Nous sommes la nuit de Dennis Gansel

Accueil Forums Le coin pop-corn Films Nous sommes la nuit de Dennis Gansel

  • Ce sujet contient 2 réponses, 1 ps. et a été mis à jour pour la dernière fois par lola, le Il y a 5 années.
Affichage de 3 messages - 1 par 3 (sur 3 au total)
  • Auteur/e
    Posts
  • #33163 Répondre
    lola
    Invité

    Hello je voudrais avoir votre avis sur le film « nous sommes la nuit » de Dennis Gansel
    Voici le pitch : « Lena, 20 ans, est une marginale qui vit de larcins. Lors d’une de ses virées nocturnes, elle pénètre dans un club underground et rencontre Louise, la propriétaire.
    Cette femme aussi belle que mystérieuse est à la tête d’un trio de vampires composé de l’ombrageuse Nora et de l’élégante Charlotte. Louise tombe instantanément amoureuse de la jeune fille et la mord lors de leur première nuit. La jeune voleuse découvre rapidement les avantages que lui procure sa vie désormais éternelle. Dans une infinie liberté, le luxe et la volupté deviennent son quotidien dans un enchaînement de fêtes et de soirées. Mais Lena comprend rapidement que la soif de sang qu’elle partage avec ses nouvelles amies à un prix…  »

    Selon vous est-ce un film féministe ?

    #33164 Répondre
    bender
    Invité

    Personnellement je dirais non.

    Soit on voit des femmes indépendantes vivant sans homme. Mais au final ce n’est pas une réussite.

    La meneuse est clairement montrée comme négative et visiblement ne parvient pas à trouver le bonheur (sauf à la rigueur en rencontrant Lena).

    La con… l’exubérante ne compte pas ce n’est qu’un faire-valoir.

    L’intello elle est au fond malheureuse notamment parce qu’elle a dû abandonner sa fille (instinct maternelle quand tu nous tiens).

    Et enfin Léna trouve sa rédemption en s’éloignant du lesbianisme au profit de la bonne vieille hétérosexualité. Le célibat n’étant visible pas une option disponible.

    De plus je n’aime pas ce coté guerre des sexes chez les vampires.

    Toutefois il y a deux points positifs :
    – Le personnage central Léna est une femme et s’émancipe seule de sa condition vampirique (avec l’aide secondaire du policier)
    – Le policier/prince charmant évite certains stéréotypes. Il ne sut pas la testostérone et se montre même doux. Sans oublier qu’il se fait avoir par Léna au début et se montre bon joueur à ce sujet.

    #33166 Répondre
    lola
    Invité

    hello Bender,
    Merci pour ta réponse , j’ai un peu prés le même avis que toi.
    Selon lesbianisme rime-t-il forcément avec féministe

Affichage de 3 messages - 1 par 3 (sur 3 au total)
Répondre à: Nous sommes la nuit de Dennis Gansel
Vos informations:




Commentaires clos