Films, séries et autres Anti-colonialistes/Anti-racistes

Accueil Forums Le coin pop-corn Films Films, séries et autres Anti-colonialistes/Anti-racistes

Ce sujet a 39 réponses, 3 participants et a été mis à jour par  Arroway, il y a 1 mois.

10 sujets de 31 à 40 (sur un total de 40)
  • Auteur
    Articles
  • #37364 Répondre

    Douffie Shprinzel

    Denial en anglais, Le procès du siècle en français, sortie française le 26 avril (je l’ai déjà vu et il est très bien).

    Il porte sur le procès qui a eu lieu à la fin des années 1990 et qui a opposé Deborah Lipstadt, historienne juive spécialiste du négationnisme, à David Irving, négationniste. A noter que, comme souvent dans ces cas-là, c’est le négationniste qui a intenté le procès pour diffamation, alors que ce sont les mêmes qui utilisent et dévoient l’argument de la liberté d’expression pour se défendre.

    Voici une bande-annonce et un making-of, les deux ont des sous-titres français disponibles, il faut cliquer sur la petite roue en bas à droite « paramètres », puis sur « sous-titres ».

    #37367 Répondre

    bender

    Etait-il obligatoire que le négationniste est cette apparence de vieil aigri ?

    Ca fait un peu simpliste.

    P.S : lisez les commentaires sur youtube de la bande annonce en VF et vous verrez que le négationnisme à encore de beau jour devant lui.

    #37368 Répondre

    Douffie Shprinzel

    Oui, ou de n’importe quelle bande-annonce en VO. J’ai vu…

    Voici le vrai David Irving, je ne trouve pas que la différence soit choquante :

    1

    #37497 Répondre

    Anne, ma soeur Anne

    Bonjour,

    J’ai récemment découvert la série « Being Mary Jane » et certains épisodes soulignent de façon intéressante le racisme qui sévit dans la société américaine (entre autres). Il y est aussi question de sexisme mais dans une moindre mesure.
    La série relate la vie de Mary Jane (en fait Pauletta … ), journaliste de 38 ans, célibataire et passionnée de citations. Sa vie amoureuse est faite de complications innombrables, certaines liées à sa couleur de peau, et son cheval de bataille professionnel est de donner plus de visibilité aux noirs dans les médias et de soulever des problèmes / questions qui dérangent.
    C’est assez drôle même s’il y a des choses à déplorer.

    #37499 Répondre

    Arroway

    Par curiosité, c’est quoi que vous déplorez dans le série ?
    Perso, je regrette le traitement des persos gays et lesbiens, mais sinon j’ai beaucoup aimé cette série.

    Je n’ai pas eu l’impression que la série parlait de sexisme dans une moindre mesure, j’ai au contraire eu l’impression qu’elle prenait en compte les problématiques et points de vue des femmes noires et latinas.

    #37500 Répondre

    Anne, ma soeur Anne

    Je n’ai pas beaucoup apprécié le traitement qui est fait de la sexualité de Mary Jane, elle est célibataire, drôle et successfull mais on a l’impression qu’être un bon coup (elle insiste pas mal sur sa désinhibition et ses « compétences sexuelles ») fait partie d’un de ses bagages de personnage positif (images et séquences à l’appui), que sinon, il y aurait de quoi l’apprécier moins.

    #37501 Répondre

    Arroway

    Je suis pas sûre de comprendre pourquoi le fait que Mary Jane assume et soit en charge de sa sexualité est un problème… D’autant plus si on remet ça dans un certain cadre où les femmes racisées sont soient exoticisées et objectifiées, soient considérées comme moches (le « ugly black woman » dont parle la série d’ailleurs). Du coup quels sont les éléments qui vous gênent plus particulièrement ?

    #37502 Répondre

    Anne, ma soeur Anne

    Oh non, je trouve appréciable qu’elle assume sa sexualité, qu’elle la vive comme elle la souhaite.
    Mais à ce côté sexuellement active et indépendante s’ajoute qu’il nous est répété qu’elle est surtout désirable, à désirer. Elle est celle qui donne des leçons de sexe à la femme d’André, celle dont on nous rappelle à plusieurs reprises qu’elle et David ont exploré des sentiers sexuels lointains, celle qui « bat » Cutie au lit sur son propre terrain, celui de la jouissance s’entend. Elle est dans une performance sexuelle et justement c’est gênant qu’on nous force à la regarder quelques minutes par épisodes comme une femme qu’on aimerait posséder une nuit au moins et pas qu’on aimerait être.
    Ca se calme à la saison 3 ou 4, mais avant ça, ses compétences sexuelles font partie de ses talents.
    à mon humble avis.
    en espérant avoir été claire.

    #38507 Répondre

    Douffie Shprinzel

    J’ai vu « The big sick » récemment (qui va sortir en France sous le titre « mal d’amour »):

    J’ai trouvé ça très sympa, j’ai un peu hésité avant de le mettre ici car le racisme n’est pas le thème principal du film, qui est plutôt à propos des couples « interculturels », et de la vie des enfants d’immigrés, coincés entre des préjugés racistes d’un côté, une déconnexion avec la culture d’origine / les attentes des parents de l’autre.
    Le film a été écrit par un couple, Kumail et Emily, qui ont scénarisé leur propre histoire, et Kumail est aussi l’acteur (qui joue son propre rôle). Après avoir rompu avec elle au début de leur relation à cause de ses parents, pakistanais, qui veulent qu’il épouse une femme pakistanaise, il apprend qu’Emily est hospitalisée et mise en coma artificiel. Il reste à l’hôpital pendant les 8 jours du coma, et rencontre sa belle-famille à cette occasion.
    Il y a quelques scènes très jouissives, comme celle où le père d’Emily essaie de le faire parler sur le 11 septembre :

    Bon, le film est pas parfait, loin de là, il y a quelques tropes sexistes (aussi bien dans le couple Kumail/Emily que chez leurs parents, le point de vue représenté est toujours celui de l’homme, les femmes sont des sources de bonheur ou de malheur mais on a du mal à les comprendre et à s’identifier à elles…). Néanmoins je conseille, et puis j’ai trouvé le film très drôle.

    #38511 Répondre

    Arroway

    Merci pour la recommandation, je l’ai regardé et j’ai passé un bon moment. Je suis d’accord avec les limites que tu soulignes (même si j’ai trouvé que le personnage de la mère d’Emily était tout de même représenté de manière assez sympa, si on met de côté qu’effectivement, le point de vue du père est privilégié dans la manière de mettre en scène les choses, mais j’ai bien aimé que Kumail passe du temps de qualité avec elle comme avec le père).

10 sujets de 31 à 40 (sur un total de 40)
Répondre à: Films, séries et autres Anti-colonialistes/Anti-racistes
Vos informations:




Commentaires clos