Jessica Jones

Accueil Forums Le coin pop-corn Séries Jessica Jones

Ce sujet a 7 réponses, 2 participants et a été mis à jour par  HarryJoe, il y a 1 an et 11 mois.

8 sujets de 1 à 8 (sur un total de 8)
  • Auteur
    Messages
  • #33618 Répondre

    Liam
    Admin bbPress

    Je voudrais lancer une discussion sur Jessica Jones, que j’ai regardé récemment (mais qu’il faut bien avouer j’ai déjà oublier pas mal des détails), et qui m’a plu, mais sur lequel j’ai eu du mal à me faire une idée politique un peu cohérente.
    J’ai l’impression que, étant un truc Marvel, je m’attendais au ramassis d’horreurs auxquels ils nous ont habitué, et du coup ça brillait un peu dans la comparaison.
    Mais « en soi » j’arrivais pas à savoir si je trouvais ça chouette ou pas d’un point de vue politique.

    Et vu que j’ai déjà pas mal oublié cette série j’ai visiblement pas d’arguments 🙂 , du coup si des gens en ont je les entendrais (ou plutôt lirai) bien!

    #33636 Répondre

    Arroway

    Salut,

    moi j’ai bien aimé la série (forcément, y avait David Tennant), mais aussi avec ce qu’illes ont fait avec le personnage principal. On pouvait lire pas mal de trucs en ce qui concerne le harcèlement, la manipulation et les violences sur les femmes en particulier, avec une héroïne solide que l’on voit se battre contre ça, où l’on voit que c’est pas facile, qu’il y a des séquelles et tout, mais qui arrive tout de même à le vaincre.
    Pour le côté politique des vigilantes, ça reste des super-héro-ïne-s Marvel (« la loi c’est moi »).

    #33637 Répondre

    Huby

    Je trouve qu’il y a d’abord un premier aspect intéressant c’est que Jessica Jones n’utilise pas la force en premier recours. Elle essaie toujours de trouver ses informations par la ruse et son intelligence que par sa force alors que dans une série « normale » c’est que fait le super-héros.

    [SPOILER DEBUT]

    La seule fois où elle essaie la torture c’est un échec énorme qui se retourne contre elle.

    [SPOILER FIN]

    Ensuite le personnage de Trish est aussi intéressant. Elle a pas de capacités supérieures mais par son entrainement elle est un vrai support pour Jones.

    [SPOILER DEBUT ]

    D’ailleurs c’est elle qui réussie à assommer Simpson et pas seulement grâce aux pilules mais aussi grâce à son entrainement de Krav Maga

    [SPOILER FIN]

    Une dernière réflexion par rapport à David Tennant. J’ai lu qu’il jouait un personnage complètement opposé au Docteur qu’il a joué. Je trouve que c’est absolument pas le cas. Killgrave et le Docteur sont assez semblables. Tous les deux sont des manipulateurs compulsifs et égocentriques.Ne sont-ils pas deux pendants d’une même médaille?

    #33638 Répondre

    Yael

    J’ai bien aimé aussi.
    J’ai regardé avec beaucoup de circonspection, car j’avais très peu aimé Daredevil même si c’était esthétiquement très réussi et le côté justicier qui décide de « sauver sa ville », quitte à torturer les « méchants » pour le faire, j’en fais un peu une overdose.
    Jessica Jones m’a plu aussi parce que c’est une héroïne plus humaine : elle est détective, mène des enquêtes et aide les gens à un peu niveau (accessoirement elle a une force surhumaine, mais c’est presque en second plan). Elle reprend pas mal de code du détective de film noir : alcoolique, aigrie, etc.
    Ce que j’ai trouvé pas mal est que je ne l’ai pas trouvée très sexualisée, à la différence de la Veuve Noire ou d’autres super-héroïnes aux combinaisons ultra moulantes. Il y a des scènes de sexe, mais je n’ai pas eu l’impression que la caméra s’attardait plus sur le corps féminin que sur le masculin. Les rares fois où elle apparaît vraiment sexy, c’est dans les flashbacks où elle est sous l’emprise de Killgrave qui l’a transformée en poupée.

    Le point que j’ai le plus apprécié est sa relation avec sa sœur adoptive, Trish. C’est une relation sororale vraiment belle, comme on n’en voit en général qu’entre homme. Et dans la construction de l’histoire, les deux se soutiennent vraiment. C’est une relation très équilibrée même si Jessica est l’héroïne. Et les deux hommes super forts qui veulent aider se révèlent tous les deux assez inutiles (et on peut y ajouter le père de Killgrave).

    Aux Etats Unis, la série a été remarquée comme mettant en scène un avortement sans le moindre complexe : http://www.thedailybeast.com/articles/2015/11/28/marvel-s-first-abortion.html

    #33639 Répondre

    Yael

    Concernant Tennant, personnellement, outre le fait que le Docteur soit un manipulateur, je trouve que Ten était un docteur particulièrement sombre malgré ses côtés bondissants et sympathiques

    #33641 Répondre

    Arroway

    Ouais, Tennant joue très souvent (toujours?) des rôles torturés et sombres.

    #33655 Répondre

    Sabrina

    Pour ma part, je suis partagée.

    D’un côté, les personnages centraux (Jessica Jones, Trish, l’avocate) sont très intéressants, forts et complexes. Leurs cicatrices morales leur donnent une existence véritable (contrairement aux Marie Sue / Strong Female Characters). Ils ont leurs propres objectifs. Et ils ne correspondent pas aux stéréotypes.

    L’évolution du personnage de l’avocate qui devient presque attachante en dépit de la longueur de ses dents m’a beaucoup plu.

    La mise en scène d’un avortement – non condamné par la voix off qui qualifie l’acte « d’égoïste » mais de moins grave que le comportement d’un autre personnage – et parfaitement assumé par Heather (?) est très positive aussi.

    Enfin, la relation entre l’héroïne et le méchant rappelle à bien des égards les violences conjugales : phénomène d’emprise, dévalorisation de la victime, confrontation de la victime à l’incrédulité de son entourage, sentiment de honte, stress post-traumatique, etc. Et la métaphore est trop juste à mon avis pour ne pas être délibérée.

    En fait, même les personnages très secondaires – comme la prisonnière qui casse la gueule de Heather sur sa demande (et pour des raisons dont on comprend après coup qu’elles sont très rationnelles et non hystériques comme on a l’habitude de nous le servir) et intime à Jessica de la lâcher car elle « a besoin de ses doigts pour satisfaire ses co-détenues » m’ont beaucoup plu.

    De l’autre côté, les premières scènes de sexe sont juste de trop. Plus tard on a une scène de cuni (le flic et Trish) assez agréable, surtout suite à la longue scène où ce personnage tente de se faire pardonner et reste assis à écouter dans un couloir. Mais les scènes impliquant Jessica Jones elle-même me dérangent beaucoup :
    – d’une part elles montrent un modèle de plaisir centré sur le coït – et un coït dont la qualité est apparemment proportionnelle à la violence, avec le sous-entendu que les super-héros super-forts ont une super-sexualité parce qu’ils ne craignent pas de se blesser ;
    – d’autre part elles montrent un personnage (Jessica) qui tombe amoureuse suite à ces scènes alors qu’à aucun moment un quelconque embryon de relation est nouée entre les deux protagonistes.

    Et je ne vois pas en quoi les remords de Jessica Jones ou sa névrose évidente valident un tel schéma. Éventuellement une personne névrosée va avoir tendance à rechercher des partenaires violents pour revivre les abus qui l’ont traumatisée, mais la relation est clairement représentée comme positive et non destructrice : seul le secret de Jessica Jones l’empêche de prendre son essor. Or, cette relation est malsaine depuis le début, à la fois sur le plan sexuel et sur le plan émotionnel.

    #33660 Répondre

    HarryJoe

    @Sabrina: Pourquoi une relation sexuelle bestiale serait-elle forcément malsaine ? J’ai trouvé plutôt positif de montrer que Jessica a des traumas de ce qu’elle a vécu avec Kilgrave, dont les viols, mais que cela ne l’empêche pas d’avoir des relations sexuelles qui ne soient pas « toxiques » par la suite, qu’elle s’est réapproprier son corps.
    Après qu’elle s’attache à Luke juste à cause de ça… c’est vrai que ce n’est pas très développé mais sa empêche aussi que la série tourne autour de leur relation et devienne trop romantique si sa aurait été le cas.
    Bref, Jessica a tout les maux qu’on attribue au personnage masculin habituellement: taciturne, un peu alcoolique, parfois violente, pas vraiment à se soucier des autres. Tout ça sans que sa fasse cliché (je trouvais le personnage de Ani Bezzerides dans True Detective 2 était dans le même genre, mais cliché).

    J’ai adoré Kilgrave (comme « bon » méchant hein, et très bien joué par Tennant). Et je trouve que son personnage est LE nice guy cis-blanc en puissance, le connard qui nous demande de sourire, qui nous dit comment on doit être, qui comprends pas ce qu’est un viol (et qui n’aime pas ce mot tiens) parce qu’il « offre » quand même des nuits en 5 étoiles et des repas fastueux, qui a toujours tout eu mais qui pleurniche que c’est dur pour lui d’avoir tout eu. Il estime aimer Jessica et que c’est suffisant pour la mériter, que c’est une salope de se refuser. Il se prend pour le roi de son petit monde, un esprit d’odieux gamin gâté dans un corps d’adulte.
    Je dois admettre que très rarement un méchant m’ai fait aussi peur, presque viscéralement. Ce qui est encore plus rare pour un méchant Marvel. Contrairement à un Loki où les ambitions sur planétaire (voir plus), Kilgrave veut être roi de son monde, via les viols/meurtres/mutilations forcées, on s’identifie tout de suite beaucoup plus au victime.

    Et puis il y a les raisons déjà évoquées: la relation Jessica/Trish, ne pas épiloguer sur un avortement… et d’autres qui n’ont pas encore été débattu 😉

8 sujets de 1 à 8 (sur un total de 8)
Répondre à : Jessica Jones
Vos informations:




Commentaires clos