Wonder Woman : votre avis ?

Accueil Forums Le coin pop-corn Films Wonder Woman : votre avis ?

Ce sujet a 22 réponses, 1 participant et a été mis à jour par  Alealea, il y a 3 semaines et 2 jours.

15 sujets de 1 à 15 (sur un total de 23)
  • Auteur
    Articles
  • #38466 Répondre

    Zoé S.

    Je me demandais ce que vous pensiez du « premier film de superhéroine de la nouvelle génération », Wonder Woman.
    Pour ma part j’y ai vu de nombreux éléments pas mal du tout, bien que certains soient toujours présents (Diana se bat en talons et maquillage, l’amure passe encore quand on voit les armures grecques). En tout cas, même si on tombe dans un cliché légèrement amoindri où la femme n’a pas conscience de sa beauté et est une source d’attirance pour les Hommes, en plus de bien se battre (cliché plutôt bien expliqué ici -> https://www.youtube.com/watch?v=0thpEyEwi80 ), Diana est tout de même un personnage fort et montre à tout le monde qu’elle avait raison envers Arès (notamment pour Steve qui avait plutôt l’air de ne pas la prendre au sérieux).
    En parallèle, le script de Wonder Woman datant de 2006, et écrit par Joss Whedon a été diffusé et… On ne peut que se réjouir de la version finale du film. Si jamais vous voulez jeter un œil sur ce script, -> https://indiegroundfilms.files.wordpress.com/2014/01/wonder-woman-aug7-07-joss-whedon.pdf

    #38467 Répondre

    Arroway

    Je n’attendais pas grand-chose d’un point de vue féministe sur le film – je n’ai donc pas été trop déçu-e par le côté très superficiel et consensuel du film sur ce point. On a toujours du male gaze (la scène d’essayage où c’est l’homme qui valide la tenue finale), des armures à boobs, une héroïne qui découvre un nouveau monde dans lequel l’homme est son guide et son protecteur pour lui éviter de faire des bêtises de par sa naïveté, une femme qui s’entraîne depuis ses 10 ans sans développer de masse musculaire digne de ce nom, un discours qui défend la place de l’homme et d’une sexualité hétéro (en reléguant une sexualité lesbienne comme étant du « mieux que rien » quand on a pas d’homme sous la main…), etc.

    Ce qui m’a plus titillé, ce sont les représentations de la guerre qui manquent affreusement de subtilité (au point d’en faire une sorte de film de propagande pro-Alliés, c’est-à-dire pro-US, je pense surtout à la scène de libération du village suivie de la nuit de festivité), et l’explication unidimensionnelle qui est fournie pour expliquer l’avènement de la Seconde Guerre Mondiale.

    Après, je comprend que des gens aient trouvé ce film cool pour représenter enfin Wonder Woman, mais perso je ne l’ai pas trouvé à la hauteur du potentiel du personnage…
    Niveau super-héroïnes et féminisme, j’ai trouvé le discours de la première saison de Jessica Jones beaucoup plus juste et intéressant.

    #38471 Répondre

    Lison

    D’accord avec @Arroway.
    J’ai été très déçue par le film au fur et à mesure du visionnage. Je trouve le perso de WW horriblement sous-utilisé. Pour moi Steve prend beaucoup trop de place dans l’histoire, il est une figure protectrice et paternaliste (le comble) de Diana face à ce monde nouveau qu’elle ne connait pas, il l’empêche d’aller où elle veut (ce qui est justifié par le film et pour les spectateurs qui se rendent compte de sa naiveté vis-à-vis d’un monde qu’ielles connaissent), lui dit ce qu’elle doit faire etc. On ne croit absolument pas à leur amour (en tout cas j’ai trouvé ça tellement expédié que, juste ben non, ça tombe à plat à la fin…) et les scènes de combat n’ont pas vraiment d’intérêt. Son espèce d’instinct envers les bébés, c’est…hyper gênant et sexiste et pas drôle (si c’était le but).
    De plus, il n’y a pas d’autre personnage de femme aussi développé que Diana dans le film: la « méchante » est à peine écrite, la secrétaire de Steve, mon dieu…Les seuls personnages intéressants pour moi sont les guerrières du début, mais elles disparaissent dès les premières 20min.
    Bref, grosse déception.
    J’ai eu en plus l’impression d’être prise pour une idiote par les réalisateurs lorsqu’ils glissent par-ci par-là des petites références au féminisme: quand Diana parle de son métier avec la secrétaire de Steve, quand elle dit des trucs à Steve genre « C’est pas à toi de me dire ce que je dois faire ou pas ». Un peu du « feminism baiting », de l’attrape-féminisme » je dirais.

    #38492 Répondre

    Julie G.

    Je suis d’accord avec Lison et Arroway, le film est assez décevant.
    Le traitement de la guerre est assez affligeant, « le pouvoir de l’amour (hétérosexuel, hein) va nous sauver » bah voyons… Un conflit aussi complexe que la 1GM résumé a « le méchant est responsable ».

    Pas grand chose à rajouter à ce qui a déjà été dit, sinon qu’en plus le film est moche, une espèce de bouillie numérique infâme et que les scènes d’actions n’ont aucun intérêt.

    Et sinon, ce n’est pas un problème politique, mais PERSONNE n’a l’air surpris des capacités de Wonder Woman. Genre tout le monde accepte hyper facilement que cette femme arrête les balles et fasse des bonds de 10 m de haut…

    Sinon j’adore l’expression « féminist baiting », et j’ai l’impression que c’est un problème que l’on retrouve de plus en plus souvent. Des films pseudo féministes ou superficiellement féministes qui sont supposés nous faire oublier que tous les autres sont atrocement sexistes…

    #38493 Répondre

    Skratsch

    bah voyons… Un conflit aussi complexe que la 1GM résumé a « le méchant est responsable ».

    C’est d’autant plus affligeant que le film donne brièvement l’impression d’avoir un message un peu plus profond que ça, lorsque Wonder Woman se rend compte que le général allemand qu’elle a tué n’était pas Arès et que la guerre continue sans lui. Et au final, bin, la guerre a bel et bien été causée par une puissance surnaturelle, et l’éliminer suffit à ramener la paix comme Wonder Woman le pensait depuis le début. Ce qui finalement lui donne raison concernant son désaccord avec Steve Trevor (le mâle) qui était faussement convaincu que tout ce bordel avait été causé par des relations géopolitiques complexes mélangées à des intérêts privés.
    C’est sympa de montrer que le protagoniste féminin peut donner tort au protagoniste masculin. Ce serait mieux si le message ainsi renforcé était pas aussi naïf.

    en reléguant une sexualité lesbienne comme étant du « mieux que rien » quand on a pas d’homme sous la main…

    Là par contre je suis plus hésitant. Le film dit clairement à travers Diana que les hommes ne sont pas indispensables pour le plaisir sexuel. Par contre, ça ne va pas plus loin sur ce terrain…

    #38494 Répondre

    Romain

    Si cela vous intéresse, voici une autre analyse du film, mais plus concentrée sur la production de l’oeuvre et du « marketplace féministe »:

    Wonder Woman, et les limites du féminisme marketé

    #38495 Répondre

    bender

    Et après des gens disent que la bande dessinée est un art mineur. Quand je vois cette énième adaptation de comics lisse et politiquement correct je me dis que c’est le 7ème art et non le 9ème qu’il faut fustiger.

    A propos du film j’ai été choqué (entre autre) par la réécriture de la mythologie grecque. Les amazones dans la légende (et dans le comic) se réfèrent à Héra. Or dans le film c’est Zeus qui en plus est « juste et bon ». C’est quoi cette m… A la base c’est un tyran égoïste traitant les femmes comme des objets sexuels et allant jusqu’au viol.

    Toutefois il y a une scène que je trouve intéressante c’est la prise du village Belge. Wonder Woman mène l’assaut et commande même aux autres (des hommes). A noter l’intervention de Trevor avec le tremplin improvisé pour Wonder Woman où il reproduit une technique de combat mise au point par des femmes qui se montre très efficace.

    A propos de Trevor comme par hasard il n’est jamais comme dans les comics dans une situation de belle en détresse et sauvé par Wonder Woman. Par contre il est agréable de le voir user de ses charmes avec la chimiste. Car c’est sensé être une arme purement féminine.

    En ce qui concerne les bébés je pense plutôt que Wonder Woman est fasciné parce qu’elle n’en a jamais vu auparavant. N’oubliez pas qu’elle était le seul enfant de l’île.

    #38496 Répondre

    Preuve diabolique

    Tres fidele au materiau d’origine.

    Je ne comprend pas trop l’idee d’y chercher du feminisme dedans. Ce n’etait pas l’attention du real’ ou du studio de faire un film feministe. Et il s’en ait est jamais revendique. Enfin bon.

    La critique du costume me semble hors de propos. Le costar’ vient directement du comics. Et on parle d’un univers ou on croise des types en capes et tenues moulantes et des cosplayeyrs de chauves souris (et on aura bientot des types se battant torse nu et/ou dans du latex rouge). Le serieux et l’utilitarisme est loin d’etre un critere dans cet univers. Raaah, les capes – voir les indestructibles.
    Le costume est tres bien.

    Pour tout les clins d’oeil, ne pas oublier que le film se passe en 1918 … on parle d’une epoque ou montrer ses coudes quand on etait une femme etait un acte limite delictueux. Et que les gens dans le film en fasse la remarque … c’est normal, ils s’en etonne.
    Et puis bon, c’est quand meme cool de dire de temps en temps que la femme a gagne le droit de s’habiller comme elle veut, de faire tout les metiers et d’integrer l’armee, non ? Pis ca montre que les persos ne sont pas des plantes vertes, donc c’est pas mal non plus.

    On arrive a la soif de decouverte de Wonder Woman. Elle decouvre le penis et les bebes. N’ayant jamais vu en vrai ni l’un mi l’autre, c’est normal qu’elle soit etonnee et puisse avoir envie d’essayer.

    Au niveau de la WWI et de la mythologie … les comics ont tendance a un peu se torcher avec. On ne peux pas critiquer le traitement des deux et leur simplicite dans le film car … comment dire … c’est un univers parallele.
    Si on dit que dans cet univers les dieux existent, ils existent. Que si Zeus est cool, alors il est cool. Et que si Ares es le seul responsable des guerre, alors c’est le cas.
    Typiquement, je sais que la meteologie est une science complexe et delicate. Mais si dans un film fantastique me dit que le Nil mousse car les dieux y versent leur biere, c’est que c’est vrai.

    Bref. Persos sympas, Wonder Woman qui est wonder, histoire rigolote … c’etait plutot pas mal au final.
    Est ce feministe ? Bouais, pas specialement, enfin bon.

    Par contre, un truc titillant ma curiosite : pourriez vous ecrire un script d’un film vraiment feministe ? Je serais curieux de son contenu

    #38497 Répondre

    bender

    Fidèle au matériau d’origine ? Le créateur de Wonder Woman a toujours clâmé haut et fort que son œuvre était féministe. Or ce film ne l’es pas.

    Quant au costume il correspond vaguement à celui de la série télé pas tellement à ceux des comics.

    Au sujet de la mythologie ça n’a plus rien à voir avec la version du comics où Wonder Woman et les amazones se réclament tout le temps d’Héra.

    Dans ce film il se torche bien plus avec le comics qu’avec les mythes grecques.

    Et justement leur adaptation dans le film ne me semble pas innocente. Les gentilles amazones se réclament d’un zeus modifié en « juste et bon ».

    Arès lui est un salaud comme à l’origine mais….. Alors qu’il est censé être ultra-viril le film a curieusement enlevé cet aspect là. Il est manipulateur et se tient dans l’ombre. Cela se reporte aussi dans sa façon de combattre. Il se téléporte, use de télékinésie, de corruption psychique. Bref il évite beaucoup le corps à corps bien viril que le Arès d’origine préférait. Il ne s’embêtait non plus avec des complots. Il fonçait et cognait.

    Moi je trouve que cette orientation n’est pas innocente. A mon humble avis (qui est toujours juste, parfait, imparable, irréfutable…) il faut y voir une volonté de faire un produit passe-partout afin de capter le plus large public où l’on perd au passage beaucoup d’originalité.

    #38500 Répondre

    Lison

    Totalement d’accord avec Bender, les choix du réal n’ont rien de hasardeux. J’ai parlé du « féminism baiting » qui laisse penser que l’intentions des réalisateurs est d’attirer un public féministe. La figure de WW en elle-même est un symbole tellement énorme du « girl power », et ce film était tellement attendu par les fans du personnage, je pense qu’ils avaient ça dans leur cahier des charges.

    Au niveau du « c’est normal qu’elle soit attiré par les bébés parce qu’il n’y en avait pas sur leur île », à ce rythme-là, elle aurait put être attirée par les machines à laver et les fer à repasser, parce qu’il n’y en avait pas sur l’île. Blague à part ça reste complètement sexiste, surtout quand on additionne ça au reste du film. C’est une technique d’écriture scénaristique bien connu de faire passer un évènement pour « logique » simplement parce qu’il découle d’une cause dans la narration.

    #38501 Répondre

    Preuve diabolique

    Mouias … s’etonner sur un bebe quand on en a jamais vu, c’est un peu comme un touriste tombant d’admiration devant un fruit tropical. Je ne pense pas que l’on pourrait dire qu’il est genetiquement attire par ce genre de produit.
    Le contraire aurait fait un personnage blase, et ce n’est pas le top.

    Le film est grand public, c’est sur. Mais c’est surtout l’absence de sang qui le montre.

    Que les amazones se revendiquent de Zeus … why not. Jusqu’a pas longtemps, Batman ne marquait pas les gens au fer rouge et superman ne se regenerait pas a la lumiere.
    Qu’il y ait des modifications mineurs, c’est plutot normal (on va au cinema pour voir de nouvelles images apres tout).
    Pour Ares, c’est un peu comme l’adaptation du Mandarin dans Iron Man … c’etait pour surprendre les fans (ce qui a bien marche d’ailleurs) … creer la surprise … apporte du jamais vu …

    Par contre, je ne connais pas de films feministes racontant une fiction. Je connais des documentaires, mais rien plus.
    Avez vous des exemples ?

    #38502 Répondre

    bender

    Preuve diabolique

    Du jamais vu ! Ils ont fait d’Arès l’archétype vu et revu du méchant fourbe et manipulateur.

    Des modifications mineurs ! Enlever le féminisme de Wonder Woman c’est comme faire un film sur les x-men où les sujets de la différence et de la tolérance sont absents. C’est dénaturer complètement l’œuvre pas l’adapter.

    Quant aux films féministes ça se trouve : Thelma et Louise, L’Affaire Josey Aimes, Johnny Guitare…

    Lison

    Je persiste à penser (à tort ?) que le bébé c’est juste de la curiosité pas de l’instinct maternel. Pour preuve la séance de shopping ennui Wonder Woman à l’opposé des clichés sur les femmes.

    #38503 Répondre

    Preuve diabolique

    Je ne sais pas. Faire d’Ares un guerrier ecumant aurait ete un peu cliche …. et puis on avait deja eu Doomday.

    Une question que je me pose … et qui je pense a ici sa place.
    300 … est ce un film sexiste ? On a une grosse modification de l’Histoire
    et d’un ensemble de mythes,
    le tout dans le but evident de sexualiser les spartiates.
    Par exemple, on ne fait aucune reference a Ares/Mars qui etait la divinite titulaire, mais on les met en soumission devant des vieux libidineux. De plus, le spartiate historique avait sa jupette, sa tunique ainsi que l’equivalent du gilet kevlar de l’epoque … on est loin du gars en slip tout abdos dehors.
    Et pis ils faisaient des lignes impeccables marchant au pas, ce n’etait pas la melee epique du film ou l’on suivait le tressaillement de chaque muscle.
    Il me semble que ces deux points (le changement de dieu et la tenue) reviennent frequemment dans les critiques fait au film Wonder Woman.

    Je ne comprend pas egalement la critique disant qu’il n’y a pas de feminisme … mais qui critique aussi ce qu’ils considerent comme du clin d’oeil appuyes … clins d’oeil rares il en ait dans les films d’Holywood habituellement, pourtant.
    Le film n’avait pas pour but d’etre un fleuron du feminisme du XXI, et devait etre ouvert a un large public.

    Tieng et du coup : 300 et 302, feministes ou pas, au vue de la proportion de femmes qui sont badass a l’ecran, intelligentes, fortes et avec du caractere (on doit depasser les 100%)

    Bender : Merci pour la liste

    #38681 Répondre

    Thérèse

    Salut,

    pas vu Wonder Woman, par contre cet article m’a éclairé au sujet de l’auteur:

    I watched the new Wonder Woman biopic with a room full of polyamorous people

    Extrait
    « I won’t go into the many ugly, inconvenient parts of Marston’s life that would have ruined the glowing tribute had they been included — from Marston’s racism or questionable feminist principles to the third woman whom the film omits entirely. You’re better off reading Katha Pollitt and Noah Berlatsky’s treatment at The Atlantic, or diving into Jill Lepore’s The Secret History of Wonder Woman. »

    (Date de sortie en France inconnue pour l’instant)

    #38682 Répondre

    bender

    Revanche !!!!!!!!!!!!!!!!!

    Regardez ça :

    Enfin l’espoir de voir la véritable Wonder Woman et un hommage à son créateur pionnier du féminisme.

    Peut-être que je m’enflamme un peu trop mais je trouve ce trailer prometteur.

15 sujets de 1 à 15 (sur un total de 23)
Répondre à: Wonder Woman : votre avis ?
Vos informations:




Commentaires clos