Accueil » Tous les articles » Cinéma, Tous les articles » Gloire aux costauds !

Gloire aux costauds !

costauds00

En ces temps de crise de la masculinité où les jeunes garçons manquent cruellement de points de repère masculins, il reste tout de même quelques hommes qui se battent à la force du biceps pour sauver la différence des sexes, ce pilier de notre civilisation. C’est à ces héros méconnus que je voudrais rendre hommage ici, ces résistants de la virilité, qui osent encore affirmer qu’ils sont des hommes dans un monde où les femmes ont pris le pouvoir et où il ne règne plus que confusion et indifférenciation. S’élevant contre l’idéologie féministe dominante, ces rebelles osent s’avancer en pleine lumière, sous les feux des projecteurs, pour affirmer haut et fort et contre toutes les conventions : « Nous avons le droit d’être des hommes ! Nous avons le droit d’être puissants et virils ! ». Je veux parler ici de ces acteurs masculins marginalisés, dont les noms sont constamment conspués dans les magazines de cinéma (dominés eux aussi par les femmes), et qui sont condamnés à la précarité économique et aux films indépendants : les Robert Downey Jr., Tom Cruise, Bruce Willis, Mark Wahlberg, Brad Pitt, Hugh Jackman, Ryan Gosling, etc. Ces noms vous sont sûrement pour la plupart totalement inconnus à l’heure actuelle, mais un jour viendra où ces hommes auront le droit d’exister publiquement et d’être des modèles pour les hommes de demain. Ne perdons pas espoir, les pectoraux vaincront !

Plus sérieusement, je me propose ici de donner un rapide aperçu en images d’une tendance lourde du cinéma hollywoodien actuel, à savoir la surenchère musculaire chez les stars masculines. Alors que les stars féminines sont toujours aussi maigres et interdites de muscles, leurs homologues masculins ne cessent de devenir de plus en plus imposants et puissants (à un point jamais atteint à mon avis, même au temps béni de l’ère Reagan où Schwarzie tabassait du Predator en mode commando et où Stallone-Rambo retournait dans la jungle vietnamienne les pectoraux en avant[1]). N’en déplaise à ceux qui fantasment l’évolution des rapports hommes/femmes comme un progrès constant vers toujours plus d’égalité, c’est bien plutôt à une régression que l’on assiste aujourd’hui dans cette répartition inégalitaire des muscles et de la force physique.

Car c’est bien la consolidation de la domination masculine qui est en jeu dans cette évolution des normes physiques. Aux hommes, on répète : « soyez plus musclés, plus puissants, plus forts, … en bref, soyez des dominants ». Et aux femmes : « soyez plus minces, plus fragiles, plus faibles, plus vulnérables, … en bref, soyez des dominées ». De plus en plus extrêmes, ces injonctions travaillent ainsi à creuser un écart infranchissable entre les sexes. De surcroît, en martelant ces idéaux physiques à longueur de bobines, ces films font passer la force et la puissance comme des attributs « naturellement masculins », et la fragilité et la faiblesse pour des attributs « naturellement féminins », en les inscrivant sur des corps de plus en plus différenciés selon leur sexe. Pour toutes ces raisons, ces représentations contribuent à asseoir la domination des hommes sur les femmes.

Dernière précision avant de commencer ce tour d’horizon en images : je n’ai absolument rien contre les hommes qui font de la musculation et cherchent à augmenter leur masse musculaire. Les individus sont libres de faire ce qu’illes veulent. Ou plutôt, illes devraient être libres de faire ce qu’illes veulent, quel que soit leur sexe. Ce qui me gêne, ce ne sont donc pas les hommes musclés, ce sont les normes qui nous sont massivement imposées, à longueur de journée, et qui enjoignent les hommes à être (toujours plus) musclés et les femmes à ne surtout pas chercher à l’être.

Payés au kilo de muscle ?

Prenons pour commencer les 5 stars hollywoodiennes les mieux payées de l’année 2013. Bien évidemment, ces stars sont des hommes (la première femme à apparaître dans le classement est Angelina Jolie… à la 10ème place[2]), mais ce sont de surcroît des hommes sur-musclés.

A la première place trône Robert Downey Jr., que l’on peut voir sur cette photo en tenue décontractée, le visage très expressif, en train de faire un peu de bricolage…

costauds01

Robert il joue le rôle d’Iron Man. Un chouette personnage ce Iron Man. Un super-héros tout ce qu’il y a de super : super-riche, super-intelligent, super-puissant, super-séducteur, super-drôle, et j’en passe. Ce qui est bien je trouve c’est que c’est un fabriquant d’armes qui sauve le monde. Attention, il se pose plein de problèmes éthiques hein, ça n’a rien à voir avec une apologie des fabricants d’armes et de la puissance militaire américaine ce film. Non non, c’est super critique. Et donc le fabriquant d’armes, comme il est super-intelligent, il se fabrique une super-armure avec plein d’armes intégrées, et comme ça il devient super-fort. Et quand t’es super-fort, ben tu deviens un super-héros, c’est comme ça, que tu le veuilles ou non. C’est pas facile tous les jours d’être un super-héros (demande à Hancock), c’est même un sacré fardeau. Mais bon, comme il est super-fort dans sa tête aussi, ben il finit quand même par vaincre les méchants et sauver le monde.

On aurait pu se dire que Robert avait pas besoin d’être spécialement super-musclé pour incarner Iron Man, vu que c’est un super-héros qui est super-fort avant tout grâce à sa super-armure. Mais visiblement c’était important qu’il soit aussi super-musclé quand il est en débardeur. Allez savoir pourquoi…

En n°2, on trouve Channing Tatum.  Après avoir joué des abdos et des pecs devant une foule de femmes en rut dans Magic Mike (2012), Channing a illuminé 2013 de sa musculature dans GI Joe : Retaliation, et surtout White House Down, pour lequel il a eu le bon goût de sortir le marcel blanc :

costauds02

White House Down ça raconte l’histoire de méchants qui en veulent au Président des Etats-Unis d’être un grand pacifiste (le brave homme lutte courageusement contre tout le monde pour signer un traité de paix au Moyen-Orient, à une époque où plus personne ne croit en « l’union des différences » comme il dit). Pour arriver à leurs fins, les méchants prennent la Maison Blanche et le Président en otage. A la fin la Maison Blanche est même sur le point de se faire exploser, je sais pas si vous imaginez le truc. A part la fin du monde, je vois pas ce qu’il peut arriver de pire. Du coup, Channing a pas le choix : il sort le marcel, gonfle les biceps et sauve le monde. Et grâce à tout ça, il redevient même un vrai papa aux yeux de sa fille qui lui en voulait parce qu’il s’est jamais occupé d’elle. Comme quoi ça sert à plein de trucs d’avoir des muscles, ça dispense même de s’occuper de sa fille.

En troisième position, on trouve Hugh Jackman, qui a fait un peu l’acteur dans Prisoners, un film sur la-souffrance-des-hommes-prisonniers-de-leur-violence (masculinisme, quand tu nous tiens…), mais qui s’est surtout illustré dans The Wolverine, dont le titre français explique bien de quoi il est question : Wolverine, Le combat de l’immortel.

costauds03

Comme on peut le voir sur cette photo, Wolverine est pas content. Il est même très énervé. J’ai pas vu le film donc je sais pas ce qui l’a mis dans cet état, mais j’ai entendu dire que c’est parce qu’un pote lui a pas rendu sa cassette vidéo de Bloodsport dédicacée par Jean-Claude Van Damme. A vérifier…

Pour finir, le duo de choc Mark Wahlberg / Dwayne Johnson occupe les 4ème et 5ème position. L’ironie avec ces deux-là, c’est qu’ils se sont illustré dans Pain & Gain de Michael Bay, un film bien classiste qui se fout de la gueule de « pauvres types » qui croient que parce qu’ils ont plein de muscles ils ont le droit d’avoir plein de pognon, mais qui finissent avec rien du tout. Avec, pour jouer les « pauvres types » en question, des acteurs qui ont quant à eux touché plein de pognon parce qu’ils ont plein de muscles.

costauds04

Dwayne Johnson (qui a commencé sa carrière en tant que catcheur) a d’ailleurs de la suite dans les idées, puisqu’il a joué aussi la même année dans d’autres grands films à la