Les gentils tueurs vs. Les méchants anonymes

Accueil Forums La taverne Les gentils tueurs vs. Les méchants anonymes

Ce sujet a 19 réponses, 2 participants et a été mis à jour par  bender, il y a 4 semaines.

15 sujets de 1 à 15 (sur un total de 20)
  • Auteur
    Articles
  • #32312 Répondre

    Myriam

    Bonjour tout le monde,
    Je voulais attirer votre attention sur quelque chose qui me perturbe profondément dans pas mal de films d’action quand vient l’heure de la bagarre.
    Il-y a quelques temps, alors que je regardais le premier  » Bilbo le hobbit  » (film grand publique), j’ai éteint ma télé de dégoût… Pourquoi ?

    Le fait est que je ne comprends vraiment pas où se trouve la frontière entre le bien et le mal, entre l’innocent et le coupable, le gentil et le méchant dans ce genre de films.
    Comment des machines à tuer (qui butent froidement tout ce qui bouge sans même regarder leurs victimes) peuvent être considérés comme de sympathiques héros ?
    Ce sont peut-être les gagnants de leur propre histoire parce-qu’ils ont réussi à accomplir leur mission (ou parce qu’ils ont de bonnes gueules) mais au détriment de tas d’autres vies fauchées à la va vite.
    90% du temps, ces personnages qui se font tuer ou que l’on blesse sont totalement anonymes et déshumanisés, ils ne sont que les  » sous fifres  » aux ordres du vrai méchant(celui qui est moche), leur rôle étant d’avancer et de se prendre un coup de poing ou encore une gentille balle dans la tête.
    Le scénario est souvent le même : Lorsque tout le monde est à terre, l’heure du duel final entre le gentil et le chef des méchants(celui dont on connaît l’histoire) arrive. Le méchant tombe dans le vide (ou je ne sais quoi) et………… Oh mon Dieu, le gentil le rattrape dans un geste de clémence ultime (car il ne faut pas oublier que c’est un gentil gentil même si il a défoncé toute une ville juste avant). A ce moment là, soit le méchant fait un truc bien fourbe au gentil et ce dernier le lâche (bien fait !), soit il ira en prison le coquinou ! Bein oui, les autres ils l’avaient bien cherché, ils n’avaient pas d’histoire, pas de personnalité, ils servaient à rien, pas de justice pour eux.

    Je pense que ce style d’affrontements au cinéma sont une insulte au respect de la vie (une hiérarchisation des vies), une insulte à tous les soldats morts au combat dans l’histoire (la tristesse de leurs proches) ainsi qu’a ceux qui ont tué et qui en sont restés traumatisés jusqu’à la fin de leurs jours.
    Je pense aussi (ma minute parano) qu’il-y a aussi une part de brainwashing derrière tout ça.
    Selon-moi, ces films qui nous font l’apologie d’un bon et gentil justicier offensif et violent neutralisent beaucoup de questionnements vis à vis de la guerre et des hiérarchies dans l’armée. Ils font l’apologie d’une idée de la justice facile ou encore une idée comme quoi la vie d’un anonyme ne compte pas.
    Dans le monde réel, la majorité des soldats veulent-ils vraiment tuer ? Attendent-ils l’action ? Je ne pense pas. Si ça doit arriver, est-ce qu’il trouveraient ça excitant, traumatisant ou… neutre, comme ce que ces films laissent croire ?
    Vous me direz que le gentil c’est celui qui se défend. Je répondrais que souvent, ça n’est même pas le cas : Vengeance, mission à accomplir, sauver une vie  » Plus importante « , sauver son honneur,pour le boulot(de l’argent), par défi (montrer qu’on est le meilleur), justice faite soi-même en fonction de ses propres convictions etc.
    Souvent, le  » gentil  » se retrouve dans une situation de vulnérabilité qui peut être interprété comme de la légitime défense alors qu’en fait, c’est bien lui qui attaque. Exemple : Le héro doit sauver son meilleur ami qui se trouve dans la maison du méchant. Après avoir assommé le veilleur de nuit(il l’attaque mais ne le tue pas donc c’est pas très méchant), il entre par effraction (c’est une attitude offensive mais c’est qu’une maison de méchant donc on s’en fout), tue les trois chiens de garde qui sont dans le hall (boh ça va hein, c’est que des vilains clébards, on s’en fout des animaux !). C’est là que débarquent les méchants à buter. Ils sont plus nombreux donc ils créent l’illusion que le gentil se défend alors qu’il est clairement offensif.

    Enfin, voilà tout ce que j’en pense de cette affaire 🙂 Hihi !
    Tuer c’est pas gentil comme Bilbo ! C’est pas classe comme James Bond ! C’est pas cool comme Bruce Willis ! C’est pas  » tout ce qu’ils méritent  » comme dans Kill Bill ! C’est pas trop méga balaise (c’est mon héro ouahhh !) comme Rambo !
    Tuer c’est pas bien !!!!

    Ca ne vous choque pas vous tout ça ? Vous en pensez quoi ?

    P.S : j’ai envie de tous les buter ! AHHHHHHHHH ! 🙂
    P.S 2 : Gentil/les, méchants ou méchantes… Hihi !

    #32313 Répondre

    Miss

    J’ai ressenti le même malaise en regardant un des films de « Twilight ». Pour résumer, Victoria crée une armée en transformant des innocents en vampires pour attaquer les Cullent. Que font les Cullen (les soi-disant gentils?) Ils les tuent sans même essayer de négocier! Oui, ils les tuent tous, sauf une fille d’une quinzaine d’années qui se cachait dans un coin sans oser attaquer comme les autres. Quand les Volturi décident de tuer la fille (j’ai jamais compris pourquoi, elle était visiblement morte de peur et ils auraient pu l’adopter), les Cullen les regardent faire les bras croisés (allez, c’est eux les gentils…) On est censés penser que ce sont les Volturi qui sont méchants dans l’histoire…

    Bonne soirée.

    #32314 Répondre

    joffrey pluscourt

    Moi je prend toutes propositions faites sur un fil films pacifiques (et un autre anar) avec plaisir (ma nièce va bientot avoir l’age de regarder du cinema et ca ne parle que de Disney ici!!!).

    J’ai arréter Cannibal Hollocauste avant la fin, sinon.

    #32315 Répondre

    Myriam

    Ah oui 🙂 Cannibal Hollocaust :). Haha ! Il est pas dans la liste des films pacifistes celui-ci ! Hihi !
    Film pacifiste, film pacifiste, film pacifiste… Bein mince alors, je ne sais pas. Dans tous les dessins animés et films pour enfants qui me viennent à l’esprit, il y a au moins un affrontement ou des rivalités. Il faut croire que c’est un ingrédient clé dans un scénario : Distinguer le bien du mal et tout scinder en deux pôles. Une fiction dans laquelle tout le monde est gentil…Euh, la famille Barbapapa :), Les télétubies (haha ! Quel enfer !). Sinon, un film dans lequel les personnages refusent de se battre… Je ne vois pas, désolée.
    C’est dingue quand même !

    #32316 Répondre

    joffrey pluscourt

    Le Conte de la princesse Kaguya, Le Tombeau des lucioles, Nausicaä de la vallée du vent, Porco Rosso, Ponyo, L’Homme qui plantait des arbres (https://www.youtube.com/watch?v=7Rn6trL3-54), Song of the sea, le Ballon rouge, tout Jacques Tati… et encore je rentre de soirée
    Faut pas désespérer.
    Bonne idée la sélection enfant.

    #32320 Répondre

    Paul Rigouste
    Participant

    Niveau dessins animés, il me semble me souvenir qu’il y a une réflexion plutôt intelligente là dessus dans L’Étrange pouvoir de Norman (http://www.lecinemaestpolitique.fr/paranorman-2012-et-si-les-mechants-netaient-pas-ceux-quon-croyait/) et dans Kirikou et la sorcière par exemple.

    #32321 Répondre

    Myriam

    Oh des films pour enfant :). Parfait pour moi 🙂 hihi ! Merci pour vos réponses, c’est très intéressant.

    Ponyo il est trop chou oui même si je trouve ça dommage qu’il soit aussi fan de jambon :),ça aurait pu être autre chose que de la viande mais bon :).
    Le tombeau des lucioles, ohlalah ! Je crois que c’est le film le plus triste que j’ai pu voir. Un peu traumatisant pour les enfants, non ?
    Je me souviens que gamine, on me disait souvent que j’avais de la chance de vivre en France, de manger à ma faim, d’être aimée par mes proches, de ne pas vivre la guerre etc, que d’autres n’avaient pas du tout cette chance en me montrant le journal télé.
    Quand on est gamins, on s’identifie vraiment beaucoup.
    Je me souviens du malaise profond et le sentiment d’impuissance que ça créait en moi. Du coup, j’avais très peur de la guerre et je m’imaginais plein de trucs horribles où toute ma famille crevait etc…

    J’ai une question pour vous Paul (comme vous semblez être à l’initiative de ce site). Est-ce que vous pensez qu’il faut tenter de contrôler ce que les enfants regardent ou de leur suggérer des programmes ?

    #32323 Répondre

    Paul Rigouste
    Participant

    Coucou Myriam,

    Juste une précision avant de répondre : contrairement à ce que vous semblez sous-entendre dans votre question, je ne pense pas que le fait que je fasse partie de celleux qui ont créé ce site fait que mon avis sur cette question sera plus pertinent que n’importe qui d’autre 🙂 . Et je réponds donc juste à titre personnel.

    En ce qui me concerne, je fais pareil avec les enfants qu’avec les adultes : j’essaie de suggérer des dessins animés qui me semble moins horribles que les autres, j’essaie de donner mon avis sur les films (sans chercher à l’imposer évidemment) en abordant les questions de représentations, je le dis quand il y a des dessins animés que je trouve vraiment horribles, etc. Bien sûr, après, les enfants regardent ce qu’illes veulent après, je ne vais pas les forcer à regarder des trucs qu’illes n’ont pas envie de regarder (par exemple, je fais de la pub pour Chihiro et Lilo et Stitch depuis plusieurs années sans aucun succès 🙂 ), et je manifeste mon dégoût pour Blanche Neige ou la Belle au bois dormant (également sans succès j’ai l’impression 🙂 ).

    Et j’ai l’impression que ce que je fais ne diffère pas vraiment de ce que font les autres parents. L’autre jour, je voyais par exemple deux pères qui parlaient entre eux de Dragon Ball Z en se rappelant leurs souvenirs de visionnages quand ils étaient petits, et qui racontaient qu’ils lisaient les BD avec leurs fils (j’ai même compris qu’ils se prêtaient entre eux les BD pour les lire avec leurs fils 🙁 ). De la même manière que ces pères partagent avec leurs enfants les dessins animés qu’ils ont aimés, et partagent en même temps certaines valeurs (ici virilisme, compétition, domination, violence, etc.), j’essaie aussi de partager les trucs que j’aime et les valeurs qui vont avec. Et encore une fois, je ne pense pas que ce soit très différent de ce que l’on fait avec les autres adultes…

    Les enfants sont de toute façon tellement exposés en permanences à des dessins animés qui véhiculent des valeurs nauséabondes, que j’ai l’impression que le problème ne peut se régler qu’à un niveau collectif. Parce qu’à un niveau individuel on ne peut pas faire grand-chose à part encourager l’esprit critique. Ce qui est un peu déprimant c’est que tout ce qu’on pourra dire ne sera qu’une goutte d’eau face à l’océan de représentations horribles auxquels les enfants sont exposés. Mais bon, perso, je ne vois pas d’autre moyen…

    #32324 Répondre

    Myriam

    Bonjour,
    Ahhh non,pas du tout, je ne sous-entend pas du tout que votre avis est plus pertinent 🙂 héhé ! C’était plutôt une question sur vos motivations vis-à-vis du site. L’avis des autres m’intéresse aussi bien-sûr. Haha ! C’est vrai que vu comme ça… :).

    #32353 Répondre

    joffrey pluscourt

    @myriam: Je ne voulais pas vous infantiliser, ce sont aussi des films pour adultes (puis je rentrais de soirée, c’est vrai que le Tombeau c’est un peu hard pour des petiaux)

    Sur les angoisses il suffit de vérifier qu’elles ne soient pas paralysantes pour la vie psychique. Un tonton te protège de la guerre quitte à buter le président si il déconne à rassuré pas mal un petit neveu (depuis il a compris que je me foutais un peu de sa gueule quand meme, mais il n’a plus peur, de ca en tout cas).
    Après la gestion des emotions ca s’apprend. Les gamins c’est tres triste, tres joyeux, tres colere… ils apprenent. Une angoisse de guerre aurait été une angoisse du noir ou de la perte de doudou. Perso j’ai fait dans l’angoisse de la mort du soleil ou du génocide rwandais en France. C’est à mon sens inevitable et utile.
    Apres ce n’est pas tous à fait innocent, mon premier vote (on apprend) c’étais la constitution europeenen, un oui motivé par la peur du rwanda (vraiment). Bon bah on a le drot de se planter, on apprend (j’ai arreter le vote quand les « deputés » ont dis oui au non de la majorité des urnes).
    Il faut laissé le temps aux gosses et leur fournir des clefs au moment ou ca leur est utile. Je ne vais pas parler féminsme ou antiracisme à ma nièce qui ne voit pas les discriminations, confond fille et garcon et n’a pas la moindre idée que sa copine est noire et ses potes arabes pour les adultes. Et meme si elle crie princesse à la moindre robe à volans… bah elle appelle princesses les femmes violees au parc du coup. Tant qu’elle reste bienveillante elle peut bien voir le monde à ca sauce, je me concentre surtout sur « bonjour » et « tobbogan à tous le monde » pour l’instant, en voyant un dysney ou un ghibli.

    #32373 Répondre

    Myriam

    Je suis bien d’accord avec vous :). Je regrette un peu le temps où à l’école maternelle, tout le monde s’aimait sans discriminations.
    Je me demande dans quelle mesure les programmes pour enfants ont influencé nos vies… J’ai pas l’impression que ça ait beaucoup influencé ma façon de voir les choses. J’ai vu tous les Disney en boucle étant gosse et ils m’ont fait passer de bons moments. Je réalise ce que ces films véhiculent maintenant que j’ai lu les articles de ce site et pourtant j’ai la sensation que j’ai été complètement hermétique à tout ça. Comment s’identifier à un lion qui parle et qui vit dans la savane ? Un enfant élevé dans la jungle qui a un copain ours 🙂 ? Je ne pense pas être moins manipulable qu’un autre.
    Je pense quand même que l’intolérance est surtout véhiculée dans l’éducation des parents, des proches et l’école.
    Je me trompe peut-être…

    #32374 Répondre

    joffrey pluscourt

    A prori ma nièce peut humaniser et s’identifier à n’importe paire d’yeux posée sur n’importe quel support 🙂
    Et il s’aiment en maternelle tous, mais bon pas en permanence non plus XD
    Juste elle intègre des trucs differents, à un rythme personnel et à une complexité plus faible qu’un adulte.
    Mais les féministes et les anars ne naissent pas dans les choux ou la foret.
    Je pense qu’il s’agit de tenir la critique « vivante » et possible (la reaction s’occupe deja de maintenir la domination des pensees conservatrices). Les minots s’en serviront d’eux meme (moi le premier).

    Avouez que le Roi Lion à changé de gout depuis les connaissances qui vous ont mener sur ce site. Je ne sais pas si Dysney a fait de vous une petite reac mais je suis certain que sa critique vous a rendu plus libre.

    Je ne crois ni à la société idéale, ni au monde sans angoisse, ni à une nièce plus protégée de la reaction que moi…
    Par contre j’ai hérité de solutions pour m’en dépétrer (en partie), on y prend vite gout et les minots ne boudent pas ce pouvoir. Les ficelles ne sont pas si compliquée apprises au bon moment et pour les trucs bien ancrés je compte sur ma nièce (ou d’autres rencontres; ou une oeuvre, comme un bon film) pour me coller le nez dans mes contradiction à moyen terme.

    #32393 Répondre

    amajo

    Bonjour, je suis nouveau sur ce site, et je découvre les nombreux débâts de la section « forum »…

    @Paul Rigouste : c’est un peu hors-sujet sur ce thème, mais comme vous faites mention de Dragon Ball… Ce qui m’étonne le plus dans cette série c’est que la race considérée comme « supérieure » peut se changer en une forme plus « pure », blonde aux yeux bleus (comme par hasard), ce qui la distingue des autres peuples qui, eux, leurs sont clairement « inférieurs ». D’ailleurs, la plupart du temps, les membres des peuples « inférieurs » ne servent qu’à prendre les coups des « méchants » (qui ont d’ailleurs des formes non humaines) en attendant leurs « héros/sauveurs » blonds aux yeux bleus…

    #37475 Répondre

    Troispommes

    Bonjour,

    Moi, je me suis rendue compte, jeune adulte, que j’avais été influencée par les Disney mais pas tellement dans le sens où on s’y attendrait : les Disney m’ont rendu profondément anti-mariage. Pour moi, les mariages, c’était la fin de l’histoire.

    Il m’a fallu du temps pour me rendre compte que les gens mariés avaient une vie tout de même. Je me suis rendue compte que c’était liée un jour où je lisais Blanche Neige à ma petite sœur.

    Bises,

    #37476 Répondre

    Troispommes

    Ah, sinon, je suis assez d’accord avec le propos tenu dans le premier message : les valeurs transmises par les films sont parfois très discutables.
    Pas mal de film légitime l’utilisation de la violence.

15 sujets de 1 à 15 (sur un total de 20)
Répondre à: Les gentils tueurs vs. Les méchants anonymes
Vos informations:




Commentaires clos