Renverser les tropes serait-il pertinent ?

Accueil Forums La taverne Renverser les tropes serait-il pertinent ?

Affichage de 5 messages - 1 par 5 (sur 5 au total)
  • Auteur/e
    Posts
  • #7437 Répondre
    Skratsch
    Invité

    Bonjour, je ne sais pas vraiment si j’ai choisi la bonne question pour ce sujet, mais cet endroit m’avait l’air approprié.

    J’essaie actuellement d’écrire des nouvelles dans lesquelles j’adapte des contes de fée dans des versions plus « réalistes » (pas dans le sens où le surnaturel est absent, mais plutôt en rendant vraisemblables les aspects psychologiques et sociaux), et dépouillées de leurs morales viriarco-patriarcales et assimilées, pour aborder des thèmes qui me tiennent un peu plus à cœur. Bref, désolé d’étaler tout ça au risque de paraître un peu prétentieux, je me suis juste dit que c’était une introduction nécessaire pour arriver au sujet que je voulais soulever.

    Je me suis demandé si il serait pertinent dans mes nouvelles de renverser les tropes misogynes les plus communs, et j’ai la désagréable impression que même lorsque la situation est inversée, c’est toujours l’image de la femme qui semble en pâtir. Je me suis basé sur la liste de tropes présentés par Anita Sarkeesian sur sa chaîne feministfrequency, et ça donne ça :
    – la demoiselle en détresse : Une femme qui n’a pour seule motivation pour partir à l’aventure que ses sentiments pour un homme, je pense ne pas avoir besoin de développer.
    – the manic pixie dream girl : Une femme dépressive ou introvertie, qui a besoin d’un homme pour lui apprendre à apprécier la vie. Pas besoin non plus d’expliciter.
    – women in refrigerators : Comme dans la version classique, ce n’est qu’une extension de la demoiselle en détresse.
    – the smurfette principle : Une communauté entièrement féminine avec un seul homme, on pourrait en conclure que les femmes ont toujours besoin d’un homme quelle que soit la situation.
    – the evil demon seductress : Un homme séduisant trompe les femmes, on risque d’en conclure qu’elles sont faibles et manipulables.
    – the straw feminist : On se retrouve avec un masculinisme classique, le problème étant qu’aussi stupide que soit son discours, il risque d’en séduire certains.
    – Ms. male character : Aucun intérêt, si le but reste de jouer sur des stéréotypes.

    The mystical pregnancy est un peu à part, vu que même si on parvenait à justifier qu’un homme tombe magiquement enceinte, la grossesse restera un sujet touchant au féminin.

    Bref, je ne sais pas si je réfléchis juste trop, donc est-il possible selon vous d’inverser un trope sans que ce soit toujours sur le même groupe que des stéréotypes négatifs se trouvent véhiculés ?

    #7445