Posts Taggés par masculinisme

LOL : tout savoir sur la conduite idéale des filles idéales (riches, blanches et hétérosexuelles)

Sans titre

Synopsis de Wikipédia L’histoire sert un portrait de la jeunesse parisienne. C’est un film inspiré d’une histoire vraie qui tente de donner une image plus ou moins réussie de la vie des adolescents du XXIe siècle des beaux quartiers de Paris (ici probablement du 16e arrondissement). Plusieurs thèmes de l’adolescence entrent en jeu comme le conflit […]

Predator Tears, Les larmes des prédateurs : Zootopie, une allégorie nauséabonde

zootopieune

Zootopie est le dernier long-métrage des Grands Classiques Disney et a été salué par certains comme une œuvre porteuse d’un regard satirique sur la société et d’un message d’acceptation et de tolérance. Néanmoins, ne rompons pas avec la tradition et observons plus en détail le message Ô combien progressiste de la dernière production du royaume […]

Ces pauvres hommes injustement accusés, ou la résurgence d’une vieille rengaine masculiniste

hercule

La sortie de Taken 3 au début de l’année a confirmé une tendance masculiniste à l’œuvre au moins depuis le début de la décennie, à savoir la multiplication des figures d’hommes injustement accusés d’avoir commis des crimes sur des femmes et/ou des enfants. On trouve notamment un certain nombre de maris accusés d’avoir tué leur […]

La leçon de piano : Comment tomber amoureuse de son agresseur sexuel

lalecondepianoweb_mogador

TW : Le film et par conséquent cet article parle de violences conjugales et sexuelles. La leçon de piano, réalisé par Jane Campion et sorti en 1993, a été un succès public et critique. Le film a remporté 3 Oscars ainsi que la Palme d’Or, permettant à Jane Campion d’être la première – et à […]

Parle avec elle, et surtout qu’elle se taise !

parle

  Sorti en 2002, « Parle avec elle » (titre original: « Hable con ella ») est un film de Pedro Almodóvar qui a été encensé par la critique. Pour Télérama : « Parle avec elle est un grand film sur la transmission et le don ultime de soi. Un film d’amour fou, mais encore de deuil et de renoncement. » D’après le […]

Mad Max, Fury Road : Max, le sauveur de ces dames

Mad Max

Attention, je vais spoiler largement l’intrigue. Difficile en ce moment de passer à côté du phénomène « Mad Max, Fury Road ». Le film est partout, en ouverture à Cannes (et certains disent que c’est un crime qu’il ne soit pas en compétition officielle), omniprésent sur les écrans (avec ses 802 copies en France) et sur les […]

50 shades of s*** : la violence conjugale monochrome

50-shades-of-grey

NB : Cet article ne traitera que du film 50 shades of Grey, et pas du livre dont il est tiré. NB 2 : Comme d’habitude, je ne traite que les aspects politiques de l’œuvre et en aucun cas sa qualité cinématographique. Je n’avais pas lu le roman 50 shades of Grey avant d’aller voir […]

2014, l’année du patriarche (I) : qu’est-ce qu’on ferait sans papa ?

papa

A l’heure du bilan, 2014 apparaît comme une année particulièrement réactionnaire pour le cinéma français. A côté du racisme décomplexé de la comédie Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu ?, les films virilistes et masculinistes[1] ont déferlé sur nos écrans d’une manière qui me semble très alarmante. Pour donner une idée de cette intensification des […]

500 jours ensemble (2009) et Elle s’appelle Ruby (2012) : Et le nice-guy rencontra la manic pixie dream girl…

19139318

La Manic Pixie Dream Girl, abrégé MPDG, est un trope de personnage féminin utilisé dans de nombreux films. Le terme a été inventé par le critique cinématographique Nathan Rabin pour caractériser le personnage de Kirsten Dunst dans Rencontres à Elizabethtown. « Dunst embodies a character type I like to call The Manic Pixie Dream Girl (see […]

Interstellar (2014) : L’homme du passé est l’homme de l’avenir

intersellar00

Dans un futur proche, la Terre est devenue invivable. Le seul espoir de l’humanité est de trouver une autre planète sur laquelle s’établir. La NASA envoie alors un groupe d’explorateurs mené par Cooper (Matthew McConaughey) pour passer à travers un trou de ver et atteindre ainsi une autre galaxie contenant des planètes potentiellement habitables. Voici […]

Gone Girl (2014). Ou comment faire semblant de ne pas être misogyne.

gonegirl00

TRIGGER WARNING : il va être question de viol et de violences conjugales… Depuis sa sortie, « Gone Girl », le nouveau film de David Fincher, a fait couler beaucoup d’encre. Globalement acclamé par la critique, le film a également été très critiqué par un texte du site Osez le féminisme. À sa publication, l’article a vite […]

Quand les films d’animation occultent les violences masculines intrafamiliales (II) : L’âge de glace 4, Hôtel Transylvanie, Les Croods

sacrépapa00

Après avoir examiné les 3 films fondateurs des années 80-90 dans la première partie de cet article, je vais maintenant passer en revue les films récents qui remobilisent cette figure, en me concentrant sur les 3 plus représentatifs : L’âge de glace 4 (2012), Hôtel Transylvanie (2012), Les Croods (2013). Alors que les « nouveaux pères » dominaient […]

Quand les films d’animation occultent les violences masculines intrafamiliales (I) : La Petite Sirène, Aladdin, La Belle et la Bête

sacré papa

Je voudrais ici attirer l’attention sur la réapparition, dans un certain nombre de films d’animation récents, d’un discours sur les relations père-fille que je trouve particulièrement dangereux politiquement parce qu’il contribue à mon avis à occulter les violences masculines intrafamiliales (psychologiques, physiques et sexuelles), en particulier celles des pères sur leurs filles (puisque c’est majoritairement […]

Blue Valentine (2010) : autopsie d’un mariage filmée « sans parti-pris »

Sans titre1

Dans Blue Valentine, Ryan Gosling and Michelle Williams interprètent respectivement Dean et Cindy, un couple qui après cinq ans de mariage sombre inéluctablement vers le divorce. Entrelacées à cette intrigue, les scènes des premiers jours de leur amour ressurgissent en flashbacks. Pour le réalisateur Derek Cianfrance, Blue Valentine montre « ce qui arrive après le conte de […]

X-Men: Days of Future Past (2014) : traité sur l’origine du mal

xmen

X-Men: Days of Future Past s’ouvre sur une scène de débandade où une équipe de mutants du futur se fait ratatiner par des « Sentinelles » (sorte de robots redoutables programmés pour repérer les « X-Men » et les exterminer).  C’est que les choses ont plutôt mal tourné dans le futur pour les mutant-e-s et les humain-e-s qui combattent […]

La vie rêvée de Walter Mitty (2013) : Ben Stiller reprend du poil de la bête

walt

La vie rêvée de Walter Mitty (The Secret Life of Walter Mitty en anglais) raconte l’histoire d’un employé de bureau travaillant depuis de nombreuses années pour le magazine Life en tant que responsable des archives photographiques. Profondément timide et introverti, il arrive souvent à Walter d’être sujet à des « absences ». Pendant ces moments de rêverie, […]

Her, un film qui ne parle que de Lui.

theo la proie(1)

Le film de Spike Jonze est à la fois film de science fiction, puisque situé dans un avenir proche qui montre l’aliénation des individus dans un monde où les nouvelles technologies et les outils de communication sont devenus omniprésents, et comédie sentimentale centrée sur un homme qui sort d’une dépression après une relation de dix […]

Gloire aux costauds !

costauds

En ces temps de crise de la masculinité où les jeunes garçons manquent cruellement de points de repère masculins, il reste tout de même quelques hommes qui se battent à la force du biceps pour sauver la différence des sexes, ce pilier de notre civilisation. C’est à ces héros méconnus que je voudrais rendre hommage ici, ces […]

Jimmy P., Psychothérapie d’un Indien des plaines (2013) : guérir des femmes entre hommes

REVIEW-Jimmy-P.-le-traite-d-humanisme-d-Arnaud-Desplechin_reference

Jimmy a des gros soucis. Depuis qu’il est revenu de la guerre, tout se détraque dans sa tête : ouïe défectueuse, migraines, et crises imprévisibles où il est aveuglé par des tâches de lumières et respire très difficilement. Sa sœur, chez qui il vit et qui s’occupe de lui, l’amène à l’Hôpital de Topeka où plein […]

Harry, un ami qui vous veut du bien : SOS Vrai Mec, conseils d’amis pour retrouver sa virilité

harry

Sorti sur les grands écrans en 2000, Harry, un ami qui vous veut du bien est un thriller psychologique réalisé par Dominik Moll. Le film narre l’intrusion envahissante d’Harold Balestoro (Harry), un jeune rentier hédoniste, dans la vie de Michel, ancien camarade de lycée rencontré par hasard sur une aire d’autoroute. Michel, sa compagne Claire […]

Capture21

Conseils d’ami entre mecs : « Claire t’empêche de t’épanouir. Elle veut que tu reste dans l’ombre. Claire et tes enfants te sucent la moelle. Tu dois trancher ».

Capture22

Avec sa « forme d’intelligence animale qu’[Harry] apprécie beaucoup », Prune est sans aucun doute une bien meilleure Muse que Claire, la « femme de tête ».

Le Michel génial est lui dans un rapport de domination des femmes comme objets sexuels. Cette possession du corps des femmes est présentée comme un mode d’Inspiration pour le Créateur.
La créativité s’alimente de sexualité : Harry rappelle ainsi les exploits sexuels du Michel adolescent auteur du Poignard en Peau de Nuit. De même, c’est après avoir embrassé Prune de force, (sans doute dans un de ces élans mystiques que ne connaissent guère que les Génies), que Michel retrouve l’Inspiration et engage l’écriture de son second roman, Les Singes Volants.

 Capture23

Le génie masculin en pleine Inspiration

Prune est le personnage sur lequel le film exerce sa misogynie avec le plus de violence. Femme objet, à la fois pour Harry et Michel, Prune n’est à leurs yeux qu’une blondasse cruche aux gros seins, dont le rôle de potiche est apprécié, mais qui en tant qu’être humain a une valeur à peu près nulle.

Ainsi, après que Michel se soit moqué du fait que Prune ait « un pois chiche dans la tête » et l’ait embrassé de force, c’est tout naturellement que Harry assassine Prune, assisté en cela de Michel qui l’aide à se débarrasser du cadavre. Le propos du film est ici éloquent : idiote et superficielle, Prune a bien mérité sa soumission à Harry et Michel, puis son assassinat. Un pois chiche dans le cerveau, une plastique de poupée : voilà des indices tout à faits probants de l’infériorité naturelle des femmes !

Le dénouement : Retour à la norme patriarcale

A la fin du film, Harry propose à Michel de tuer Claire et ses enfants. Michel choisit alors de retourner l’arme contre Harry, puis se débarrasse du corps en le jetant dans le puisard.

L’assassinat de Harry marque un retour « à la normale » : le personnage perturbateur a été éliminé, Michel, Claire et les petites peuvent reprendre tranquillement le cours de leur vacances. On pourrait  interpréter à première vue que l’assassinat de Harry par Michel marque le refus par ce dernier du modèle de virilité prôné par Harry. Michel aurait ainsi pris conscience de la folie de Harry, et dans un sursaut salutaire aurait fait le choix de la raison et du retour à la vie familiale. De même, le fait que Harry soit présenté comme un psychopathe semble indiquer de façon superficielle la dangerosité de cet idéal de virilité triomphante. La fin du film peut laisser un sentiment d’ambivalence, d’autant plus que les scènes suivant l’assassinat de Harry ne durent que quelques minutes à peine.

Néanmoins, la conclusion du film ne laisse à mon sens que peu d’ambiguïté.  Les dernières séquences du film font ainsi écho au début du film, qui présentait un Michel à bout de nerfs sur la route des vacances. Sur le retour des vacances, Michel conduit le 4*4 offert par Harry, et regarde Claire dormir avec exactement la même délectation que présentait Harry lorsqu’il contemplait Prune… Il semble que les leçons prodiguées par feu son coach de virilité aient porté leurs fruits : Michel parait guéri, revirilisé au volant de son 4*4, et l’on devine qu’en contemplant Claire dormir, il songe à l’œuf cru dégusté la veille…

Capture24

Capture28Maman dort, Papa conduit et les filles la ferment : Michel a enfin retrouvé sa place de patriarche

La fin du film marque ainsi le retour aux normes patriarcales : Michel a retrouvé sa virilité ainsi que sa place de patriarche au sein de la famille. Claire cesse d’être une menace pour Michel en l’admirant en tant qu’écrivain (elle encourage Michel à poursuivre l’écriture), et en le libérant de la charge de l’éducation des filles. Dans l’une des dernières scènes du film, Claire s’occupe en effet des petites et les enjoint à « laisser papa se reposer ».

Capture29

Claire admire le talent d’écrivain de Michel « C’est vachement bien ce que tu écris, tu devrais continuer »

Capture30

Maman s’occupe des enfants pendant que papa se repose

En mettant en scène la revirilisation de Michel, le film avalise donc totalement le discours de Harry. Le personnage de Harry est là pour aider Michel à retrouver ses instincts de mâle endormis par un trop long étouffement féminin. Ainsi, le personnage de Harry peut être interprété comme une personnification d’une « essence masculine » : il représente le symbole de la virilité refoulée de Michel, que celui-ci à été obligé de brimer dans sa vie de couple et de famille. Harry incarne donc un « retour du refoulé », tout droit sorti de l’inconscient de Michel. Cette virilité refoulée resurgit sous forme de pulsion, d’où l’impulsivité et la folie de Harry.

Grâce à Harry, les désirs inconscients de Michel de virilité et de domination masculine refont surface : ce dernier reprend de l’ascendant sur Claire et embrasse Prune de force. Cette pulsion de virilité commence cependant à devenir immaîtrisable (Harry entreprend d’assassiner tout l’entourage de Michel) : c’est alors que Michel choisit de la refouler à nouveau dans son inconscient, en tuant Harry.

Les multiples références à une imagerie psychanalytique contribuent à naturaliser la virilité, représentée comme une pulsion inhérente à l’inconscient masculin. Michel enterre par exemple Harry au fond du puisard, comme un névrosé enterre ses pulsions dans son inconscient. Cette interprétation psychanalytique est assumée par le réalisateur, je cite : « Le film peut se lire à un niveau psychanalytique, Harry étant un peu le « ça » de Michel. Ce qui m’est apparu pendant l’écriture, et qui n’était pas vraiment conscient au début, c’est la possibilité de voir Harry comme une projection de Michel. Comme si Harry était quelqu’un qu’il avait créé, parce qu’il en avait besoin à ce moment là, pour extérioriser ses pulsions et ces frustrations ».[1]

Le message du film est donc le suivant : l’homme est naturellement habité par une pulsion de virilité, que celui doit laisser s’exprimer. Si l’homme refoule constamment ses désirs naturels de virilité, il devient un homme frustré, castré par les femmes, à l’instar du Michel du début du film. Trop étouffée, la virilité refoulée peut alors resurgir au galop, et déborder sous une forme monstrueuse (à l’instar du Harry psychopathe). L’homme doit laisser sa virilité s’exprimer et s’épanouir, tout en refoulant ses éventuels débordements, sous peine de devenir fou.

Michel est ainsi totalement épanoui à la fin du film car il a réussi à être à nouveau à l’écoute de sa virilité : il a repris l’écriture, est puissant au volant de son 4*4 où règne enfin le silence, et s’est débarrassé des tâches ingrates de la paternité. Il a réussi à intégrer harmonieusement en son être la virilité jusque là refoulée, sans que celle-ci ne l’envahisse trop.

En cela, le film relaie à plein l’idéologie patriarcale, en s’appuyant sur ses deux piliers, à savoir l’essentialisme et le masculinisme.

Essentialisme, parce que le film présente la virilité comme une valeur essentielle pour l’épanouissement du mâle, comme une pulsion naturelle inscrite dans l’inconscient masculin. L’homme doit cultiver sa virilité, tout en la maîtrisant. Cette virilité s’exprime par une vigueur physique et sexuelle, et par la domination des femmes.

Masculinisme, puisque le film présente des hommes victimes (Michel et son père), dont la virilité a été brimée par un trop grand pouvoir accaparé par leur femme. Frustré, castré, Michel doit reconquérir sa virilité et reprendre son ascendant sur les femmes.

La totalité du film, y compris sa conclusion, entretient donc une fascination pour un Homme Viril, dont la Créativité, la Vigueur Sexuelle et la Puissance se nourrissent de la domination de femmes soumises à l’incontestable supériorité du Mâle.

Remettre les femmes à leur place, se débarrasser des occupations castratrices du foyer et considérer les femmes comme des objets sexuels à contrôler … masculinistes de tous bords, réjouissez vous : voilà un film qui vous veut du bien.

Sigob