Wonder Woman : votre avis ?

Accueil Forums Le coin pop-corn Films Wonder Woman : votre avis ?

Ce sujet a 22 réponses, 1 participant et a été mis à jour par  Alealea, il y a 1 mois et 1 semaine.

8 sujets de 16 à 23 (sur un total de 23)
  • Auteur
    Messages
  • #38693 Répondre

    Antrenteau

    Perso, la phrase du héros « A person is most happy when they are submissive to a loving authority » adressée à une assemblée de femmes, suivie par la séduction d’une de ses élèves (utilisation d’une position de domination pour « séduire » bonjour) ça sonne pas vraiment comme quelque chose de particulièrement féministe.
    Et puis bon, pionnier, quand le mouvement féministe avait déjà plus d’un bon demi-siècle… (ça aurait été un biopic sur John Stuart Mill à la limite).
    Au vu du trailer ça ressemble surtout à la glorification d’un énième type sexiste qui utilisait la psychologie de l’époque et les ressources des femmes qui l’entourait pour faire fructifier sa propre image et ses propres « créations ».

    #38695 Répondre

    bender

    C’est vrai que le prof qui couche avec une de ses élèves ça fait très prédateur sexuel. Toutefois ce genre de personne comme par exemple Woody Allen suit le procédé suivant : il jette sa femme au profit d’une autre plus « fraiche », qu’il jette ensuite pour une autre….

    Or William Marston (le vrai pas celui du film. On verra ce qu’ils en feront), lui est resté avec son épouse et sa… disons maitresse toute sa vie. On peut donc en déduire qu’il s’agissait de relations sincères et profondes

    Selon moi le féminisme de Marston est très claire. Il l’a toujours affirmé haut et fort.

    D’ailleurs Wonder Woman à ses débuts n’avait absolument le physique dits du sexe symbole de l’époque à savoir la pin-up voluptueuse. Dans une histoire Wonder Woman pousse les femmes à s’engager en politique en tant qu’élues. La mère de Steve Trevor est une ancienne membre Women Airforce Service Pilots…..

    Après il est possible que le film prenne certaines libertés là-dessus. Toutefois j’espère que ce ne sera pas le cas.

    #38700 Répondre

    Meg

    J’ai bien souffert avec ce WW. Particulierement le personnage horripilant du militaire.
    Je voulais jute repondre a preuve diabolique qui se demande si 300 est un film sexiste. 300 est non seulement un film sexiste mais il pousse le sexisme à la misogynie, y ajoutant racisme, homophobie et aphroditisme ( idee que la bonté êt la beauté vont de paire). 300 c’est a mes yeux le nec plus ultra du film masculiniste (il doit y avoir une discutions dessus sur le forum) et je ne me suis pas infligé la suite. Dire que 100% des femmes sont badass je sais pas comment c’est possible vu qu’il y a qu’une seule femme et que c’est elle qui traïe son époux et son peuple.

    #38707 Répondre

    Preuve diabolique

    La femme du premier film explose le traitre et met en lumière la corruption des libidineux patriarques de la montagne. Leonidas est grave respectueux avec elle, c’est la seule personne avec qui il ne gueule pas (avec le Perse) et l’appelle sa Reine. Et d’un point de vue historique, ce personnage aurait du rester enfermé chez elle et ne pas se mêler de politique.
    Dans le second, le nouveau perso féminin mène personnelement l’ensemble des opérations d’invasion.

    300, c’est un peu le Warhammer 40.000 du passé, avec des « héros » qui font dire « whao » même si on ne partage pas les valeurs … TUER LE XÉNOS, BRULER LE MUTANT, LINCHER L’HÉRÉTIQUE. On appelle ça le grimdark, et on sait qu’il faut voir ça avec beaucoup de recul ^^
    Puis au moins ça apporte des questions sur l’eugénisme par exemple, c’est quand même assez rare. Et c’est cool d’avoir des persos borderline et non manichéens … Tyrion est super cool mais on ne doit pas oublier que c’est un mac alcoolique 😉

    #38750 Répondre

    Antrenteau

    @bender
    Je pense que c’est absurde de chercher un profil comportemental unique à ce genre de personne. Le fait est que Marston a dragué et entretenait plusieurs de ses étudiantes, que sa femme d’alors n’avait qu’à accepter cela ou partir selon ses propres aveux et qu’il a fini par être viré en partie du fait de ses relations. Tant mieux si ses deux amantes présentées dans le film ont réussi à avoir des relations  »sincères et profondes » pour reprendre votre expression, reste que Marston me semble être le stéréotype du professeur entraîné par ses fantasmes et son pénis, entouré de jeunes femmes qu’il prend un malin plaisir a séduire du haut de sa position de pouvoir. Je ne doute pas spécialement du fait qu’il aimait sincèrement sa femme, j’ose croire pourtant qu’il aimait probablement plus sa vie aventureuse.
    Qu’il ait pu se penser féministe est très bien, je vais être mauvais jeu en disant que J. Whedon ou H. Schwyzer semblait le croire eux aussi (on le disait d’eux en tout cas)…

    Personnellement, j’ai bien du mal à voir en Marston un  »pionnier » du féminisme lorsque dans la même période, paraissaient les œuvres de Margaret Mead et Simone de Beauvoir que j’estime nettement plus importantes pour le féminisme de l’après-guerre. De manière générale, j’ai tout simplement du mal à voir mis en avant le rôle d’un homme, surtout d’un aussi borderline que Marston, quant aux avancées féministes, de la même manière qu’aucun homme ne mérite vraiment l’adjectif de féministe, ils finissent toujours par décevoir…

    Enfin bref, le film sera probablement un énième biopic glorifiant un type, son œuvre et ses muses, rien de bien nouveau sous le soleil.

    #38752 Répondre

    bender

    Antreteau

    C’est vrai que le fan de comics en moi s’est un peu (voir beaucoup) enflammer avec le terme pionnier. A la rigueur pionnier dans la bande dessinée.

    Quant au comportement de Marston (ça n’engage que moi) mais je pense qu’il faut prendre certaines informations avec des pincettes. A cause de ses idées dites déviantes, il s’est retrouvé avec des accusations parfois délirantes comme la pratique de cérémonies païennes tendances sataniques.

    Au sujet de l’aspect féministe de son œuvre, c’est sûr que ça n’a pas la même profondeur que Simone de Beauvoir. En fait l’intérêt réside dans la portée. Des gens absolument pas intéressés par le sujet achetaient ce comic juste pour son aspect super-héros. Et c’est aussi important de toucher d’autres personnes.

    Quant au film en lui-même j’ai vu une autre bande annonce et essayé d’être un peu plus objectif en la regardant….. Et malheureusement tu as visiblement raison.

    Pour les hommes féministes il y a tout de même Kenji Mizoguchi

    Et lui aussi :
    http://ceduniverse.blogspot.fr/2017/10/balance-ton-cretin.html

    #38770 Répondre

    LULI

    Pour le film, il y a un article que je recommande et que je trouve intéressant:

    Wonder Woman, et les limites du féminisme marketé

    Qu’en pensez-vous ?

    #38870 Répondre

    Alealea

    Huh. J’ai lu en diagonale l’article et je suis principalement d’accord.

    1 – je n’avais pas envie de voir le filme
    2 – ma compagne m’a convaincu en mode, « allez superhéroine c’est pas tous les jours »
    3 – elle a failli quitté la salle et j’ai failli m’endormir
    4 – notre fille de 13 ans a « adoré ». Là, on pleure.

    Au niveau de l’île, on a un manque de profondeur des personnages et une extrême naïveté de Diana qui va au-delà de sa méconnaissance du monde « réel ».
    Cela participe à son infantilisation constante dans le film, que j’ai trouvé insupportable.
    On a un personnage féminin qui représente tous les « caractéristiques féminins » attendus de notre société
    – elle est mince, très jolie et sportive (oui ça va avec le rôle)
    – elle est naïve (ça je trouve incohérent, mais je n’ai jamais lu le comics donc va savoir)
    – elle est dans la fonction « care », elle soigne le mâle plusieurs fois
    – la violence de l’humanité la désole, etc.. etc…

    Comme mentionné plus haut, le personnage de Jessica Jones est beaucoup plus intéressant, pour une super-héroïne.

    J’avoue que j’hésite à mentionner des films en accolant l’adjectif « féministe » parce que le débat est toujours ouvert (pour moi) sur ce que cela est supposé représenter.
    Donc voici plutôt quelques films avec des portraits de femmes fortes et/ou atypiques qui méritent le coup d’oeil :

    – Beignets de tomates vertes
    – Erin Brokovich
    – L’élégance du hérisson
    – Persepolis

8 sujets de 16 à 23 (sur un total de 23)
Répondre à : Wonder Woman : votre avis ?
Vos informations:




Commentaires clos