Bref, si je suis aussi sévère c’est que j’adore ce film par ailleurs et Miyazaki en général, ça me fait être plus exigeante avec lui.

15 sujets de 1 à 15 (sur un total de 18)
Répondre à: Films d'animation anti-royalistes
Vos informations:




Commentaires clos