Accueil » Brèves » Sexisme aux Oscars 2013

Sexisme aux Oscars 2013

oscars-seth-macfarlane-10868393dnwuy_1713

La cérémonie des oscars 2013 fut animée par l’acteur, réalisateur et scénariste Seth McFarlane, créateur notamment de la série American Dad et du film Ted. La cérémonie fut un festival de blagues racistes (faire semblant de confondre Denzel Washington et Eddie Murphy), antisémites (tout un sketch entre Ted et Mark Walhberg sur les juifs qui domineraient Hollywood…), homophobes (après avoir interprété une chanson avec le Gay Men’s Chorus of Los Angeles, McFarlane insiste bien sur le fait qu’il n’est pas gay) et surtout sexiste.

Le site Buzzfeed s’est même amusé à comptabiliser les pires blagues sexistes de McFarlane durant la cérémonie : http://www.buzzfeed.com/hillaryreinsberg/sexist-things-at-the-oscars

Certaines blagues étaient simplement sexistes : des commentaires sur le poids de la chanteuse Adèle et sur la supposée pilosité faciales des Kardashians, déclarer que Jennifer Aniston est une ancienne stripteaseuse, annoncer que la prochaines cérémonie des Oscars sera animée par Salma Hayek et Penelope Cruz, que l’on ne comprendra rien mais c’est pas grave parce « qu’elles sont tellement belles », déclarer que le film Zero Dark Thirty est la preuve que les femmes sont rancunières…

Mais d’autres étaient bien plus choquantes…

« This is the story of a man fighting to get back his woman who has been subjected to unthinkable violence or as Chris Brown and Rihanna call it, a date movie. Oh. Oh, no. No, that’s what we were afraid he would do ». 

(En parlant de Django Unchained) : « C’est l’histoire d’un homme qui se bat pour récupérer sa femme qui a subi des violences impensables ou selon Chris Brown et Rihanna, un film romantique ? Oh. Oh, non. Non, ça c’est ce que nous craignons qu’il fasse. »

La violence conjugale, un sujet de plaisanterie hilarant.

Lors d’un sketch avec Ted, l’ours en peluche du film, ce dernier demande à Mark Walhberg ou aura lieu l’orgie post-cérémonie… Celui-ci lui répond qu’elle aura lieu dans la maison de Jack Nicholson. Impayable référence au viol d’une adolescente de 13 ans par Roman Polanski en 1977, précisément à cet endroit-là.

Et tant qu’à rester sur désopilant sujet de la pédophilie autant suggérer que la jeune nominée Quvenzhané Wallis (9 ans) sera dans 16 ans trop vieille pour George Clooney.

Mais le pire de la cérémonie fut très probablement la chanson « We saw your boobs » chantée par McFarlane.

Dans cette chanson, McFarlane fait la liste des actrices présente dans la salle dont il a vu la poitrine dénudée dans un film.

http://www.youtube.com/watch?v=NTKEDXNQAcc

« We saw your boobs in the movie that’s what we saw we saw your boobs. Meryl Streep we saw them in « Silkwood » and Naomi Watts in « Mulholland Drive » and Angelina we saw them in « Gia. » Anne Hathaway we saw them in « Brokeback Mountain. » And Halle Berry in « Monster’s Ball. » Nicole Kidman in « Eyes Wide Shut » and Marisa Tomei but not Jennifer Lawrence’s at all. We saw your boobs. We saw your boobs. Kristen Stewart we saw them « On the Road » and we saw Charlize Theron’s. Helen Hunt we saw them in « The Sessions. » Scarlett Johansson we saw them on our phones. Jessica Chastain we saw your boobs in « Lawless. » Hilary Swank and Kate Winslet in « Heavenly Creatures » and « Hamlet » and « Titanic » and whatever you’re in right now we saw your boobs. Ladies and gentlemen, the gay men’s chorus of Los Angeles. We saw your boobs we saw your boobs, boobs. We saw your boobs, we saw your boobs. »

Non content de réduire allègrement la prestation et le talent de ces actrices à leur physique (et même à une partie de leur physique) McFarlane se permet de d’intercaler dans sa chanson des images d’actrices choquées laissant croire qu’elles sont scandalisées par sa prestation… Parce que c’est bien connu les femmes n’ont aucun humour. Sauf que si on compare les robes de la vidéo et celles des actrices lors de la cérémonie on s’aperçoit que ce ne sont pas les mêmes, les réactions des actrices ont été préenregistrées, probablement sur d’autres cérémonies.

http://nymag.com/thecut/2013/02/charlize-jlaw-and-naomi-react-to-the-boob-song.html

Il est intéressant de noter que nombre des films cités par McFarlane ou des actrices apparaissent seins nus sont des films sur le viol ou dépeignant un viol.

C’est le cas de Monster avec Charlize Theron, de Boy’s don’t cry avec Hilary Swank, de Monster’s Ball (A l’ombre de la haine) avec Halle Berry et de The Accused (Les Accusés) avec Jodie Foster.

Apparemment tout ce que Seth McFarlane retient d’une scène de viol, ce sont les seins de l’actrice principale.

http://www.feministes-radicales.org/2013/02/26/rape-joke-quand-les-virils-font-de-lhumour/

http://www.salon.com/2013/02/26/we_saw_your_boobs_is_a_celebration_of_rape_on_film/

La référence aux photos volées de Scarlett Johansson est également dérangeante, doit-on rappeler que le vol et la diffusion de ces photos sont une agression sexuelle et une atteinte à sa vie privée ? Il est choquant de voir que les gens n’hésitent pas à se moquer des violences sexuelles alors qu’on ne plaisanterait pas avec une agression à caractère non sexuel.

Heureusement certainEs se sont révoltés contre le sexisme de McFarlane, la sénatrice Hannah-Beth Jackson et Bonnie Lowenthal, membre de l’assemblée d’Etat de Californie, toutes deux démocrates ont écrit une lettre réclamant le désaveu de Seth McFarlane par l’académie des Oscars.

La comédienne ouvertement féministe Jane Fonda a violemment critiqué la chanson et suggéré que la réciproque listant les pénis des hommes soient également faite.

http://www.huffingtonpost.com/2013/02/28/jane-fonda-seth-macfarlane-boobs_n_2783839.html

Ce qui a effectivement été fait par le site « Tastefully offensive » avec une chanson intitulée « we saw your junk ».

http://www.tastefullyoffensive.com/2013/02/we-saw-your-junk-seth-macfarlane-oscar.html

Julie G.

Autres articles en lien :

42 réponses à Sexisme aux Oscars 2013

  1. Les blagues sont effectivement de très mauvais goût, mais sur celles évoquant Rihanna et Chris Brown (la violence domestique) ou Roman Polanski (le viol), je me demande si ces sujets ne sont pas tellement tabous dans le milieu cinématographique étasunien que le simple fait de choisir de les évoquer dans le contexte des oscars est peut-être une manière de les tirer de l’ombre dans laquelle ils sont jetés par tous (et il me semble assez possible que ça ait été fait en conscience).
    Cela dit, la présentation de McFarlane ne fait qu’entériner une situation fondamentalement sexiste : ce sont les actrices qui sont prises à partie, membres du seul corps de métier qui est discriminé selon le sexe aux oscars. Comme quoi, pour cette grand messe du cinéma, une actrice est fondamentalement différente d’un acteur; de là, pourquoi ne pas l’admettre et en rire ?

    • Le problème c’est qu’il n’y a pas l’ombre d’un début de dénonciation dans les blagues de McFarlane…

      « Cela dit, la présentation de McFarlane ne fait qu’entériner une situation fondamentalement sexiste : ce sont les actrices qui sont prises à partie, membres du seul corps de métier qui est discriminé selon le sexe aux oscars. Comme quoi, pour cette grand messe du cinéma, une actrice est fondamentalement différente d’un acteur; de là, pourquoi ne pas l’admettre et en rire ? »

      McFarlane n’a pas l’air de vouloir franchement se battre pour que les choses changent… Il a l’air plutôt content de pouvoir regarder les seins des actrices… De plus il ne faut pas entériner les situations dérangeantes il faut les faire bouger… L’humour peut être un moyen, mais pas comme ça.

  2. Ca va pas arranger mon cas, mais…
    http://www.youtube.com/watch?v=kfUW6WliyRM

    • Moi personnellement j’adore Ferrari, je l’ai vu deux fois en spectacle…

      J’adore l’humour noir en général, mais pour moi, la différence fondamentale entre l’humour noir et l’humour de dominant, c’est que l’humour noir dénonce une situation tandis que l’humour de dominant l’entérine, notamment en faisant passer pour vrai des clichés…

  3. Euh… Des fois on se demande. Vous savez qui est Seth Mcfarlane ? Vous avez déjà regardé Family Guy ? Second degré, toussa, nan, ça vous dit rien ?
    Seth McFarlane est un militant très actif des droits des homosexuels aux États-Unis. Il fait constamment des blagues de mauvais goût sur la prétendue habileté des juifs en matière d’argent, mais il est à moitié juif lui-même. Il y a un nombre incalculable d’épisodes de Family Guy où on voit les noirs se faire tabasser par la police juste parce qu’ils sont noirs.
    En revanche, pour le sexisme, Seth Mcfarlane reconnaît lui-même qu’il est plutôt attiré par les bimbos.

    Pourquoi n’avez-vous pas écrit le même article quand Ellen DeGeneres a animé les Emmys suivant le 11 septembre 2001 en disant que l’assemblée était constituée d’homos, de lesbiennes et de juifs, ce qui devait drôlement faire chier Ben Laden ?

    Si vous voulez critiquer Seth Mcfarlane, parlez de son salaire, 100 millions de dollars/an, pour un scénariste. Cas unique au monde.

    • « Seth McFarlane est un militant très actif des droits des homosexuels »

      Je ne vois pas en quoi ça l’excuse de dire des choses immondes. Qui que soit Mcfarlane, même s’il était très féministe par ailleurs, ce qu’il a fait pendant la cérémonie était lamentable.
      Ce qui est important c’est ce qui a été fait et dit, et pourquoi c’est problématique, Mcfarlane on s’en fiche presque.

      « s’appuyer sur la réaction de… Jane Fonda???? Mme Aérobic ???? »

      Et alors ? Là aussi c’est très important de savoir qui sont les gens pour juger de ce qu’ils disent ?

      • Effectivement être militant pour certaines causes n’excuse pas qu’on en saborde allègrement d’autres…

        De plus se présenter militant du droit des gay n’empêche pas McFarlane de faire joyeusement des blagues homophobes cf la critique de Ted sur le forum…

        Family Guy est foncièrement anti-feministe :

        http://www.youtube.com/watch?v=tnJxqRLg9x0

        Et être juif n’empêche pas l’antisémitisme…

    • « Pourquoi n’avez-vous pas écrit le même article quand Ellen DeGeneres a animé les Emmys suivant le 11 septembre 2001 en disant que l’assemblée était constituée d’homos, de lesbiennes et de juifs, ce qui devait drôlement faire chier Ben Laden ? »

      Pourquoi n’avons nous pas écrit le même article ?

      Parce que

      -en 2001 le site n’existait pas, et si nous devions remonter à tout ce qui a été dis de sexiste depuis la création du cinéma nous n’aurions plus le temps de dormir

      -en 2001 je rentrai en sixième et j’étais assez pas encore très au point sur les questions de politique.

  4. Je suis vraiment sidérée par cet article, comment peut-on à se point-là ne rien comprendre et en être fier au point de publier un article ? Et cerise sur le gâteau, s’appuyer sur la réaction de… Jane Fonda???? Mme Aérobic ???? On croit rêver !

    Ça me rappelle les réactions des fans de Peter Gabriel sur Brave Patrie :
    http://bravepatrie.com/culture-medias/Peter-Gabriel-ne-sait-pas-mieux

  5. Oui cette vague d’indignation dans les coms de ce billet est assez confondante.
    Cela montre à quel point le cinéma peut séduire jusqu’à retirer toute capacité de réflexion.
    En plus de l’idolâtrerie pour un acteur donné, se mêle le sexisme intérieur des un.e.s et des autres. Beaucoup de femmes voient avec satisfaction d’autres femmes se faire humilier. N’étant pas dans le lot, elles ont l’impression qu’elles se sont mieux débrouillées, qu’elles sont plus intelligentes, bref, cela leur donne une illusion de supériorité.
    Souvent les femmes n’accèdent même pas autrement au sentiment de valoir quelque chose.

    • « diviser pour mieux régner »… dans les films également, on voit quasiment toujours les femmes se tirer dans les pattes les unes les autres plutôt que se soutenir…

  6. J’ajouterais que le sexisme qui s’est déployé à la remise des Oscars 2013 donne tout à coup formidablement raison aux FEMEN !

    Tandis que Seth MacImbécile fait un show humiliant envers les femmes et que toute la mâlitude reprend en choeur « On voit tes seins ! », les FEMEN elles, mettent volontairement leurs seins nus sous le nez de cette même mâlitude en disant « prenez-les dans la gu’ ! ». Ils ne risquent pas de leur chanter une pareille chanson.

    Aux oscariséEs d’Hollywood si vilement humiliées pendant cette cérémonie, je conseille de mettre des slogans sur leur poitrine et protester facon Femen contre le traitement qui leur est fait au lieu de s’excuser toutes gênées comme des petites filles devant papa !

  7. A un moment il faut se mettre à réfléchir. Seth Mcfarlane ne fait que médiatiser ce qui est malheureux, mais qui est : le cinéma « mainstream » et ses actrices participent grandement à dégrader l’image de la femme, à ne la réduire qu’à une paire de seins, qu’à un corps, et à sa simple fonction de femme au foyer, faible, violable. Le parallèle homme existe, s’installe de plus en plus, le tout conditionnant sexuellement le public, à voir des hommes bodybuildés, et des femmes maigres montrer leur sein rester à la maison, attendant que monsieur rentre du travail. C’est malheureux mais le cinéma ancre ces clichés desquels on a du mal à s’affranchir tellement on nous les présente.
    Le combat n’est pas à mener contre Seth Mcfarlane, mais bel et bien contre ce cinéma qui ne fait qu’asseoir une situation dégradante pour la femme, dont il faudrait se sortir. Le combat n’est d’autant pas gagné que ce cinéma est de plus en plus regardé, de plus en plus présenté au plus jeune, sans être assorti d’une démarche critique, même de la part des femmes qui ne voient pas plus que les hommes que quelque chose cloche.

    • Sauf que Seth Mcfarlane produit ce genre de films qui perpétuent les stéréotypes sexistes (TED par exemple)

      Pour le fait que « les actrices perpétuent … ». Les actrices ont peu de rôles dans lesquels les réalisateurs ne leur demandent pas de se dénuder. Les actrices ont moins de propositions de rôles que les acteurs, peu de dialogues, elles sont generalement plus jeune car les rôles se rarefient avec l’age. D’autre part pour les exemples donner pas Seth Mcfarlane, il ne s’agit pas seulement de montrer des exemples de films dans lesquels les femmes se dénude, mais de films parlant du viol qu’il mélange avec certaines agressions qu’ont vraiment vécu les actrices (Scarlette Johansson). Cette confusion entre agressions cinématographiques et agressions dans la vie est particulièrement odieuse.

      « A un moment il faut se mettre à réfléchir. » C’est un moyen très convivial d’ouvrir le dialogue que vous pratiquez la. On sent par ce genre de phrase que les conseils que vous prodiguez ne vous concernent pas.

      • « A un moment il faut se mettre à réfléchir. » C’est un moyen très convivial d’ouvrir le dialogue que vous pratiquez la. On sent par ce genre de phrase que les conseils que vous prodiguez ne vous concernent pas.
        > j’avais comme l’impression que l’article avait été écrit en réaction, très « à chaud ». J’aurais pu effectivement tourner ça autrement, mais ça n’en change pas plus mon avis (peut-être rapide lui aussi), que ça manque de recul tout ça.

        « Les actrices ont peu de rôles dans lesquels les réalisateurs ne leur demandent pas de se dénuder. »
        > N’est-ce pas un choix que d’accepter ou non un film ? ça me fait penser à cette phrase : « The System Works Because You Work »

        « Cette confusion entre agressions cinématographiques et agressions dans la vie est particulièrement odieuse. »
        > Je ne le nierai pas.

        • Pour le choix d’accepter un rôle ou pas, c’est ça où le chaulage ou changer de métier. C’est la preuve d’une grande absence de réflection que de faire porter la responsabilité sur les actrices comme vous le faites, quant 85% des réalisateurs et producteurs sont des hommes.

          La un article récent sur le spectacle vivant en France qui donne une idée de la place des femmes dans le milieu culturel.
          http://www.lesnouvellesnews.fr/index.php/civilisation-articles-section/parite/2625-monde-du-spectacle-cherche-parite
          « En juin 2012, à l’initiative de la Société des auteurs et compositeurs dramatiques (SACD), des artistes de tous horizons dénonçaient la suprématie masculine dans le monde du spectacle vivant. Relevant par exemple qu’en 2011, 81,5% des postes dirigeants de l’administration culturelle étaient occupés par des hommes ; 85% des centres dramatiques nationaux dirigés par des hommes ; 85% également des textes joués écrits par des hommes. »

          Et vous ne niez pas le fait que de véritables agressions sexuelles soient tourné en ridicule et niées en les assimilant à des fictions. Mais si vous ne niez pas cela, qu’est ce que cela change à votre « réflection » de départ ?

          • « Et vous ne niez pas le fait que de véritables agressions sexuelles soient tourné en ridicule et niées en les assimilant à des fictions. Mais si vous ne niez pas cela, qu’est ce que cela change à votre « réflection » de départ ? »
            Rien. C’est odieux, c’est tout. La « blague », aussi lourde qu’elle soit, porte sur une femme, elle porterait sur un homme ce serait pareil. Les viols allant j’imagine plus dans un sens que dans l’autre, il peut apparaitre plus « naturel » (avec plein de guillemets) pour certain(e)s de les présenter sous cet angle.

            « C’est la preuve d’une grande absence de réflection que de faire porter la responsabilité sur les actrices comme vous le faites »
            > je note dans un commentaire, plus bas, que j’ai bien conscience que le système est pervers, qu’il y a peu à faire contre malheureusement. Mais il y a effectivement une responsabilité qu’on ne pas nier, pas individuelle, mais à plus grande échelle, d’accepter ou non ce système.

        • non la « blague » portait sur toutes les actrices, et justement pas sur les acteurs. Ce sont des hommes qui se gaussent des femmes et des discriminations qu’elles subissent dans le monde du ciné. Et je ne comprend rien à votre phrase sur le « naturel » avec vos guillements. Expliquez moi mieu svp

          Seth Mcfarlane est responsable de ses « blagues », pourquoi voulez vous le défendre ? Pourquoi voulez vous défendre Seth Mcfarlane et porter la responsablilité sur les actrices (votre histoire de maitre-esclave et responsablilité de montrer ses seins) ? Seth Mcfarlane n’a pas tourné en ridicule les acteurs qui montre leurs seins, ni ceux qui auraient été violés en vrai ou dans un film, donc c’est inutile de le défendre en prétendant que « si il l’avait fait, Paris tiendrait dans une bouteille ».

          Seth Mcfarlane est justement un des promoteur du « système ». Il fait des « blagues » misogynes et sexistes et produit des films misogynes et sexistes. Le dire c’est déjà « s’opposer au système » et c’est justement ce que vous reprochez à l’article ici. C’est totalement illogique.

    • La seule question à se poser pour juger de la « prestation » et du soi-disant « militantisme » de McFarlane, c’est :

      Est-ce que ses blagues, ses films et la présentations qu’il a faite aux oscars a permis de bouger les choses, de faire prendre conscience de choses gravissimes ?

      Et la réponse est : NON

    • C’est dingue de lire des trucs pareils quand même !

      Ce qui est absolument génial dans votre propos, c’est quand même que vous estimez que le corps d’une femme est « violable » parce que montré ! Vous ne pensez pas qu’il y a un problème quelque part là ?!?

      Et vous savez quoi ? J’ai vu tous les films dont Seth MacFarlane a sorti les paires de seins… et pour la plupart, je ne me rappelais même pas qu’on y voyait les seins de l’actrice ! Lui n’a retenu que ça et en plus, il s’en sert pour discréditer le travail de ces actrices ! Et on devrait trouver ça normal et en rire parce que « c’est de l’humour » ?!?
      Ce n’est pas comme si cela arrivait constamment dans la réalité n’est-ce pas ? Mais on serait bien gentilles de prendre ça avec un joli sourire parce que c’est « de l’humour »…

      Je suis vraiment fatiguée de cette excuse de l’humour qui permet aux gens de sortir tous les propos sexistes, racistes, homophobes, transphobes, etc, qui leur passent par la tête…

      Non se moquer des actrices qui font leur travail (et en plus très bien dans ces cas) et les ramener uniquement à leur corps ou une partie de leur corps, ce n’est pas drôle !
      Non, sexualiser une petite fille de 9 ans et sous-entendre la pédophilie de George Clooney, ce n’est pas drôle !
      Non, minimiser et se moquer des viols (je rappelle que Boy’s don’t cry, Monster et The Accused relatent des histoires réelles) et des agressions sexuelles (Scarlett Johansson), ce n’est pas drôle !
      Non, se moquer du viol d’une gamine de 13 ans (affaire Polanski ayant eu lieu dans la maison de Jack Nicholson), ce n’est pas drôle !

  8. en tant qu’homme, je me sens stigmatisé.
    honte a cet article qui dépeint les hommes comme des sexistes.
    quid des femmes qui se sont marrées a la soirée ???
    je parle de celles qui ont un esprit critique avec plus de 2 cases dedans, pas comme l’auteur apparemment : femme-bien;homme-pas bien !

    • Déjà je n’ai JAMAIS déclaré que tout les hommes étaient sexistes, ni qu’un homme ne pouvait pas être féministe… D’ailleurs plusieurs des auteurs de ce site sont des hommes.

      Si vous regarder un peu ce qui ce passe sur le site vous constaterez que j’ai déjà à plusieurs reprises expliqué qu’être une femme n’empêchait pas de mobiliser des schémas et stéréotypes sexistes (exemple : les magazines féminins qui sont principalement écrit par des femmes…)

      Ensuite il existe une pression antiféministe qui fait que quand une femme ne rit pas à une blague sexiste ou-pire encore, ose la critiquer, elle passe directement dans la catégorie des féministes-sans-humour-qui-non-rien-compris-à-la-blague, celle ou vous tenez absolument à me faire rentrer…

      De plus dans une soirée comme les oscars ou les participants sont sous le regard des caméras il est difficile d’imaginer une réaction spontanée et naturelle.

      Si vous pouviez avoir l’amabilité de lire correctement les articles afin d’éviter de raconter n’importe quoi et de me faire dire ce que je n’ai absolument pas dis, je serais bien, merci.

  9. @ arnaud_b : « le cinéma » c’est avant tout des individu.e.s et celleux qui sont au commande sont comme par un hasard extraordinairement extraordinaire de sexe masculin et pas féminin. Les femmes ont déjà du longtemps se battre pour monter sur une scène de théâtre avant que n’existe le cinéma car ces messieurs la leur défendaient juridiquement et jouaient entre mâles masculins même les rôles de femmes.

    Aujourd’hui les mêmes laissent un peu de terrain aux femmes à condition qu’elles montrent leurs nibards pour pouvoir le leur reprocher ensuite. C’est tordu, pervers et ciblé pour les faire se sentir mal.
    Mais je ne leur conseille pas d’abandonner le terrain même s’il faut en baver.
    Je leur conseille de s’unir et de dénoncer le traitement que la mâlitude leur fait subir pour leur faire payer le droit de participer à la création filmique et accessoirement les dissuader de sortir du rôle de montreuses de nibards comme si ce n’étaient pas les réalisatEURs qui choisissaient de tourner et conserver ces scènes !

    • C’est ce que j’écris plus haut, enfin, dans l’idée, en citant « The System Works Because You Work » et maintenant en digressant sur la dialectique du maitre et de l’esclave. Si on exclut les violences, que je ne nie pas, n’êtes-vous pas maitre de vos actions avant d’être esclaves de réalisateur ou de ce que vous appelez « mâlitude » ? N’avez-vous pas ce pouvoir de refuser ? Ne sentez-vous pas qu’il y a une relation de dépendance entre la mâlitude et vous ?

      Je ne doute pas que vous en avez conscience à vrai dire, mais, si ce n’est pas vous qui vous rabaissez à montrer vos seins pour de l’argent ou pour la gloire, ça sera une autre, autant que si je refuse un boulot aux conditions précaires, quelqu’un d’autre le prendra. Le système est construit de telle manière qu’un bout de viande avarié trouvera toujours preneur, et j’en suis navré.

      • Mais qui se rabaisse en montrant ses seins ? Quant les hommes montrent leurs seins ça ne les rabaissent pas. Ce qui rabaisse ce n’est pas de montrer ses seins, ce qui rabaisse ce sont celleux qui ne voient que cela et dénigrent le travail des actrices au moment ou l’on devrait les félicité (une remise de prix n’est un lynchage collectif que pour les actrices).

        Votre histoire de prétendu choix des femmes me fait pensé à Balkany piéger par les YesMan. Les SDF en France sont tous des volontaires qui ont fait le choix de vivre dans la rue.

        Sinon pour Scarlett Johansson, avait elle le choix d’être agresser sexuellement ? Avait elle le choix de revoir les photos de son agression lors d’une soirée de gala ?

        • « Sinon pour Scarlett Johansson, avait elle le choix d’être agresser sexuellement ? Avait elle le choix de revoir les photos de son agression lors d’une soirée de gala ? »
          > heureusement que j’avais pris soin d’exclure de ma réflexion les violences…

           » Les SDF en France sont tous des volontaires qui ont fait le choix de vivre dans la rue. »
          > Je n’irais pas jusque là. La responsabilité est collective comme je le dis, avec la grande majorité de ce collectif qui a un peu les mains liées par des nécessités primaires, manger et se loger.

          •  » heureusement que j’avais pris soin d’exclure de ma réflexion les violences… »
            Je ne comprend pas. Nous parlons de Seth Mcfarlane ici, et lui n’a pas pris ce genre de « soins » et c’est justement ce qu’on lui reproche. Vous dites qu’on ne peut rien reprocher à Seth Mcfarlane (pas responsable des films , alors qu’il produit justement des films sexistes) et que c’est la responsabilité des actrices (dialectique maître-esclave..blabla), la seul que vous acceptez jusqu’ici. Vous voulez exclure de votre réflexion un des points cruciaux de l’analyse de l’article, une des choses qui pose le plus problème. Seth Mcfarlane confond agressions fictives et agressions réelles et vous évacuez cela comme si c’était sans importance alors que c’est justement de cela que nous parlons.

            Quant à votre commentaire sur les SDF, expliquez moi comment les SDF peuvent « refuser le système » et je veut bien savoir ce que vous proposez à Scarlett Johansson pour « refuser le système » quant on ridiculise en public une agression sexuelle qu’elle a subit (croyez vous qu’on puisse « refuser » ou « accepter » une agression?). Dites moi aussi comment un esclave peut refuser les ordres de son maître, comment un enfant peut refuser les ordres de ses parents, professeurs… comment une jeune actrice débutante peut refuser de se dénuder si le réal de son premier rôle le lui demande. Expliquez moi tout cela svp.

          • S’il y a des SDF, c’est que les richesses ne sont pas réparties (alors qu’on sait très bien qu’elles sont en grand nombre). Le SDF ne peut rien, pas plus vraiment que le salarié en « bas de l’échelle », c’est ce que je notais avec, « les mains liées par des nécessités primaires, manger et se loger. »
            Des solutions existent, comme le revenu de base, encore faut-il que les classes dirigeantes aillent dans ce sens, étant donné que la redistribution ne leur est évidemment pas favorable. Le « communisme » favorise les classes « du bas ».

            Les personnes violées, homme comme femme, ne peuvent pas faire grand chose, ni avant ou après, je n’ai pas vraiment de solution à ce problème, j’en suis navré. Par contre, pour le reste, pour les violences autres que physiques, il existe une collection par les désobéissants, qui s’appelle désobéir (à la pub, pour l’école, au sexisme, à big brother, etc.)

  10. La relation de dépendance, oui, elle équivaut à celle que l’on a avec du personnel domestique. Tu refuses de laver mes sous-vêtements sous prétexte que c’est intime ?
    Dehors !
    Je ne vois pas où est la marge de manoeuvre.
    S’il y avait des lois antisexistes, une association « SOS sexisme » mais il n’y en a pas parce que la mâlitude ne veut surtout pas protéger les femmes du sexisme donc elle ne veut pas entendre parler de législation à ce niveau-là alors qu’elle n’a pas hésité à rendre la femme mineure ou assignée aux tâches domestiques dans des textes de LOI !

    Là, c’est : « tu le fais ou je te vire ».

    C’est ce que l’on appelle communément « le pouvoir ».

    Il faudrait que la mâlitude attache de l’importance à une actrice pour autre chose que son physique des lors qu’elle a moins de 40 ans pour qu’elle ait une quelconque influence. Or ce n’est pas le cas.

    •  » Je ne vois pas où est la marge de manoeuvre. »
      > Il y en a peu j’imagine, et il y en aura pas tant que tout le monde (homme comme femme) n’aura pas conscience du problème et agira en conséquence.

      • et que faisons nous ici à part « prendre conscience de problème » et agir en le faisant savoir ?

        vous êtes venu pour dire que nous manquons de réflexion,alors que proposez vous comme « prise de conscience » et « action en conséquence » avec toute la « reflexion » que vous avez faite ?
        Faire un pays de femmes pour celles qui refuse la « mâlitude », ne plus jouer dans les films pour les actrices, revenir à l’ancienne coutume lorsque les femmes n’avaient pas le droit d’être actrices et que les rôles féminins étaient tenu par des hommes ?

        • Un pays de femme ? Pour quoi faire ? Tout homme ne porte pas le mal en soi vous savez. Je ne pense pas que la bêtise ait quoi que ce soit à voir avec l’innée, ni avec le genre d’ailleurs.
          Ne plus jouer dans des films pour les actrices et laisser la place aux hommes ? Non plus.

          En fait, à bien y réfléchir, je ne sais pas si c’est si dégradant de montrer sa poitrine dans un film, tant pour un homme que pour une femme. Ces gens sont payés à le faire, volontairement. C’est comparable (je ne dis pas que c’est la même chose) à la prostitution quand elle est choisie (ce qui ne représente peut-être pas une majorité du phénomène), qu’elle soit masculine ou féminine, je n’ai rien à reprocher à quiconque.
          Alors qu’une personne fasse une chanson sur des femmes qui ont « du » montrer leur seins, bon, mis à part que c’est très puéril, je reste sceptique sur le combat qui est mené sur ce point précisément. Oui, il y a des gens payé à montrer leur poitrine, dans un film, oui, il y a des gens qui s’en amusent, grand bien leur fasse j’ai envie de dire. Libre à quiconque de s’amuser d’une paire de seins, de fesses. Le fait que 3 d’entre elles soit tirées d’un film dépeignant un viol, sur 12 voire plus, c’est aller un peu vite que d’en conclure que « Apparemment tout ce que Seth McFarlane retient d’une scène de viol, ce sont les seins de l’actrice principale. »

          Si là est votre combat, bon, je n’ai rien à redire, si ce n’est bon courage.

          • Merci pour votre solidarité Mr arnaud_b ! (C’est ironique).

            Tout à coup tout devient banal et anodin, du moment que le mot « sexisme » est prononcé, n’est-ce pas ?

            Il y a juste des putes qui « choisissent » ou non de se prostituer. Les hommes sont propres sur eux et « juste » « puérils »…. (Les femmes, toutes plus ou moins des salopes).

            Quelle impartialité !

            Responsabilité masculine ? Moi ? Connais pas !

            Quel courage !

            Admirable.

          • Vous ne comprenez toujours pas de quoi parle l’article. Ce n’est pas une blague puéril sortie de nulle part qu’on aurait pue faire aux hommes comme on l’a faite aux femmes, c’est un cas typique de culture du viol.

            Comme vous ne connaissez probablement pas ce qu’est « la culture du viol », voici un peu de lecture pour vous aider dans votre « réflexion ».

            http://antisexisme.wordpress.com/category/mythes-sur-le-viol-2/

            J’arrête ici l’échange avec vous. Je n’attend pas de réponse de votre part. Si vous voulez poursuivre votre « réflexion » cela ne sera pas avec moi.
            Bonne fin de journée.

          • « Tout à coup tout devient banal et anodin, du moment que le mot « sexisme » est prononcé, n’est-ce pas ? »
            Non, je ne crois pas en être arrivé là dans ma tête.

            Il y a juste des putes qui « choisissent » ou non de se prostituer. Les hommes sont propres sur eux et « juste » « puérils »…. (Les femmes, toutes plus ou moins des salopes).
            > ça c’est vous qui le dites. J’ai parlé de prostitution masculine et féminine, de « gens payé à montrer leur poitrine », et de fesses, bout de viande que nous partageons, homme comme femme.

    • > ça c’est vous qui le dites. J’ai parlé de prostitution masculine et féminine, de « gens payé à montrer leur poitrine », et de fesses, bout de viande que nous partageons, homme comme femme.

      Ou comment nier que la grande majorité des victimes de la prostitution sont des filles ou femmes et que la grande majorité des clients de ces réseaux de trafique d’êtres humains sont des hommes…

      Par ailleurs, avoir « blagué » sur l’agression sexuelle de Scarlett Johansson, avoir réduit les prestations (dans des films parlants de viol) d’actrices à leurs seins, avoir rabaissé les femmes…
      Oui, vous avez raison, c’est HYPER drôle, McFarlane n’a rien à se reprocher, c’est nous qui n’avons pas d’humour… C’est pas comme si on entendait ça à longueur de temps depuis notre enfance hein !

  11. @ arnaud_b : un peu facile d’en faire une responsabilité « collective » et de nier qui sont les VRAIS détentEURs du pouvoir !

    C’est comme renvoyer les assassins et les victimes dos à dos.

    Les victimes « l’ont bien cherché » = les assassins sont victimes des victimes…donc personne n’est responsable de rien.
    Collectiviser sans discernement la responsabilité cela équivaut à dire que personne n’est responsable puisque tout le monde l’est !

  12. Éternellement prétendre qu’il y a ÉGALITÉ contre toute évidence….je l’ai déjà dit : mais quel courage intellectuel !

    Oui il y a égalité entre l’homme et la femme comme entre le boeuf et le boucher puisque le mot « viande » revient dans tous vos commentaires, une viande qui serait indifférement féminine et masculine, selon votre point de vue impartial, hein ?

    A t-on vu des femmes chanter « On voit la forme de ta bite dans ton slip ! Ahahaha ! On voit tes couilles qui dépassent ! Ohohoho ! » et montrer un film avec des célébrités surpris à moitié déculottés où on a zoomé sur leur slip pendant trois heures pour se bidonner comme des baleines entre nanas en se foutant de leur gueule puis passer le tout à un journal de grande audience ?
    Oiu, c’est sûr que les femmes ont le POUVOIR de faire cela, les médias leur appartiennent, comme on sait !

    Nous vivons dans un monde TOTALEMENT antisexiste, les femmes ont un choix immense mais comme ce sont plus ou moins des putes… C’est vraiment scandaleux de dire qu’elles sont discriminées !
    Alors si vous croyez cela, eh bien bon courage les filles et démerdez-vous c’est pas notre problème !

    C’est beau comme de la lâcheté de mâlitude.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*